Il y eut dans l'histoire de grands chefs de guerre en mer, de Nelson à Nimitz, ils sont quelques uns. L'histoire n'a pas retenu le nom de celui-ci :

Il a gagné toutes les batailles navales dans lesquelles sa flotte fut engagée.

Il prenait le temps de réfléchir avant de décider la manoeuvre, mais celle-ci était toujours pertinente et efficace. Après avoir observé la situation des forces en présence, il se retirait dans sa cabine et s'y enfermait. Ensuite il se servait d'une clef qu'il avait toujours autour du cou pour ouvrir le coffre fort de sa cabine et sortir un vieux coffre de bois dont il avait aussi la clef autour du cou.

Il sortait du coffre un vieux manuscrit le lisait, s'en pénétrait, et quand il était sûr d'avoir assimilé ce qui était indiqué, il refermait le tout et montait sur sa passerelle.

Il donnait alors les ordres géniaux que chacun attendait et remportait la victoire.

Quand il partit en retraite, à l'issue de la cérémonie d'usage, son successeur vit qu'il avait laissé dans sa cabine la clef du coffre fort et celle du coffret.

Avec avidité et impatience il ouvrit les deux, sortit le parchemin, et lut :

Bâbord gauche

Tribord droite