oldgaffer

12 décembre 2018

L'innocence à nouveau démontrée du gaz carbonique

L'évidence scientifique est que le gaz carbonique ne joue pratiquement aucun rôle dans les changements climatiques. 85 publications récentes le démontrent à nouveau.

Rappelons en outre qu'il est démontré depuis un certain nombre d'années que l'augmentation du gaz carbonique a toujours suivi et jamais précédé l'augmentation de la température sur la planète, preuve établie sur plus de 22000 ans sur des carottages glaciaires antatctiques.

Cependant l'exactitude scientifique ne peut pas percer ni être communiquée, trop d'intérêts financiers sont en jeu dans l'escroquerie du réchauffement climatique anthropique. Macron se fout de notre gueule avec son discours de fin du monde et sa transition énergétique soi-disant nécessaire, en fait non seulement inutile, mais nuisible. Il le sait très bien qu'il s'agit d'un dogme fallacieux au service de la grande finance.

Voici le lien vers les publications scientifiques récentes :

http://notrickszone.com/2018/12/10/the-list-grows-now-85-scientific-papers-assert-co2-has-a-minuscule-effect-on-the-climate/?fbclid=IwAR07tfZyfzXd7N_hDSU6CYJ233nUss6RnHCyXyT4WECBE7k45rtQl__rVWw

Capture d’écran 2018-12-12 à 10

Posté par oldgaffer à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 décembre 2018

Contre-COP24 des climato-réalistes

Contre-cop24
 

Contre-COP24 des climato-réalistes du 14 décembre

Mise à jour du programme

Nous sommes heureux d’annoncer la participation de Jean-Louis Butré, président de la FED (Fédération Environnement Durable), qui fera le point sur les conséquences des dernières décisions gouvernementales concernant les éoliennes. 
 

ASIEM

6 rue Albert de Lapparent, Paris 7e

 
NOUVEAU PROGRAMME
 
9h30-9h45 : Ouverture, par Benoît Rittaud (président de l'Association des climato-réalistes)

9h45-10h15 : Samuele Furfari (Professeur de géopolitique de l’énergie) :

« Villes contre monde » 

10h15-10h45 : Henri Masson (ingénieur civil, ancien professeur à l’université de Maastricht) :

« Endoctrinement de masse en Occitanie » 

10h45-11h05 : Jean-Louis Butré (président de la Fédération Environnement Durable)

« Éoliennes et décisions gouvernementales »
11h05-11h30 : pause café + signature de livres

11h30-12h : François Lucas (agriculteur, cofondateur et ancien président de la Coordination rurale)


« Les agriculteurs, cibles de toutes les attaques »

12h-12h30 : François Gervais (physicien, professeur émérite, université de Tours)

« L’urgence climatique est un leurre »

12h30-14h00 : pause déjeuner + signature de livres

14h00-14h30 : Rémy Prud’homme (économiste, professeur des universités (émérite)) :


« Les politiques climatiques aggravent-elles la fracture territoriale ? »

14h30-15h00 : Bertrand Alliot (Directeur de la valorisation de la recherche à l’Université Paris-Est)

« Les errements de l’écologie entre le monde clos et l’espace infini »

15h00-15h30 : Philippe Charlez (institut Sapiens) :

« L’utopie de la croissance verte »

15h30-16h00 : pause café + signature de livres

16h00-16h30 : Robert Diethrich (président du Cercle franco-allemand de l’Association réalités et relations internationales)

« L’évolution de la politique de l’automobile en Allemagne »

16h30-17h00 : Brigitte Van Vliet-Lanoë (géologue, DR CNRS émérite, université de Brest)

« Le réchauffement climatique actuel : une évolution thermique naturelle au forçage oublié »

17h00-17h30 : table ronde avec Christian Buson et Jacky Ruste, animée par Marie-France Suivre

17h30 : clôture

L’inscription est obligatoire et doit être faite avant le 12 décembre, par E-mail à l’adresse contact@climato-realistes.frou en utilisant le formulaire de contact.

(Précisez bien le nombre de personnes que vous inscrivez et si vous souhaitez participer au lunch)

  • L’entrée est gratuite pour les adhérents.
  • Une contribution de 10 € sera demandée aux non-adhérents (hors étudiants et personnes en difficulté).
  • Le lunch (facultatif) est au tarif unique de 20 € pour tous.

Le paiement pourra être effectué sur place.

Vous pouvez aussi régler par virement (téléchargez ici le RIB de l’association) : n’omettez pas dans ce cas de mentionner le nom de la ou des personnes que vous inscrivez (et à quoi : journée, lunch, ou les deux).

Posté par oldgaffer à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2018

Gilets jaune : le ratage du pouvoir

Souvenez-vous


Le premier samedi des gilets jaunes devait être une manifestation isolée. Puis ça s'est un peu prolongé. 


Macron a prêté l'oreille au discours du patronat, Gattaz en tête :
"Il ne faut céder sur rien, de toute façon le mouvement va s'essouffler très vite, il n'ont pas de revendication claire, pas de chef, il n'ont pas les moyens de tenir sans travailler, ça ne peut que partir en biberine."


Lulu-Castagnettes, pour lequel vu ses antécédents on devrait rebaptiser le ministère de l'intérieur en ministère du milieu, n'a pas arrêté jour après jour, heure après heure de dire que les gilets jaunes étaient de moins en moins nombreux, de minorer à outrance le nombre des manifestants..


BFMacron comptait 17 manifestants dans une ville quand une photo en montrait des centaines et tout à l'avenant.

Quand on entend "le frigo et le réservoir de la voiture sont vides le 15 du mois" et que Macron répond : "Je vous promets une aide pour changer vos fenêtres", c'est qu'on atteint un niveau sidérant dans la deconnexion de ceux qui prétendent nous gouverner.

Traiter par le mépris, laisser pourrir, et voici ou nous en sommes.

 
Il est trop tard pour les mesures qui auraient pu désamorcer initialement. 
Ce sera au minimum la dissolution, au pire l'insurrection avec violence, en espérant que la tête de Macron ne se baladera pas au bout d'une pique comme celle du gouverneur Delaunay.

Posté par oldgaffer à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Les gens qui ne sont rien

Les gens qui ne sont rien vont balayer Macron

Ils n'ont pas de leader, il n'ont pas de doctrine claire, ils ont juste le frigo et le réservoir vide le 15 ou le 20 du mois, et Macron leur répond qu'il vont pouvoir changer leurs fenêtres.

Et ça commence à faire boule de neige, c'est une lame de fond qui surgit et va tout emporter.

https://www.facebook.com/moijevaisvousdire/videos/585531968539187/

Posté par oldgaffer à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2018

Macron : En Marche à côté de ses pompes

Très bonne analyse de Jean-Pierre Bardinet :

"Comme tous les alarmistes climatiques asservis à une idéologie irrationnelle, Emmanuel Macron agite le spectre d'une terrible fin du monde si nous ne faisons rien pour réduire nos émissions de CO2. Ceci amène à trois remarques de bon sens, bon sens qui a visiblement déserté les neurones de nos gouvernants.


1) Nos émissions ne sont que de 0,9% du total des émissions mondiales. Donc, gaspiller des sommes pharaoniques pour un effet nul, sauf pour nos campagnes, qui seront défigurées par les vire-vents, et pour les ménages dont le pouvoir d'achat va se réduire comme peau de chagrin, c'est complètement absurde. Comment Macron peut-il vouloir engager la France dans cette folie inutile ?


2) Nous savons que le bilan carbone du nucléaire est particulièrement vertueux, ce qui n’est pas le cas des EnR intermittentes, car il faut en soutien permanent des centrales thermiques pour équilibrer le réseau en temps réel. Si la politique énergétique consiste à réduire nos émissions de CO2, la solution retenue, qui supprime du nucléaire vertueux au bénéfice des EnR non-vertueuses, alors elle va à l’encontre des objectifs. Comprenne qui pourra... 


3) Quoi qu'en disent les alarmistes de tout poil, Il n'y a aucun péril climatique, sauf dans les entrailles de modèles numériques qui ne cessent de se planter, mais qui servent de référence pour les politiques climat-énergie. En effet, il n'y a quasiment plus de réchauffement global depuis le début des années 2000, malgré une inflation de nos émissions, ce qui devrait interpeller nos gouvernants en ce qui concerne les thèses du GIEC/IPCC."

 

Le jour où les Français réaliseront vraiment que la transition énergétique est un leurre, que le réchauffement climatique anthropique n'existe pas, que le gaz carbonique est innocent de tout ce dont on l'accuse, et qu'il n'y a là que matière à taxes, impôts carbone et autres, nos dirigeants pourront numéroter leurs abattis.

Gervais

Posté par oldgaffer à 13:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 novembre 2018

Castaner le ripou méprisant

Castaner est vraiment non seulement un ripou mais aussi un gros connard.
Vouloir assimiler les GJ à une bande de fascistes! Alors qu'il y a là des retraités, des auxiliaires de vie, des paysans, des petits commerçants, des artisans, etc., le plus souvent sans appartenance politique, avec juste des fins de mois difficiles, surtout les trois dernières semaines.
Un tel mépris signe je l'espère l'arrêt de mort de ce pouvoir indigne.

Posté par oldgaffer à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2018

Vincent Lambert : enfin du bon sens

"Doit-on le piquer ? C’est un crime.
Provoque-t-on sa mort de faim et de soif ? C’est une abomination barbare."

 

 

Les derniers experts en charge de ce cas ont enfin conclu d'une manière enfin cohérente. Le fait de nourrir Vincent Lambert, de l'hydrater, n'est pas de l'acharnement mais une simple mesure humaine, même si l'état neuro-végétatif est constitué et irréversible. La forme d'euthanasie réclamée par une partie de son entourage et beaucoup de vélléitaires de la réforme légale de la fin de vie intitulée pudiquement "arrêt des soins" consistait en fait à le faire mourir de faim et de soif.

Vincent Lambert ne reçoit aucun soin permettant de le maintenir en vie. Il est vivant, son corps est capable de rester seul en vie pendant un temps probablement encore long, il a juste besoin pour cela de boire et de manger normalement. L'euthanasie proposée serait en fait un traitement inhumain, cruel, inacceptable.

Voici le lien vers la publication et le corps de l'article de BV :

http://www.bvoltaire.fr/jerome-triomphe-hydrater-et-nourrir-vincent-lambert-nest-pas-une-situation-dobstination-deraisonnable/?mc_cid=c56b6426f0&mc_eid=d77e9de73c

Les trois experts mandatés pour juger de l’état de Vincent Lambert ne voient pas d’urgence à décider de son sort.
En effet, Vincent Lambert serait dans ´´ un état végétatif chronique irréversible ´´ .
Qu’est-ce que cela change ?

Première observation, l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est que les experts ont écrit noir sur blanc dans leur pré-rapport que Vincent Lambert n’était pas en situation d’obstination déraisonnable. Ils concluent que le fait de l’alimenter et de l’hydrater répond simplement à ses besoins primaires et ne constitue pas une situation d’obstination déraisonnable. Les partisans de la mort de Vincent ont voulu le leur faire supprimer, mais les experts ont voulu le maintenir.
Quand les grands médias disent que ce rapport est un ´´ tournant’´ au motif que les lésions de Vincent seraient irréversibles, ils n’ont évidemment rien compris. Ils manifestent ce que eux veulent. Ce n’est pas la réalité de l’expertise. Le tournant dans cette affaire est que des experts judiciaires disent pour la première fois que, contrairement à ce qu’ont déclaré le docteur Kariger par deux fois, et le docteur Vincent Sanchez le 9 avril 2018,  Vincent Lambert n’est pas en situation d’obstination déraisonnable.
Voilà ce qui est fondamental dans ce rapport.
Les grands médias ne veulent pas voir ce constat, car il ne correspond pas à la décision qu’ils veulent pour Vincent Lambert, c’est-à-dire qu’on provoque sa mort de faim et de soif. L’essentiel est là!
On peut ensuite en venir au deuxième point du rapport. Les lésions de Vincent sont irréversibles. Évidemment, et nous n’avons jamais dit le contraire. En l’état actuel des données de la science, ses lésions sont irréversibles.
Ce que nous contestons, c’est qu’ils aient pu le définir et le diagnostiquer en état végétatif, c’est-à-dire en état d’éveil sans réponse et sans manifestation de conscience. On ne peut pas établir qu’il n’y a pas de conscience à l’issue de deux examens dont l’un était non contradictoire et non conforme à la procédure, et l’autre a duré une heure trente. Les plus grands spécialistes disent que les évaluations, avec les échelles d’évaluation utilisées ici, pour ces patients doivent être faites au minimum cinq fois sur dix jours d’affilé.
C’est confirmé par des études scientifiques, et en particulier les plus récentes qui datent de 2017. 


Les médecins parlent bien d’accès impossible à la conscience. Pour eux, Vincent Lambert ne serait plus du tout conscient et pose comme chaque fois la question de la raison de son maintien en vie…

Premièrement, comme je vous l’ai dit, c’est totalement contesté. Nous avons des vidéos datant de mai 2018 de Vincent tournant les yeux et la tête vers sa mère à l’appel de son nom. On ne peut pas évacuer comme cela dix années de manifestation de conscience, même ténue, au motif d’un examen effectué un jour où il n’allait pas bien, en l’occurrence le 8 septembre dernier. Cela n’est pas possible. C’est pourquoi nous contestons et récusons la valeur et la certitude d’un tel diagnostic.
On ne sait pas ce que l’on veut absolument cacher. En réalité, personne ne peut réellement dire qu’un patient n’a pas accès à sa conscience. Il y a des exemples célèbres. Ils ne concernent certes pas la situation médicale de Vincent Lambert, nous sommes d’accord. Mais prenons l’exemple d’Angèle Lieby, auteur d’Une larme m’a sauvée. On l’avait décrétée morte et sans conscience, alors qu’en réalité elle comprenait et entendait tout. C’est le cas des locked-in syndrome, dont certains pourraient décréter qu’ils sont sans conscience.
Certes, je ne fais pas l’injure à ces experts de comparer la situation d’un patient cérébro-lésé avec des locked-in syndrome, mais il n’empêche qu’aujourd’hui les spécialistes de ces patients cérébro-lésés disent qu’on ne peut pas affirmer qu’un patient a ou n’a pas de conscience.
Il faut bien comprendre ce qu’est un état végétatif. Ce n’est pas un ´´ légume ´´, mais c’est l’état d’une personne qui se réveille le matin, s’endort le soir, respire de manière autonome comme Vincent, ce n’est pas le cas de tous, mais qui ne manifeste pas d’éléments de conscience. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas.
Affirmer qu’il n’a pas de conscience, c’est une affirmation dont l’imprudence est contestée par les spécialistes.

Dans tous les cas, le doute doit profiter à Vincent Lambert…

Encore une fois, la question est en réalité très différente et beaucoup plus large que la question de l’état de santé de Vincent. Si nous avons demandé une expertise, c’est parce que les parents ont constaté des éléments d’évolution positive. Les experts le récuse, mais cela ne règle pas la question.
La question est celle de l’avenir d’un homme qui s’endort le soir, se réveille le matin, n’a besoin d’aucun appareil pour vivre et est autonome sur le plan de la vie. Il a juste besoin qu’on lui donne à manger et à boire, tout comme un nourrisson à besoin qu’on le nourrisse.
Que fait-on de cet homme ? Voilà la question.
Doit-on le piquer ? C’est un crime.
Provoque-t-on sa mort de faim et de soif ? C’est une abomination barbare.

 

Posté par oldgaffer à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2018

Gilets jaunes près de chez moi

Ce matin j'ai enfilé pour le première fois de ma vie un gilet jaune. Et je suis allé participer à un barrage filtrant.

La principale préoccupation était de trouver un emplacement stratégique.

Vraiment stratégique.

Nous avons trouvé.

 

GJ-1

 

GJ-6

 

GJ-2

GJ-3

GJ-4

GJ-5

GJ-7

 

Une théorie de tracteurs en opération escargot a apporté un supplément d'âme.

 

GJ-8

 

GJ-9

 

GJ-10

 

 

Posté par oldgaffer à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2018

Comme j'aime : attention danger!

 

Capture d’écran 2018-11-14 à 22

 

 

Le régime "comme j'aime" explose grâce à un battage médiatique intense.

Attention! il y a tromperie et grand danger!

Déjà il faut savoir qu'un régime qui promet plus de 4 kg par mois ne peut pas être crédible : soit c'est vrai, et c'est une hérésie car des pertes de poids aussi rapides ne peuvent pas être durables, soit c'est une menterie.

Le poids est régi par une sorte d'horloge interne qui se règle et se dérègle lentement. Imaginons. Vous pesez 70 kg, c'est votre poids normal. Vous faites un ou deux excès avant de revenir à vos habitudes alimentaires. Votre poids reviendra sans le moindre effort de votre part à 70 kg. Vous multipliez les excès, il montera et se stabilisera mettons à 74 kg. Vous ferez des efforts de régime intensifs, le poids descendra et remontera automatiquement à 74 kg même sans nouvel excès. Votre horloge corporelle était réglée à 70 kg, vos excès l'ont mis l'aiguille sur un réglage à 74 kg. Et ainsi de suite. Un regime sérieux, pas trop strict mais sérieux, permettra à l'horloge de se re-régler progressivement à 70 kg.

Le sport permet de diminuer le réglage de l'horloge. Il ne fait pas du tout maigrir par le biais de la dépense énergétique mais par le réglage de l'horloge. Pour qu'il agisse il faut que la pratique soit régulière, au moins trois fois par semaine, et que l'effort finisse par engendrer une glycolyse anaérobie dans les muscles. Soit environ 20 mn de course à pied, 30 mn de vélo ou de natation. Les sports en résistance (salle de gym, musculation, haltérophilie etc....)  n'ont aucune incidence. 4 heures de pédalage intensifs le dimanche matin ne feront rien, en tout cas bien moins que 3 fois 20 mn dans la semaine.

RTF.be a testé le régime comme j'aime.

Comme prévu c'est la cata!!!! Ci-dessous le lien puis le texte de l'article de Samy Hosni.

https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_on-a-teste-le-regime-comme-j-aime-pendant-1-mois-attention-danger?id=10057284&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share&fbclid=IwAR3xNCd2tEOkc0c50uF9Rw8exXZ_vZCDo-kZyQAgDhWQk16swnV58E6b-uQ

"On a testé le régime "Comme j'aime" pendant 1 mois: attention danger

 

Publié le mercredi 07 novembre 2018 à 14h

 

C’est le régime à la mode : Comme j’aime. A coup de marketing, ce régime a réussi à s’imposer. Le principe est simple : des plats lights, livrés à domicile. Notre journaliste a testé ce régime pendant un mois pour voir si on peut vraiment perdre cinq kilos comme promis. Un mois, c’est quatre boîtes livrées par la poste : il n’y a aucun produit frais, rien ne va au frigo. Et on est loin du zéro déchet.

500 euros pour un mois 

On a sauté la première étape : payer. Le régime coûte 500 euros pour un mois, en pension complète. On tourne donc autour de 5,5 euros par repas et quel repas ! A y regarder de plus près, certains plats sont vraiment light, très light. Avec environ 1000 calories par jour, pas étonnant que l'on commence à maigrir rapidement en début de régime. Par contre, notre journaliste est intolérant au lactose et les plats ne sont pas adaptés pour lui. Il n'y a eu aucune prise de contact avec un professionnel en début de régime, juste un coup de fil une semaine avant la fin de la "cure". Vous avez la possibilité d’appeler un coach via un 0800, mais l’appel coupe automatiquement après 30 secondes. 

De la bouffe de cantine

Les repas sont principalement cuisinés au micro-onde, ce sont généralement des plats en sauce : au mieux, c'est de la bouffe de cantine. Au pire, une mixture immangeable digne de chez Tricatel : légumes sur-cuits, lasagne bas de gamme, compote de supermarché. "Le hic c'est que ce sont des produits ultra-transformés. Même les céréales ou les pâtes ne sont pas complètes, c'est vraiment une aberration et cela va contre tous les principes d'une alimentation saine", commente Nicolas Guggenbühl, diététicien-nutritionniste. 

Des graves carences en fer

Pour savoir si le "régime" présente des risques de carences, nous avons réalisé plusieurs prises de sang. Résultat : un mois plus tard, le taux de fer de notre journaliste s’est effondré, le docteur lui demande d’arrêter ce régime rapidement. Et au niveau poids : c’est pas terrible non plus, deux kilos perdus au lieu des cinq promis. "Ce régime a surtout un gros inconvénient, il n'y a aucune éducation à l'alimentation. Vous cuisinez tout au micro-onde, c'est facile. Mais quand vous arrêtez le régime, vous vous retrouvez seul face à votre frigo : vous risquez vite de reprendre des kilos", explique Nicolas Guggenbühl.

Bien vu : deux semaines après la fin de son régime, notre cobaye est revenu à son poids initial."  

Adressez-vous plutôt à Weight-Watchers, c'est beaucoup plus sérieux.

 

Posté par oldgaffer à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les ennemis publics n°1

Dealers, voleurs, violeurs, casseurs, étrangleurs, incendiaires, pédophiles, dormez tranquilles.

Les seuls ennemis du Sinistre de l'Intérieur ce sont les français mécontents :

46104248_787520804923788_5310368221281386496_n

 

Boulevard Voltaire :

 

Le ministre de l’Intérieur a averti les « gilets jaunes ». « Partout où il y aura blocage nous interviendrons« .

 

2641974-castaner

 

D’abord on est rassuré. Ce ton mâle et impérieux est le signe d’un pouvoir qui sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas.

 

Puis on se demande pourquoi cette menace et cet avertissement.

 

Parce que la journée du 17 novembre fait peur au gouvernement ?

 

Parce que celui-ci ne comprend pas ce qui se passe et qui enfle ? une protestation initiale contre la hausse du carburant qui risque de devenir un immense défouloir où le président de la République sera la cible principale ? Comme si on avait attendu d’avoir un prétexte plausible pour se mobiliser en masse.

 

Parce que ce qui se prépare est imprévisible, coagule une multitude de mécontentements et de frustrations, répond sans doute à un sentiment de délaissement, à la détresse de territoires abandonnés, à la misère de trop de gens ?

 

Pourtant on fait des concessions, le pouvoir a lâché trop tard quelques gracieusetés, donné quelques avantages. Ils ne servent à rien. Une machine est lancée qui n’a même pas pour finalité d’obtenir des résultats mais juste de s’opposer ensemble, de crier ensemble que trop c’est trop. Pas assez d’espoir, trop de désillusion, le passé colle aux basques et le futur est incertain. Les citoyens aspirent surtout à être réévalués.

 

Christophe Castaner alerte les « gilets jaunes ». Le bâton. « Partout où il y a blocage nous interviendrons. »

 

Il y a de la peur derrière cet affichage. Le ministre craint que les inévitables affrontements ne tournent en faveur des « gilets jaunes » et que l’opinion publique soit hostile même à une police accomplissant son devoir. Qu’elle prenne parti pour les révoltés quoi qu’ils fassent, même s’ils bloquent. Robin des bois collectif le 17 novembre, qui osera s’en prendre à ce peuple ni de droite ni de gauche, un tantinet macronien mais contre Macron ?

 

Enfin le citoyen n’est pas loin de s’indigner. On interviendra donc contre les « gilets jaunes » !

Même pas foutu d'empêcher trois femens de perturber les cérémonies du 11 novembre, il prétend arrêter des millions de Français en colère.

 

Posté par oldgaffer à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2018

Mélenchon caractériel

| 08.11.2018
  • Cymes Mélenchon
Crédit Photo : France 5Zoom

« J’espère pour lui qu’il a un bon médecin parce que s’il continue à éclater comme il le fait là, pour le cœur, c’est pas très bon ! » Présent mardi 6 novembre sur le plateau de « C à vous », sur France 5, pour évoquer sa nouvelle émission (« Ça ne sortira pas d’ici »), le Dr Michel Cymes a ainsi commenté le comportement très véhément de Jean-Luc Mélenchon (à partir de 12'20'' dans la vidéo).

Le médecin était invité à réagir sur l’attitude du député de la France Insoumise lors de la perquisition au siège du parti politique le 16 octobre dernier. Jean-Luc Mélenchon s’était opposé aux forces de l’ordre en tentant d’entrer en force dans le local. « Il est très inquiétant parce qu’il est complètement caractériel, relève Michel Cymes. Il ne se contrôle pas, même quand il voit qu’il y a des caméras et que ça risque de faire un mauvais buzz pour lui. C’est plus fort que lui. »

De quoi s’interroger sur la « présidentialité » du leader de la gauche radicale, selon le médecin animateur, qui a du mal à imaginer comment les Français pourraient faire confiance « à quelqu’un qui peut péter les plombs comme ça, de façon aussi brutale ».

Posté par oldgaffer à 20:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gilets jaunes : le mettre ou pas?

Le 17 novembre est prévue une grande manifestation de blocage par les mécontents, surtout contre les prix des carburants mais aussi contre la plupart des sujets de mécontentement. À noter qu'il n'y a pour le moment aucune récupération politique ou syndicale, qu'il s'agit d'un mouvement spontané qui va de l'extrême droite à l'extrême gauche en passant par l'extrême milieu.

Je lis çà et là de nombreuses et excellentes raison de s'abstenir de participer ou de modifier les règles du jeu :

- Date mal choisie

- Il est stupide d'aller brûler de l'essence pour protester contre son prix

- Beaucoup de mécontents n'ont pas de voiture et sont exclus de la manifestation

- Au lieu de boycotter tous les achats, choisissons de privilégier les commerces de proximité, boycottons le commerce en ligne et les grandes surfaces

- Ce ne sera pas une action efficace, il faut faire autre chose

J'en passe, j'en passe beaucoup des bonnes, des excellentes raisons de ne pas participer.

Tout le monde a raison, il ne faudrait pas y aller, mais moi j'y vais.

J'y vais pour une raison principale :

Si ce mouvement est un échec, Macron et ses sbires se gausseront. "On peut leur mettre aussi profond qu'on veut ausi souvent qu'on veut, ce sont vraiment des veaux."

Moi, je serai peut-être tout seul le 17 novembre, je vais bloquer avec ma caravane, ça bloque mieux, et si je suis bloqué j'aurais de quoi manger de quoi boire et offrir à boire, de quoi faire la sieste, 

et personne ne pourra dire que je suis un veau.

Posté par oldgaffer à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2018

François Gervais : l'urgence climatique est un leurre

Pour tous ceux qui doutent, pour tous ceux qui ne sont pas forcément tout à fait convaincus que ce réchauffement conduit le monde à sa perte mais qui ne savent pas trop quoi penser devant la propagande et le matraquage médiatique, pour tous ceux qui souhaitent aborder le sujet sous un angle scientifique, avec un vrai scientifique, et non sous l'abord dogmatique quasi-inquisitorial des adeptes du réchauffisme, pour tous ceux-là, ce petit bouquin épatant, qui remet les pendules à l'heure sans doctrine, sans a priori, juste de la vraie science avec de vrais arguments :

 

L-urgence-climatique-est-un-leurre

 

Posté par oldgaffer à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Les pros de la tronçonneuse

https://www.youtube.com/embed/0BLsYRfgHWI

Posté par oldgaffer à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2018

Neige et routes bloquées

Ce sont les usagers qui bloquent la route, pas la neige.

Un souvenir : en 1972, l'hiver où l'autoroute du sud a vu toutes les voitures bloquées, je suis allé de Perpignan à Montpellier. Je suis parti le matin tôt avec la 2CV de ma mère. Je devais prendre la garde de SMUR à 14H. 

Je rappelle qu'à l'époque le téléphone portable n'existait pas.

Avant même d'ariver à Salses, la nationale était bloqué par les voitures qui n'arrivaient pas à avancer. Je prends la première route à droite, et par les chemins du Barcarès, Leucate et la Franchi, j'arrive à rejoindre le nationale peu avant Narbonne. Sous le regard ébahi de ceux qui me disent que je suis le premier,à réussir à venir de Perpignan.

Je continue ma route, mais je heurte avec la 2CV un congère entre Agde et Sète. Moteur noyé. Je peux repartir une demi-heure plus tard. Mon collègue du SMUR à Montpellier m'a attendu et ne m'en veut pas.

 

Posté par oldgaffer à 20:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La France de Macron c'est baisse ton froc

La politique française c'est baisse ton froc.

Interdits de poursuivre les malfaiteurs, les policiers parisiens crient au ras-le-bol

En août dernier, un homme de 26 ans refusant de se soumettre à un contrôle, et pris en chasse par un policier sur le scooter d’un particulier, avait été abattu par un gardien de la paix mis en examen. L'incident avait ravivé le débat sur les risques des courses-poursuites. Comme le révèle RTL ce mardi 30 octobre, des policiers dépendants de la préfecture de police de Paris rapportent avoir reçu des consignes leur interdisant de s'engager dans des courses poursuites qui seraient trop risquées. La goutte de trop ? Des agents font en tout cas part de leur ras-le-bol face à une situation complètement ubuesque : « On nous demande de ne plus attraper des gens qui prennent la fuite dès lors qu’ils commencent à prendre des risques. Mais le problème, c’est que ces gens pour éviter la prison, ils vont prendre des risques », constate, amer, l'un d'entre eux, contacté par RTL. « Le ministre a-t-il conscience que chaque nuit des personnes prennent la fuite et qu'on ne les poursuit pas ?, demande-t-il. Est-ce que c'est la hiérarchie intermédiaire qui n'a pas envie de prendre de risques où est-ce que ça vient du ministre ? » Du côté de la préfecture, on dément cette version des faits, expliquant que chaque situation est prise au cas par cas, et qu'il ne s'agissait pas de renoncer systématiquement à toute poursuite.

Posté par oldgaffer à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Blocage du 17 novembre

Capture d’écran 2018-10-30 à 16

Plein de raisons fleurissent pour ne pas participer :

- Ce n'est pas organisé, ça va être n'importe quoi.

Argument de ceux qui ne voient pas que justement ça évite toute récupération.

- Brûler de l'essence pour protester contre son prix, c'est absurde.

C'est juste le temps de faire le trajet jusqu'à un lieu de bloquage, là on coupe le moteur, et on partage son sandwich et sa bière avec les copains.

- Faire ça un samedi c'est stupide, on gêne personne.

Le samedi plus de mécontents sont disponibles car ils ne travaillent pas.

Et j'en passe plein d'autres, des bons motifs de ne pas y aller, ce qui est sûr c'est quil y a deux cas de figure :

- soit ça ne marche pas à cause des grincheux décrits ci-dessus,

- soit ça marche.

Si ça ne marche pas les Français seront définitivement les veaux décrits par de Gaulle et n'auront jamais que ce qu'ils méritent. Tous ceux qui trouvent une bonne raison de ne pas y aller votent Macron-Philippe une seconde fois.

Si ça marche ça engendre une dynamique dont on ne peut pas encore imaginer où elle peut nous conduire.

 

Posté par oldgaffer à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2018

Macron l'imposteur

PUBLIÉ PAR  GUY MILLIÈRE LE 21 OCTOBRE 2018

Je dois le redire une fois de plus (je l’ai d’ailleurs écrit) : dès le départ, Macron m’est apparu comme un imposteur et comme un produit fabriqué et vendu au public à la façon d’une nouvelle marque de lessive.

Dès le départ aussi, il y a eu une dimension absolument contraire à la démocratie dans la façon dont il a pu s’imposer, qu’il s’agisse de l’élimination de François Fillon par des manœuvres sordides, ou de l’invocation de la Shoah et d’Oradour-sur-Glane pour diaboliser Marine Le Pen, ou bien encore qu’il s’agisse du soutien hégémonique dont il a bénéficié dans les grands médias ou des sommes massives et suspectes qui se sont déversées dans ses caisses de campagne.

Il n’était pas difficile de voir ce qu’il y avait derrière l’étiquette Macron posée sur le baril de lessive.

Il suffisait d’écouter ses propos et de noter les monstruosités qui s’y trouvaient, dissimulées dans un brouillard de débilités et de propos contradictoires destinés à dire une chose et son contraire.

Macron était le candidat de la nomenklatura mondiale qui veut éliminer les procédures démocratiques, confier le pouvoir à des instances supranationales, asservir les populations, noyer les identités dans le relativisme et le multiculturalisme, éliminer les paroles dissidentes et divergentes.

Macron était aussi le candidat de ceux qui veulent disqualifier moralement ceux qui divergent aux fins de mieux les effacer, changer la population pour mieux dissoudre les repères dont celle-ci pourrait encore disposer.

Il n’a cessé de gouverner conformément à ce que la nomenklatura mondiale attendait de lui.

Il n’a, je l’ai écrit cent fois, jamais été libéral au sens français du terme : il n’a pris aucune des mesures qui auraient été indispensables pour que le chômage baisse et que la croissance reparte, ce qui explique pourquoi le chômage reste élevé et pourquoi la croissance est asthénique.

Il n’a pas été mis en place pour cela.

 

Il n’a pas inversé les flux migratoires et pas jugulé l’insécurité ni l’islamisation : il n’a pris, là encore, aucune des mesures qui auraient été indispensables à ces fins. Il n’a, là encore, pas été mis en place pour cela.

Ce que n’attendaient peut-être pas ceux qui l’ont mis en place, c’est qu’il montre des inclinations délétères et très équivoques susceptibles de conduire les plus résignés et les plus anesthésiés à douter.

L’affaire Benalla, l’été dernier, a sans doute été (on l’apprendra peut-être un jour) un coup de semonce destiné à l’inciter à se tenir et à se retenir.

La transformation de la cour de l’Élysée, le jour de la fête de la musique en un fragment de la gay pride, avec participation présidentielle, n’a pu qu’apparaître comme une provocation désastreuse aux yeux de conseillers en communication ayant encore un peu de rationalité.

La transformation d’un voyage présidentiel à Saint-Martin, censé avoir été organisé pour que la confiance dans le Président remonte, en ce qui a semblé avoir été une continuation du fragment de la gay pride, en version plus virile, et ressemblant davantage à ce qui se passe dans les soirées cuir de boîtes de nuit du Marais (rien ne manquait, ni le pantalon baissé, ni la transpiration, ni le doigt d’honneur) n’a pu qu’apparaître comme un cataclysme supplémentaire aux yeux des mêmes conseillers en communication.

Que des humoristes en général prudents et politiquement corrects comme Fabrice Éboué ironisent et notent que Macron « s’émoustille » devant des Noirs torse nu et en sueur est un signe éloquent.

Qu’au moment de son départ, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb souligne, sans se retenir, que la situation dans le pays s’aggrave et peut ressembler au chaos ou à la guerre civile, est un autre signe.

Un tel produit devenu président souille la fonction présidentielle, et celle-ci est très atteinte.

Le conseil des ministres se dépeuple peu à peu, et trouver des remplaçants se complique (remplacer Collomb par Castaner montre qu’il ne restera bientôt plus que le dernier carré de fidèles).

Les grands médias sont passés de l’idolâtrie à un mépris de moins en moins caché.

Il reste 23 % de gens à avoir une opinion favorable de Macron. C’est infiniment peu.

Et Macron ne peut s’empêcher de continuer à afficher son mépris de la France et des Français dès qu’il en a l’opportunité.

Il n’a pas été mis en place pour aimer son pays. Il ne fait même pas semblant.

Il ressemble à un imposteur en fin de parcours. C’était prévisible. C’est venu plus vite encore que je l’imaginais.

Sa plus récente et brève allocution télévisée, lumière crépusculaire et papiers raturés sur la table, avait des allures funèbres. On peut regretter qu’elle n’ait pas été la dernière.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Posté par oldgaffer à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2018

Climat : Quand un vrai pro démolit un charlatan

Ça date d'un an mais c'est tout à fait actuel :

Pour contrer la propagande climatique du dernier documentaire d’Al Gore, un livre de Roy Spencer

Roy Spencer propagande climatique Al Gore
 
Le climatologue Roy Spencer vient de publier un livre en ligne pour dénoncer le nouveau documentaire d’Al Gore sur le réchauffement climatique, Une suite qui dérange. Initiative salutaire, puisqu’Une tromperie qui dérange – tel est son titre – cherche à montrer comment le gourou de la taxation du carbone déforme la science climatologique et fait dévoyer les politiques énergétiques. Il semblerait que les ventes de cet e-book dépassent très largement celle du livre accompagnant le film d’Al Gore, ce qui montre qu’une part non négligeable du public cherche à comprendre à quelle propagande il est soumis.
 
Spencer peut difficilement être classifié parmi les climatosceptiques ordinaires : climatologues des plus officiels à l’université de l’Alabama, il est bardé de diplômes et a travaillé avec la NASA. Il ne va pas jusqu’à nier le réchauffement mais sa position est intéressante en ce qu’il n’accepte en aucun cas que le rôle de l’humanité soit prépondérant dans les changements climatiques – et accuse au contraire Al Gore de l’exagérer très largement. Et ce d’autant qu’à heure qu’il est, aucun climatologue ne peut prétendre avoir compris toute la complexité du système climatique global.
 

Roy Spencer démonte la propagande d’“Une suite qui dérange”

 
« Il n’y a aucune empreinte digitale de la causalité humaine opposée à la causalité naturelle. Les éléments invoqués au soutien de la causalité humaine sont pour la plupart accessoires », écrit-il.
 
Le temps est décidément lointain où Roy Spencer témoignait pour Al Gore devant la commission du Sénat américain sur l’énergie et les ressources naturelles : aujourd’hui, le scientifique assure que l’ex vice-président ainsi que de nombreuses figures du « business » du changement climatique vouent quasiment un culte à la théorie du réchauffement global d’origine anthropique. Une dimension religieuse qui vient de loin : Spencer raconte qu’en 1992, lorsque Gore a sorti son livre Sauver la planète Terre, il avait eu immédiatement une impression assez marquée d’« adulie de la Nature ». « Gore considère la Nature comme étant en soi fragile, ce qui n’est pas un concept scientifique », observe-t-il.
 
Et d’accuser alors Al Gore de servir un « méli-mélo de mensonges, de demi-vérités et de faits déformés ». Eût-il raison, d’ailleurs, rien ne dit que les solutions proposées par l’ex vice-président puissent constituer la meilleure solution, estime Spencer.
 

Al Gore oublie des vérités que tous les scientifiques connaissent – et oublient aussi pour les besoins de la cause

 
Celui-ci a décrit dans son dernier livre l’un des a priori peu connus sur lesquels se fondent les réchauffistes. Bien que les scientifiques connaissent avec certitude le fait que certains mécanismes de contrôle thermostatique, tels les nuages et la précipitation, réagissent à la montée naturelle les niveaux de CO2, telle qu’on la constate lors des éruptions volcaniques ou des feux de forêt, en limitant ainsi le changement de la température de la Terre, la plupart des climatologues présument que ce n’est pas le cas pour les émissions de CO2 d’origine anthropique. Mais quels moyens la nature aurait-elle pour faire la différence entre les différentes sources de CO2 ?, interroge Spencer.
 
Celui-ci fait par ailleurs la liste de plusieurs prophéties contenues dans le premier film d’Al Gore et qui ne se sont jamais réalisées, telle la fonte totale des glaces du Kilimandjaro, et la disparition de la glace en été dans la zone arctique.
 
L’un des moyens de tromperie privilégiés du film d’Al Gore est précisément son iconographie. Ainsi en va-t-il des spectaculaires ruptures de glace polaire qui tombe ensuite dans la mer. C’est pourtant une occurrence aussi vieille que les icebergs : ce type de ruptures se produisent chaque été, même quand il fait exceptionnellement frais dans l’Arctique… comme en 2017.
 

Roy Spencer constate que les changements climatiques sont naturels

 
Spencer révèle également que le recul des glaciers dans l’Alaska et au Canada ont révélé une multitude de souches d’arbres fort anciennes qui attestent du fait qu’il y a un millier d’années, au cours de la période chaude médiévale (qu’on appelle aussi, de manière révélatrice, l’optimum climatique médiéval !) il faisait bien plus chaud que maintenant sans que l’homme n’y soit pour rien. Autrement dit, la planète Terre traverse des périodes de réchauffement et de refroidissement de manière tout à fait naturelle et à un niveau qui dépasse ce que nous connaissons aujourd’hui.
 
Le livre fait également un court catalogue de l’utilisation trompeuse de graphiques, de statistiques et de présentation de faits totalement naturels pour apporter une prétendue « preuve » du réchauffement d’origine anthropique. Spencer ne manque pas de brocarder Al Gore qui prêche l’austérité au monde entier tout en faisant le tour du monde en jet privé et en faisant tourner plusieurs luxueuses maisons exceptionnellement gourmandes en énergie. Le tout, commente The New American, dans une langue facile à comprendre pour le profane, car Roy Spencer, outre qu’il cherche manifestement à servir la vérité, est un excellent pédagogue.
 

Anne Dolhein

Posté par oldgaffer à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2018

Sauvons la planète!

Réédition d'un petit calcul simple :

CO2 : 400 ppm soit 0,04% des gaz de l'atmosphère 
Part anthropique : 5% maxi, même le GIEC l'admet!
Cela donne un CO2 anthropique à 20ppm soit 0,002% de l'atmosphère.

Imaginons....
Rêvons...

On ferme toutes les centrales thermiques du monde y compris en Chine.
On interdit aux grands navires de naviguer...
Etc.

On peut espérer ainsi, à coups de milliards de milliards de $ et d'€ (qui ne seront pas perdus pour tout le monde et c'est bien là le coeur du problème) réduire la production humaine de CO2 disons d'un tiers.
Le CO2 passera alors, faites le calcul, de 400ppm à 394ppm. Soit de 0,04% à 0,0394%.

Et la planète est sauvée!!!!!

Vous ne trouvez pas qu'on se fout de notre gueule quelque part?

Posté par oldgaffer à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]