oldgaffer

01 juillet 2022

Les nouveaux talibans face à la science

France-soir vient de publier un article effrayant dont voici la teneur :

Des scientifiques plongés dans la terreur par des charlatans

Auteur(s)
Teresita Dussart, pour FranceSoir
Publié le 26 juin 2022 - 14:55
Image
Scientifiques censurés
(G-D) : Luc Montagnier, Laurent Toubiana, Laurent Mucchielli, Christian Vélot, Christia Perronne, Didier Raoult.
 F. Froger / Z9, pour FranceSoir / DR

TRIBUNE — L’Occident s’est longtemps cru à l’abri de mouvements talibans, ces gardiens de chèvres qui ont rendu la vie impossible, condamné à mort ou à la dégradation sociale les intellectuels d’Afghanistan. Nous avons les nôtres. Le wokisme, le covidisme, et l’Ukraine en ont fait des notables. Leur relation contractuelle avec les réseaux sociaux, en ont fait des prédateurs. Ils doivent veiller à la conservation de leurs petites entreprises de délation d’une part, leur respectabilité de l’autre.

Comme leur influence est en perte de vitesse, pour maintenir le niveau de trafic d’influence auquel ils se sont habitués, ils doivent se radicaliser. Traquer les scientifiques avec plus de sévérité redevient une priorité, alors que l’hypocondrie collective semble en chute libre. L’Express s’en fait le relais : « Faut-il sanctionner les chercheurs qui dérapent ? » Comment un chercheur peut-il déraper, est la première question qui passe par l’esprit. L’histoire de la science en prend un coup. L’Express, comme la plupart des médias de masse tombés en disgrâce, à l’instar des déconspirateurs, débunkeur, vérificateurs, traqueurs de fake news, décrypteurs et autres barbarismes de charlatans, place la condition scientifique sur le même pied que celle d’un l’influenceur. La science serait de l’opinion.

« Depuis de deux ans, scientifiques et chercheurs n’ont jamais eu autant d’influence. Ils ont guidé le gouvernement [NDLR : un peu de propagande façon vieille école, au passage pour le gouvernement d’Emmanuel Macron], défilé sur le plateau de télévision et accordé d’innombrables interviews afin de vulgariser la science auprès du grand public. » Ça ce seraient les scientifiques autorisés. Ceux qui ne sont pas dans la recherche, mais dans la communication politique. Mais « tout n’est pas rose pour autant », lâche l’Express. « Du Pr. Didier Raoult à Laurent Toubiana, en passant par Jean-François Toussaint, sans oublier, l’ancien Prix Nobel Luc Montagnier, de nombreux chercheurs se sont illustrés par leur dérapages. » « Les sanctions ont été rares », se lamente l’auteur. Ils ont été bloqués, ridiculisés, réduit au silence, ont parfois perdu leur travail, une carrière entière vouée à la science et à la médecine ruinée ; mais la mort sociale et professionnelle ne saurait être un sort suffisant.

L’auteur considère que le peu d’audience dont disposent encore ces personnalités qui, il y a encore deux ans étaient considérées comme des sommités, se doit au fait que les journalistes « sont nuls en science ». Comprendre : pas comme lui. Il y a chez les débunkers - qu’ils travaillent pour de grands médias ou disposent de leur petite boutique -, ce je ne sais quoi de pédant observé chez les talibans. Ce côté dogmatique de l’ignorant et des jugements définitifs qu’il émet de ses victimes. Ils se sentent omniscients.

Le trait typique du charlatan consiste à inventer des concepts pour habiller le ridicule de leur propos. Toute chose qui du temps de Molière se savait déjà. S’ils disposent de cette prérogative régalienne de décréter le bannissement médiatique, académique, social des scientifiques non oints c’est qu’ils entendent de tout et savent mieux que quiconque, de toutes les disciplines. Dotés de parcours académiques plutôt médiocres, sans pour autant être de brillants autodidactes, orphelins de toute reconnaissance intellectuelle avant de s’être créé leur kiosque de vérificateur, les grandes figures de la censurosphère, disposeraient à les en croire de savoirs comparables à ceux du CNRS ou du MIT réunis. En cinq minutes, ils peuvent décréter que l’apport d’un scientifique est de l’ordre du ni fait ni à faire, là où pour leurs pairs, il faudrait plusieurs semaines, voire des mois, pour évaluer la portée scientifique.

Lorsque Christian Vélot avait alerté, notamment dans les colonnes de FranceSoir, sur le risque de recombinaison virale du vaccin administré de manière indiscriminée sur des populations pouvant être en train de transiter une infection et du risque de la vaccination généralisée, il avait été qualifié de conspirationniste par les censeurs. Car Christian Vélot « n’est que » docteur en biologie et maître de conférences en génétique moléculaire. Il n’est « même pas » virologue. Selon les talibans, il n’aurait jamais dû s’exprimer sur un sujet n’entrant pas directement dans son champ de compétence. Néanmoins, les personnes qui ont orchestré son bannissement des réseaux sociaux et médias, non seulement ne sont pas virologues, mais pas même scientifiques.

Le charlatanisme des débunkeurs a eu pour effet qu’à partir de 2020, informer sur des statistiques officielles est devenu une activité qui demande du courage. La semaine dernière, le professeur en biochimie Éric Chabrière, reprend dans un tweet les chiffres de la DRESS, démontrant qu’un vacciné avec rappel à deux fois plus de chances d’attraper le covid qu’un non vacciné.

Un geste aussi innocent devient téméraire. Certes, depuis qu’Elon Musk a fait mine de racheter Twitter, ce type d’informations résiste aux orques de la censure. En février 2020, toute personne qui aurait publié les chiffres du ministère de la Santé démontrant qu’il n’y avait pas davantage d’occupations de chambres en soins intensifs que pour la même période en phase de grippe saisonnière aux cours des années antérieures, aurait été traité de « négationniste ». Cette meute de talibans, sans aucune légitimité scientifique, a la capacité de faire délister des sites, pourrir la vie d’esprits libres, réduire au silence des voix essentielles.

« Vérifié et sourcé », disent-ils du matériel de propagande distribué. Sourcé à leur source et vérifié par eux-mêmes. Lorsqu'Emmanuel Macron annonce « 400 000 morts quoi que l’on fasse », ce terrorisme verbal complétement loufoque, heureusement sans relation avec les faits, n’est dénoncé à aucun moment, comme un sinistre fake, par les Obersturmführer de l’info. Car ce charlatanisme, qui ne trouve grâce qu’aux modélisations statistiques, est foncièrement partisan. Pas une fois, ne serait-ce que pour donner une illusion d’équidistance, il n’a pointé du doigt une des énormités imposées comme vérité, voire débusqué un des conflits d’intérêt des scientifiques de plateau. En revanche, il a impitoyablement fait taire un par un tous ceux qui ont eu le toupet de le signaler.

Le Canard Enchaîné vient de sortir un « dossier spécial » sur les fausses informations, reprenant un part un les poncifs de la censurosphère. Dans plusieurs articles, est cité le blogueur Rudy Reichstadt. Un sujet à la formation incertaine, expert du persiflage, délation, dont la boutique s’appelle Conspiracy Watch, pompeusement intronisée comme « Observatoire du conspirationnisme » et des théories du complot. Les citations de ce Savonarole imprègnent tout le dossier du Canard, lequel en ses heures de gloire aurait été une victime de choix. Dommage pour le Canard. Il nous a manqué, lorsque nous en avions le plus besoin.

Une stratégie qui marche pour détruire un intellectuel ou scientifique qui « dérape » est d’en faire un antisémite, ipso facto. En charlatan, esprit critique se dit conspirationnisme et pour Reichstadt, l’antisémitisme est l’antichambre du complotisme. Ergo tout scientifique, journaliste, intellectuel, citoyen « dérapant », est de substrat antisémite.

Peut-être un vieux reste de réflexe conditionné, dans son dossier spécial, le Canard consacre un article à la manière dont les boutiques de censure s’enrichissent au travers de leur stratégie de harcèlement. Un sujet pourtant tabou. Facebook a noué avec plusieurs médias dans le monde des contrats pour traquer les fake news. Et pour pouvoir participer à la chasse, il faut exécuter des critères homogénéisés globalement. Peut-il y avoir une mécanique plus précise pour atteindre la pensée unique ? Question que se serait posé la génération antérieure des journalistes du Canard Enchaîné. « Seul Libération, qui est sorti du partenariat avec Facebook en mars 2021, a donné des chiffres : officiellement 236 000 dollars en 2019. Chaque article débunké était payé entre 800 à 1000 euros […] Le Monde et l’AFP aux cellules de fact-checking beaucoup plus importantes, ne pipent mot, mais nul doute que pour l’agence de presse qui se targue d’être le "principal réseau de fact-cheking dans le monde", cela se chiffre en millions ».

L’énormité du conflit d’intérêt est saisissante. Ces titres ont intérêt à diaboliser pour faire du chiffre. Et il est possible de facturer à double fenêtre, côté réseaux sociaux et côté pouvoir politique. Voire à triple fenêtre, lorsque des fondations étrangères mettent la main à la poche. Il s’agit d’un business model de censure et délation circulaire. Certes, il existe quelques illuminés qui se sentent investis d’une mission. Typiquement il s’agit de ce type de personnalité dont tout en eux, corps et âme, réclame l’embrigadement. Mais ils constituent une minorité. Pour la plupart, la censure est une histoire de gros sous. D’où l’intérêt de stigmatiser le libre arbitre et la pensée critique, afin de maintenir le cheptel de complotistes à un niveau de menace perçu comme suffisamment sérieux. Ils sont les prédateurs de la pensée, nous sommes les trophées.

Mais au-delà du négoce misérable consistant à imposer cette asphyxie de la pensée et l’ostracisme des intellectuels, voire l’induction au suicide d’un certain nombre d’entre eux, comme aux Etats-Unis au travers de la cancel culture, il y a l’infiltration de l’éducation nationale. Car bien entendu, il faut former les esprits très tôt à considérer l’esprit critique comme néfaste.

Viendra peut-être un jour, où se lèvera un groupe de parlementaires qui se respecte pour faire de ce délit contre la pensée, dans lequel colligent la diffamation, le harcèlement, le trafic d’influence, un délit majeur contre le droit de presse, le droit des personnes. La représentation populaire devrait exiger des informations sur les ressources humaines de ces officines de sous-traitance de la propagande. Quelles sont les sources du « sourcé et vérifié », la méthode mise en place, les financements externes, la facturation à des tiers tels que les grands réseaux sociaux, l’usage d’algorithme et de mots clés, dédié exclusivement au harcèlement de dissidents, la responsabilité civile du fait de l’impact de la censure d’informations sanitaires cruciales, leur relation non déclarée avec le pouvoir ou des fondations défendant des agendas spécieux, les autorisations données par qui et pourquoi à l’exercice de ce rôle de police de la pensée. Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement notre modèle de société, la démocratie. C’est l’intelligence, la science elle-même.

Posté par oldgaffer à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 juin 2022

Honte sur LR!!!

En permettant l'attribution de la présidence de la commission des finances à l'extrême gauche islamiste et antifrançaise, LR s'est définitivement discrédité. Tout ça pour ne pas voir le RN l'obtenir, alors qu'au moins au RN ils aiment la France, eux!

Posté par oldgaffer à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2022

Lycée Stanislas : Mediapart ridicule!!!

Mediapart participe bien du crétinisme endémique au sein de la gauche. En témoigne cet affligeant propos sur le lycée Stanislas à Paris, voici l'article publié par Boulevard Voltaire :

Quand Mediapart tente de flinguer Stanislas, c’est laborieux et ça fait flop

Mediapart aurait dû s’appeler Contrefeu. Tandis que Pap Ndiaye est pris dans la tourmente « École alsacienne » et que les signes « religieux » - comprenez islamiques - se multiplient à l’école, Mediapart a décidé de s’attaquer au célèbre établissement parisien Stanislas. Un article finement intitulé « L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas » fait le procès laborieux du « meilleur lycée de France », où ont été scolarisés, jadis, Charles de Gaulle, Jacques Lacan, Philippe Tesson, Christian Dior, Martin Bouygues, Carlos Ghosn ou encore François-Henri Pinault. « Au moment où le gouvernement, l’extrême  et de nombreux  ont les yeux rivés sur l’école publique qui serait victime d’une épidémie de tenue islamique ou sur les écoles privées musulmanes qui seraient l’illustration d’un  rampant, certains établissements privés catholiques échappent à toute indignation. » « Mediapart s’est procuré des documents. » On en frémit.

On y apprend ainsi que la devise de ce lycée est « Français sans peur, chrétien sans reproche ». Joli, non ? Mediapart déteste. La France, le courage, le Christ et l’irréprochabilité ne sont visiblement pas son truc. Soit. Mediapart a le droit de préférer le reste du monde, la couardise, l’athéisme et la médiocrité. Mais y a-t-il matière à pousser des cris d’orfraie ? Au championnat de foot, à Stanislas, les filles ne jouent pas, lit-on, contre les garçons. Un préfet aurait expliqué « que les filles ne pouvaient biologiquement pas gagner contre les garçons, qu’il y avait une infériorité naturelle ». Soyons très clairs, c’est aussi ce que pensent le PSG, le Barça et tutti quanti, qui n’accueillent pas une seule femme pour pousser la baballe aux côtés de Zidane ou de Mbappé. Ces dames concourent, dans d’autres équipes, de leur côté. Et pas un de nos grands footballeurs - rien que des catholiques réactionnaires, comme chacun sait - pour s’en émouvoir.

Dans cette école, paraît-il, on tient le discours que la femme est « une belle à sauver ». Que l’homme, pour elle, pourrait « monter à l’assaut d’un château, tuer le géant, sauter des remparts. Ou tout simplement marquer un but. » Il est vrai que lorsque, dans les transports en commun, une jeune fille se fait agresser dans l’indifférence générale, on peut se féliciter qu’aucune homme n’ait été contaminé par cet abominable discours et considère (de loin) la victime comme une moche à laisser se débrouiller. L’école n’encourage pas le flirt et les « petits couples ». Pardon d’être catholique. Et l’actualité vient d’ailleurs de montrer que les « petits couples », à l’âge tendre, peuvent parfois tourner court de façon dramatique.

On continue ? L’angle mort du papier, la petite question que le journaliste n’a pas pensé à poser, est tout bête, mais central : si Stanislas est une école épouvantable, pourquoi tant de parents s’y pressent pour inscrire leurs enfants, pourquoi tant d’enseignants se précipitent pour postuler ? Des masochistes, sans doute ? Depuis que les pédagogistes de gauche règnent en maîtres à l’Éducation nationale, c’est-à-dire plusieurs dizaines d’années, l’école publique s’est effondrée, communautarisée, démonétisée, quand elle n’est pas devenue un coupe-gorge. Un radeau de la Méduse que tentent de fuir ceux qui le peuvent. Profs et élèves prennent la tangente, tandis que sur les plateaux télé, on s’ébaubit, avec candeur, de la  des mineurs et de leur niveau scolaire affligeant. Parallèlement, quelques écoles privées - dont Stanislas… et, dans un autre style, la fameuse École alsacienne - ont tenu le cap, bon an mal an, sans rien inventer, avec des méthodes de travail éprouvées, en sauvant ce qui pouvait l’être, malgré mille obstacles… écoles témoins de ce que l’on pourrait réussir à généraliser si l’on en avait les moyens et la volonté. Mais au lieu de s’en inspirer, d’analyser les raisons de l’échec et les recettes du succès, Mediapart préfère les flinguer. Pour plus d’égalité, cela va de soi.

Pap Ndiaye, dans son choix de l’École alsacienne, n’est pas critiquable : il a fait, à raison, ce qu’il pensait être le meilleur choix pour ses enfants. Les autres parents ont envie de faire de même. Que l’inquisiteur Mediapart leur fiche paix.

Posté par oldgaffer à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2022

Vaccin et épidémie

L’analyse de Jean-Claude Bourret :

Covid 19...

Le second tour des législatives ayant eu lieu, la pandémie repart...

Plusieurs cas autour de moi...

Trois ou quatre jours de toux...un peu de fièvre...puis retour à la normale en une semaine environ (si tu as des cas précis, merci de nous faire partager ton expérience)

Le professeur Raoult vient d'affirmer :

"Ces vaccins ont...augmenté l'épidémie !.. .

...Ce sont les pays qui ont été les plus vaccinés, qui ont le plus de cas actuellement...

...En France 25% des cas de Covid sont survenus depuis moins d'un mois...C'est le même temps pendant lequel ont a fait quinze millions de vaccins !!

Comment se fait-il que c'est  dans le pays ou on a fait le plus de vaccinés , qu'il y a le plus de cas de contaminés ?"

Une déclaration - choc - faite sur Sud Radio, et qu'LCI a vérifiée...pour conclure...C'est vrai !

En France , 90% des plus de 12 ans sont vaccinés...et l'épidémie repart...Et idem dans les autres pays les plus vaccinés  ( 70 à 90% ) comme l'Irlande  , le Danemark , le Portugal , l'Espagne, l'Italie, Israël, l'Australie ou Chypre...

A l'inverse, dans les pays les moins vaccinés, comme en Afrique, très peu de contaminations...

On nous aurait menti ?! 

...pour engraisser un laboratoire...si puissant et menteur qu'il a déjà été condamné pour fraudes à des amendes dépassant...dix  milliards de dollars !  (Pfizer et ses filiales : Ulrich Baumgartnen / Getty images )

Entre autres accusations de la justice :

"Publicité mensongère, charlatanisme (!) corruption de médecins (mon Dieu..;est-ce possible !) Corruption de fonctionnaires. "

A part ça, ta prochaine dose, tu l'as fait faire quand ?

( Tu remarqueras que l'intelligence artificielle de FaceBook, met automatiquement dans ce post, une fiche de propagande gouvernementale...Cela m'indiffère, mais j'aimerai que la programmation soit également automatique lorsque l'on parle de Pfizer, et que l'on mette sous les yeux des naïfs des informations comme :

"Le laboratoire Pfizer  écope d'une amende de 2,3 milliards de dollars (  en 2009) pour pratiques commerciales frauduleuses...Condamnation concernant la mise sur le marché de...quatre médicaments...

Ajoutons à cela que le  laboratoire Pfizer a été  condamné...QUARANTE fois de 1995 à 2009 pour...

...corruption, charlatanisme,publicité mensongère, diffusion de produits dangereux , comme l'a rappelé récemment François Asselineau...

Et n'oubliez pas : tous vaccinés ! Tous protégés !

Allez, répète après moi...

Posté par oldgaffer à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2022

LR vont à la soupe!

Dans le sillage de Le Maire-Dick, Darmanin de Tarascon et Edouard à la barbe blanchissante, LR vont à la soupe sous prétexte de faire barrage au RN!!!!

Ce genre de traitrise leur coutera cher à terme.

Posté par oldgaffer à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 juin 2022

L'escroquerie Éolienne

Post de Jean-Claude bourret sur Facebook :

Les éoliennes...
Pourquoi elles se multiplient...
Pour le profit de fonds de pensions et d'investisseurs divers, époustouflés par les rendements financiers...grâce à des tarifs de rachat de l'électricité produite...deux fois supérieurs - au moins- au prix que tu payes sur ta facture EDF - ou autre -
...même la mafia italienne s'est mise dans les éoliennes, tant les rendements financiers sont sûrs...et juteux...
Et tout cela, payé par chacun d'entre nous - regarde les taxes et cotisations diverses sur ta facture EDF ou équivalent -
Les verts sont de précieux alliés : lorsqu'ils sont élus, ils font pression sur les gouvernements, afin de subventionner les "énergies renouvelables"...comme en Allemagne...ou malgré la construction de...trente mille éoliennes (!) l'Allemagne est obligée de rouvrir des centrales à charbon ou à gaz, car l'éolien ne fonctionne que...24% du temps (moyenne mondiale depuis >60 ans)...
...et la moitié du temps de production...ne sert à rien...
Mais grâce aux verts, l'état (c'est à dire toi, via tes impôts et taxes sur ta facture d'électricité) , subventionne largement ces grands capitaux, qui investissent dans l'éolien pour...multiplier leurs profits...
Le témoignage ci-dessous, est un classique...mais chut...tu pourrais énerver les écolos bobos... ('bourgeois bohèmes )
Alain Kint
6 juin 2022 à 16:29
Guette Maria-Tarade : Pris chez un ami. J'ai 35 ans, je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune. Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste.
- Première surprise : je m’attendais à rencontrer un représentant de l’État, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés).
En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pensions étrangers qui était chargée du projet.
Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des sociétés privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes.
Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier « du vert ».
- Deuxième surprise : la société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait « surtout pas » me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : 30.000 euros par an pour deux éoliennes implantées.
Mes revenus actuels sont de 1.500 euros par mois, pensez-donc, 30.000 euros net par an et pendant 20 ans !
Pendant 20 ans... 30.000 euros qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve !
La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30.000 euros par an, je n’en doutais pas une seconde. Mais... je suis auvergnate, et par nature, méfiante, « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ? Ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? Il y a un loup quelque part ».
Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé un contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes.
Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ?
Une réponse très floue : .... on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais comme la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous vous provisionnons 50.000 euros pour vos deux éoliennes.
Parce que, bien entendu, au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course, foutue et il est stipulé de la démonter.
Ah bon, alors j’ai fait venir plusieurs entreprises spécialisées dans le démantèlement des éoliennes.
Résultat : devis pour une éolienne (hauteur 80 mètres), le coût minimum est de 450.000 euros par éolienne, à charge du propriétaire du terrain.
Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’État se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune.
Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble de ma commune de 200 habitants comprend 7 éoliennes, soit 450 000 x 7 = 3.150.000 de dette pour la commune.
C'est la faillite pour tous !
Ensuite je me suis demandé pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent.
Réponse : en effet, il n’y a pas assez de vent, mais nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes... 80 mètres de haut.
Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps, c'est pas très rentable..
Mais, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ?
Tout simple !
En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies (l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège !).
Donc, c’est intéressant pour les investisseurs étrangers, sans doute en pleine complicité avec notre gouvernement car, qui paye cette différence ? ...C'EST NOUS !
Regardez bien votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte ».
En fait, nous finançons des actionnaires étrangers.
Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée.
Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas !
Le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-mêmes pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables. Avec cet argent, l’état pourrait redistribuer à chaque français une part pour isoler dignement son logement. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.
Faites circuler, et réfléchissez.
Sous couvert de «VERT», on nous prend pour des...

Posté par oldgaffer à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2022

Méchencon ne passera pas!

Editorial de Valeurs Actuelles :

[Goldnadel] Législatives : le fascisme d’extrême gauche ne passera pas

Malgré le score historique de la Nupes au premier tour des législatives, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon ne sera pas Premier ministre, se réjouit notre chroniqueur Gilles-William Goldnadel. 
Jean Luc Mélenchon. Photo © Patrick Siccoli/SIPA 

Monsieur Mélenchon ne sera pas Premier ministre, monsieur Macron n’aura peut-être pas la majorité seul, et la droite, majoritaire en voix, est victime de sa désunion criminelle. Tout le monde a perdu, à commencer la France.

Il apparaît néanmoins que l’extrême gauche a réalisé un score historique faute d’un barrage contre elle, faute d’un combat culturel contre son danger fascisant. Car oui, il s’agit bien d’un fascisme, au sens dévoyé de son acception. Celui qui disqualifie ses opposants en les traitant de fachos.

Celui qui bénéficie d’une indulgence médiatique extrême, comme en bénéficiait l’extrême droite fascisante aux détours des années trente.

Celui qui manifeste son intolérance envers toute dissidence, dans les universités ou les cités. Celui qui dans la rue, par nervis ANTIFAScistes interposés, utilise la violence. Celui qui invite à Paris un antisémite anglais aussi judéophobe que lui. Celui qui est obsédé par la race et organise des réunions interdites aux Blancs.

Celui qui veut abolir les frontières de la France pour détruire la nation et transformer le peuple pour faire entrer des migrants à sa botte.

Celui qui célèbre par la “créolisation” le métissage obligatoire, exacte obsession raciale inversée du culte du sang pur. Celui qui se montre compréhensif et indulgent par électoralisme comme par idéologie xénophile envers l’islamisme le plus intransigeant. Celui qui pratique le féminisme le plus agressif, mais contre le mâle hétérosexuel blanc uniquement.

Sauf s’il s’agit de ses partisans : c’est ainsi qu’on apprenait, exemple parmi cent, que Thomas Piketty avait fait l’objet d’un rappel judiciaire à la loi pour violences conjugales à l’égard d’Aurélie Filippetti. Mesdames Autain, Garrido, de Haas et Coffin sont demeurées sans voix.

Celui qui veut désarmer les policiers pour livrer les pauvres gens à la meute des voyous immigrés des quartiers. Celui qui veut abolir les frontières de la France pour détruire la nation et transformer le peuple pour faire entrer des migrants à sa botte. Celui qui pratique la haine de classe comme de race. Celui qui détruira l’économie, et qui aime tellement les pauvres, qu’il les multipliera, comme au Venezuela.

Son coup n’ayant pas réussi, il prépare déjà, délégitimant la violence légale de l’état de droit, un troisième tour violent dans la rue. Ce fascisme-là ne doit pas passer et ne passera pas.

Posté par oldgaffer à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2022

Alban Gervaise

Sur Valeurs Actuelles :

Meurtre d’Alban Gervaise : pas d’hommage national 

Le médecin militaire égorgé par un islamiste sera inhumé mardi dans l’intimité. Pourquoi la bulle de silence qui entoure ce crime n’éclate pas.   

Le médecin en chef Alban Gervaise, qui avait été fait chevalier de l’ordre national du Mérite le 22 avril, décoré de la médaille d’honneur du Service de Santé des armées, était un homme courageux. Pas seulement dans l’exercice de ses fonctions, comme radiologue praticien professeur agrégé depuis 2020, et comme belle figure d’officier au service de la France pendant vingt-deux ans. Mais aussi lorsqu’il a été égorgé de dix coups de couteaux par Mohammed L., le 10 mai, alors qu’il venait chercher ses deux enfants de 7 et 3 ans à la sortie de l’école et qu’il a voulu les préserver. Alban Gervaise est mort le 27 mai après avoir reçu un protocole de soins extrêmement rare ; un dispositif de thérapies maximalistes, dont l’objectif est de sous-traiter et externaliser tous les organes et qui est habituellement réservé aux grands blessés de guerre. À Marseille, comme dans le reste de la France, la communauté des médecins militaires a été bouleversée par l’annonce de son décès.

« On a l’impression qu’une bulle de silence s’est abattue sur ce fait divers dramatique », décrypte un officier. Un silence qui a été expressément demandé par l’épouse d’Alban Gervaise pour protéger ses enfants.  Mais un silence coupable au plus haut niveau de l’État. Un silence « écrasant », pour le député LR des Bouches-du-Rhône, Guy Teissier, et « surprenant de la part des médias si prompts à s’enflammer dans certains cas… mais pas celui là »« Un silence qui a transformé ce crime sordide, odieux, barbare perpétré devant son enfant en un simple fait divers », ajoute le député Éric Ciotti. « Tout a été fait pour que la médiasphère ne s’empare pas d’un sujet qui serait au crédit de l’extrême droite », ajoute un militaire pour qui « le gouvernement ne veut plus entendre parler de terrorisme et encore moins dans une ville devenue le porte étendard de l’islamisme en France ».

« La dissimulation de ce drame »

L’agresseur, Mohammed T., présenté dans les médias comme un déséquilibré, n’était pas connu des services de renseignement mais il l’était des services de police. Ce musulman s’en est pris à un père de famille devant une école catholique. Il aurait commis ce crime au nom d’Allah. « Je suis choqué par la dissimulation de ce drame, on a l’impression que tout est fait pour occulter la gravité de ce meurtre, pour en dissimuler les causes, celle de l’islamisme », poursuit Éric Ciotti. Une dissimulation qui s’est illustrée jeudi 2 juin, alors qu’Emmanuel Macron visitait une école publique justement à Marseille avec son ministre de l’Éducation Pap Ndiaye. Le chef de l’État n’a eu ni un geste ni un mot sur ce drame. « Ce geste aurait été bienvenu ; il ne s’est pas produit. Cela participe à cette banalisation qui  est déjà une forme de soumission et de renoncement », tempête Éric Ciotti. Et de lâcheté.

Victime de guerriers islamistes, Alban Gervaise ne peut pas être mort dans l’indifférence. Samedi 3 juin, un communiqué du ministère des Armées indiquait qu’un hommage serait rendu à Alban Gervaise mardi 7 juin à l’hôpital militaire Laveran où il exerçait, sans présence d’élus « du fait d’une période de réserve liée aux élections ». La cérémonie religieuse se déroulera le même jour à 11 heures en l’église Saint-Jérôme, suivie de l’inhumation dans la plus stricte intimité, “sans fleur ni couronne”. Et sans hommage de la nation.

Posté par oldgaffer à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2022

Scientologie : l'escroquerie mentale

Mon ami Philippe s'étonne que la scientologie soit interdite en France alors qu'elle a pignon sur rue aux USA, avec notemment une tête d'affiche comme Tom Cruise. Il fait un parallèle avec l'Islam qu'il considère également comme une secte mais bien plus dangereuse.

L'Islam ne coche pas les cases qui permettent de définir ce qu'et une secte, notamment il n'y a pas de gourou à la tête de cette religion. Par contre la sceintologi coche les cases et doit être consiérées comme néfaste. Dans mon livre "Contrecourants", éditions KD publishing, j'ai consacré un chapitre aux falsifications et errements, et la scientologie y tient une bonne place. Voici l'extrait la concernant. Il fait référence à d'autres chapitres du livre que chacun peut commander sur Amazon :

 

L’église de scientologie est plus dangereuse que les Témoins de Jéhovah, même si les causes de disqualification reposent sur les mêmes bases. Nous avons vu les critères d’une religion dans un chapitre antérieur, nous allons voir que cette « église » n’en a aucunement les caractéristiques. Loin des passions, des débats médiatiques, je vais en fait me référer au seul étalon valide, les critères traditionnels que le lecteur doit désormais connaître, car tous les chapitres de ce livre se fondent sur eux. La place particulièrement longue que tient l’étude de cette doctrine est due non à son intérêt particulier mais à l’examen détaillé que nous allons faire du « credo de l’église de scientologie » tel qu’elle le propose. Rappelons ce qui définit une religion : c’est une triade qui associe une doctrine, une morale et un rituel.

 

« Nous, membres de l’église croyons : Que tous les hommes quelles que soient leur race, couleur ou croyance, ont été créés avec des droits égaux »

La déclaration des Droits de l’Homme a dit la même chose deux siècles plus tôt, mais de façon plus claire. Sans insister sur la redondance entre race et couleur, je ne vois pas ce que la création a à faire avec les droits. La création est du domaine divin, les droits du domaine humain, on mélange déjà complètement les genres.

« Que tous les hommes ont le droit inaliénable d’avoir leurs propres pratiques religieuses et de les exercer »

La liberté du culte est inscrite dans nos institutions, cette phrase reprend encore une proposition laïque, terrestre, en l’exprimant de façon moins claire que dans les textes officiels.

« Que tous les hommes ont le droit inaliénable de vivre leur propre vie; que tous les hommes ont le droit inaliénable à leur santé mentale; que tous les hommes ont le droit inaliénable d’avoir leur propre défense; »

Entre les portes ouvertes largement enfoncées, et les truismes creux dépourvus de sens, on cherche encore vainement la moindre référence à une spiritualité, à ce qui peut de près ou de loin ressembler à une église. Reconnaissons que jusqu’ici il n’y a rien de bien alarmant, sinon qu’on ne voit rien qui ressemble à une religion dans ce « credo ».

« Que tous les hommes ont le droit inaliénable de concevoir, choisir, assister ou soutenir leurs propres organisations, églises et gouvernements ; que tous les hommes ont le droit inaliénable de penser librement, de parler librement, d’écrire librement leurs propres opinions et de s’opposer, de se prononcer ou d’écrire sur les opinions des autres »

Merci aux scientologues de m’autoriser à dire ce que je pense d’eux, et encore une fois nous sommes en présence de principes républicains fondamentaux, mais mal dits.

« Que tous les hommes ont le droit inaliénable de créer leur propre espèce; » 

Voici le genre d’affirmation qui laisse pantois ! Les hommes ont le droit de créer l’espèce humaine ! C’est déjà fait il me semble, et même si je ne suis pas d’accord avec la façon dont Darwin l’explique, lui et moi convenons que la création de l’espèce humaine n’est pas vraiment à l’ordre du jour. Nous en sommes déjà à la huitième des vingt et une propositions, et nous plongeons dans la sottise, en cherchant vainement le moindre élément transcendant.

« Que les âmes des hommes ont les droits des hommes »

Enfin une référence au delà du corporel, hélas c’est pour redescendre se vautrer aussitôt à l’étage matériel avec des droits dont on ne voit pas en quoi ils concernent l’âme, et au bout du compte une sentence dépourvue du moindre sens.

« Que l’étude du mental et la guérison des maladies d’ordre mental ne devraient pas être séparées de la religion, ni tolérées dans un domaine non religieux »

Admettons que la psychiatrie doive être interdite, la psychanalyse supprimée, la psychologie incorporée à la théologie, cette référence religieuse ne nous dit toujours pas à quoi elle se réfère comme doctrine religieuse ou comme rituel, la morale étant, nous l’avons vu essentiellement tirée des idées laïques. On ne sait pas non plus quelle est cette théurgie qui doit remplacer la médecine classique.

« Et qu’aucun autre agent que Dieu n’a le pouvoir de suspendre ou de négliger ses droits, de façon ouverte ou couverte »

Faire de Dieu un agent, voila qui est original et donne une idée de la dimension de la pensée scientologique. Pour le reste, le même non-sens affligeant.

« Et nous, membres de l’église, croyons : que l’homme est fondamentalement bon, qu’il cherche à survivre, que sa survie dépend de lui-même, de ses semblables et de l’accomplissement de sa fraternité avec l’univers »

Une sentence creuse, et la survie en guise de vie éternelle ou de rédemption. On a dégringolé quelques étages dans le concept! Quant à la « fraternité avec l’univers », ça ne veut rien dire. On est fraternel avec ses frères (et tous les hommes devraient être frères, c’est le principe fondateur du Christianisme), on peut être en harmonie avec l’univers, mais on ne peut pas être fraternel avec l’univers. Il est grave de ne pas connaître le sens des mots que l’on emploie quand on prétend écrire le texte fondateur d’une église et d’une religion !

« Et nous, membres de l’église, croyons que les lois de Dieu interdisent à l’homme : de détruire sa propre espèce, de détruire la raison des autres, de détruire ou d’asservir l’âme d’un autre, de détruire ou de réduire la survie de ses compagnons ou de son groupe. Et nous, membres de l’église croyons que l’esprit peut être sauvé et que seul l’esprit peut sauver ou guérir le corps. »

C’est tout. Voici ce sur quoi une association veut se proclamer religion. On cite Dieu - et encore, comme un agent - on cite la religion, l’esprit et l’âme, mais ces mots restent « en l’air », ne s’accrochent à aucune doctrine. Ce « credo » ne fait que reprendre en version débile non sous-titrée des principes élémentaires laïques, on saupoudre les mots ci-dessus, et « abracadabra » on a créé une nouvelle religion sans doctrine, sans rituel, à la morale simpliste et mal dite.

Certes l’aspect matériel de la secte mérite aussi de l’intérêt, les démêlés judiciaires qui en ont résulté le montrent, mais je n’aborderai pas cet aspect. Le qualificatif de religion est à l’évidence invalide à l’examen de ce « credo » consternant. Il n’est pas nécessaire d’évoquer les manipulations mentales ou l’escroquerie pour disqualifier les scientologues. Quant aux juges de la république, ils sont là - ce qui n’est pas mon rôle - pour dire si les pratiques de cette secte sont contraires aux lois et aux institutions, certainement pas pour définir s’il s’agit ou non d’une religion, ils ne sont pas qualifiés pour se prononcer sur ce point. Le jugement rendu par un tribunal lyonnais en juillet 1997 laisse rêveur sur les dérives de la justice de notre pays.

En quoi la scientologie présente-t-elle plus de danger que les Témoins de Jehovah? Dans les deux cas on observe un discours pauvre sans portée métaphysique ni même religieuse vraie, mais, chez les Témoins de Jéhovah, même si la « doctrine » est consternante de pauvreté, de naïveté, de matérialisme, elle existe, la morale et le rituel aussi, même si on peut faire à leur égard les critiques et les réserves que nous avons vues. Il y a une tentative de se fonder sur des éléments traditionnels, même si le résultat doit être considéré comme un errement du monde moderne. La scientologie ne repose sur rien ; du vide, des sentences creuses, des phrases qui sont soit des évidences infantiles, soit dépourvues de tout sens. D’autre part, l’allusion au mental est inquiétante. Quand une secte prétend protéger le mental de ses adeptes, avec des bases aussi floues et aussi sottes que ce que nous venons de voir, c’est qu’il y a danger pour le mental. Et je ne suis pas sûr que ceux qui sont derrière ce mouvement soit aussi sots que les textes qu’ils pondent, c’est bien ce qui m’inquiète, les textes sont volontairement débiles, car ceux qui se laissent prendre n’en seront que plus faciles à gruger.

 

Posté par oldgaffer à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2022

L'immigration au stade de France

Capture d’écran 2022-06-01 à 18

 

 

Éditorial de Valeurs Actuelles :

Au Stade de France, l’immigration fait les poches de la France
Quatre jours ont passé. Les débordements de la finale de la Ligue des champions sont dans toutes les têtes. Agressions sexuelles, passages à tabac, crachats, voitures caillassées, racket… : la liste est encore longue. Et les images de policiers impuissants et dépassés sont violemment commentées. La version officielle de cette tragique soirée se cantonnait aux seuls dires du ministère de l’Intérieur. La Place Beauvau botte en touche et incrimine les « supporters anglais » et une fraude de « faux billets ».

Une déconnexion inquiétante avec ce qu’ont vécu les forces de l’ordre ce soir-là. Elles sont unanimes : elles n’ont jamais vu pareil chaos. À cela s’ajoute un très faible taux d’interpellations avec à peine une centaine d’individus arrêtés. Ils sont pour la plupart des clandestins. Pis, seuls six hommes, âgés de 21 à 39 ans, ont été renvoyés en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Bobigny, ce mardi 31 mai. « Toutes les autres gardes à vue ont étéaleurs Atuelles levées », assure le parquet. Les faits retenus ? Vols de téléphones, d’une montre, d’un collier… « Des histoires de vols à l’arraché, un tribunal débordé, rien d’extraordinaire à Bobigny », glisse un avocat au Monde.

Ces individus n’ont pas d’affinité avec le royaume de Sa Majesté. Parmi les profils condamnés figure Oussama K., 24 ans, algérien. L’homme ne sait ni lire ni écrire. Il est arrivé l’année dernière en France par bateau. Après avoir tenté de pénétrer frauduleusement dans le stade, il a volé un supporter anglais sur le quai de métro de la ligne 13. Interpellé, il jette le portable dérobé au sol. Il écope de six mois avec sursis et fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire. Ahmed M., clandestin palestinien de 34 ans a mordu un retraité britannique et frappé un policier lors de sa garde à vue. La sentence tombe : dix mois ferme et un mandat de dépôt. Abdelmajid B. est plombier, il est condamné à dix mois de prison, dont trois avec sursis. Les trois autres prévenus sont péruviens. Quatorze téléphones volés ont été trouvés en leur possession.

La France est une nouvelle fois la risée du monde. Les journalistes britanniques et espagnols présents sur place, samedi soir, ont démenti avec fermeté la version du gouvernement. Interrogé, Emmanuel Macron a esquivé, seul son gouvernement est concerné... Une chose est sûre, la France s’ensauvage un peu plus chaque jour. À quand le sursaut ?

Posté par oldgaffer à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2022

Violences au stade de France

Darmanin de Tarascon et son sbire pourri, Lallement, ont beau mentir effrontément et accuser les anglais, certaines choses sont indéniables, comme l'explique Jean-Claude Bourret :

Violences au stade de France :

Tous les témoignages convergent ( Policiers, journalistes, témoins )
1- les violences sont venues de groupes hyper violents issus de la banlieue...
2 - ces bandes de racailles sont venues pour l'essentiel de l'immigration, souvent sans papiers, d'après les fichages de la police.
3- le dispositif policier était inefficace, car très mal organisé.
4- Le ministre de l'intérieur, en jetant l'opprobre sur les Anglais, a été mal informé..ou a menti. Les supporters Anglais ont eu dans l'ensemble un comportement calme et discipliné.
5- Les bandes hyper violentes, venues de la banlieue ne sont pas une nouveauté. Elles sont le résultat de...50 ans de lâchetés politiques, gauche et droite confondues.
............
Ce qu'en dit Valeurs Actuelles dans un éditorial aujourd'hui :
Débordements au Stade de France : Gérald Darmanin s’enferme
dans le mensonge

Gérald Darmanin est sous pression. Le ministre de l’Intérieur est vivement critiqué pour sa gestion approximative des heurts de samedi soir aux abords du Stade de France. Il fait porter la responsabilité des débordements sur les supporters britanniques. Cet argumentaire est particulièrement critiqué par les observateurs et les médias étrangers. Ce lundi, sur le plateau du journal de 20 heures de TF1, il a maintenu sa ligne de défense : « Les débordements au Stade de France sont du fait des Anglais qui ont acheté ou fait circuler des milliers de faux billets. » Selon lui, ces problèmes de billets ont touché « exclusivement la tribune britannique ». Il poursuit en dénonçant « les bêtises dites sur les réseaux sociaux, avec des insultes fortes contre les habitants de la Seine-Saint-Denis ». Le clou de cette plaidoirie : « Il ne faut pas que la droite extrême utilise ce malheureux évènement pour sa campagne nauséabonde. » Une version à peine croyable, tant les témoignages de policiers et de supporters viennent le contredire. « Des hordes de migrants ont dépouillé les supporters parfois avec une violence extrême », témoigne dans nos colonnes un policier. Hier, Valeurs actuelles a eu accès aux données des forces de l’ordre. Que retenir ? Une majorité d’Algériens, de Tunisiens, de Marocains étaient en garde à vue à l’issue de la rencontre. Notre source policière nous livre les motifs des interpellations : « Vol avec arme, vol avec violence, recel, violence sur PDAP [personne dépositaire de l’autorité publique], violences en réunion, dégradations, tentative d’intrusion dans le stade, vol à la roulotte. »

Posté par oldgaffer à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2022

Réchauffement CO2 et escrologie

Encore une fois, mon ami Jean-Claude Bourret a une analyse pertinente et décapante.

Il faut vraiment être soit oligoneuronal soit malhonnête comme un escrologiste pour croire au rôle de l'homme dans le réchauffement et à l'effet de serre du CO2.

Je précise que le mot Expert dans GIEC est un ajout récent pour "faire bien", il n'y a pas d'autre expert dans cet organisme qui s'appelle ailleurs qu'en France IPCC (International Panel fot Climate Change) que les scientifiques qui sont payés pour exprimer le politiquement correct, sinon on coupe leurs crédits.

Mais voici le texte de Jean-Claude :

La vérité sur le réchauffement climatique, le CO2 et les écologistes de pacotille :
Le taux de CO2 a toujours été supérieur à celui d’aujourd’hui, au cours des 460 derniers millions d’années, y compris pendant certains épisodes glaciaires.
Le CO2, n’est pas une molécule polluante ou dangereuse, mais une source d’oxygène et d’énergie : ce gaz, que nous expirons en permanence (l’humain expire environ un kilo de CO2 par jour) est un bienfait pour l’humanité : il permet d’augmenter les rendements agricoles et de lutter contre les famines.
Les écologistes, pour une partie, ne connaissent pas les dossiers, et profitent de l’inculture des Peuples, pour leur faire croire que le CO2 est responsable d’un réchauffement climatique (très modeste et naturel)…et se faire élire au mépris de la vérité.
Il y a 2,5 à 3,8 milliards d’années les températures étaient supérieures à 55 degrés…et le taux de CO2, mille fois plus important qu’en 2022.
Il y a 500 millions d’années,, le taux de CO2 était de huit à dix sept fois supérieur à ce qu’il est aujourd'hui. , soit 3000 à 7000 ppm (partie par million) contre 415 ppm en 2022.
Lors de l’Eocène ( entre – 54 et – 49 millions d’années) , les températures moyennes étaient de 29°C sur terre , les mers étaient à 40°C, et le taux de CO2…de 1600 ppm (partie par million, soit…QUATRE fois plus qu’aujourd’hui )
Si l’on traduit les PPM (parties par million) en pourcentage « classique, on obtient 0,044 % de CO2 dans notre atmosphère en 2022, contre 0,2 % il y a 49 millions d’années, soit cinq fois plus )
Le principal gaz a effet de serre est la vapeur d’eau , qui joue un rôle majeur dans le réchauffement climatique, avec le méthane.
Il y a deux cents millions d’années (fin du Trias ) 80% des espèces ont disparu, pour une cause non définie, alors que l’humain…n’était pas né.
Il y a 66 millions d’années, 76% des espèces sont à nouveau exterminées (y compris les dinosaures)
Evidemment, ni l’humain, ni le CO2, ni les réchauffements et refroidissements climatiques naturels permanents sur notre planète, n’étaient « responsables .
Entre deux glaciations, il y a 5,9 millions d’années arrive la « crise Messénienne » : un réchauffement brutal qui dure…630 mille ans !
…le niveau des mers baisse de…150 mètres…les températures de surface de la mer, passent de 19 à…27 degrés.
Puis, juste après le Messénien, vient le Pliocène inférieur (de- 5,3 à - - 4,7 millions d’années)…arrive une période.. ;encore plus chaude !
…puis une période froide (entre -4,7 et – 4 millions d’années)…puis encore une période de réchauffement, entre -4 et -3,5 millions d'années.
Les températures sont supérieures de...8 degrés par rapport à celles d'aujourd’hui, et jusqu’à 15 degrés de + en Arctique. Le niveau des mers monte de…25 mètres.
Et le CO2 ?
Entre 300 et 400 ppm (partie par million) contre 412 en 2022.
Toute l’Histoire du climat nous démontre qu’il n’y a AUCUNE corrélation entre le taux de CO2 et une variation de la température NATURELLE.
Au Xème siècle, peu avant les croisades, commence « l’optimum climatique médiéval » ( de 950 à 1270 ,)…
…suivi d’un petit âge glaciaire de 1270 à 1500…suivi d’un nouveau réchauffement de 1500 à 1560…suivi d’un nouveau petit âge glaciaire , de 1560 à 1830…suivi d’un réchauffement…puis d’un refroidissement de 1870 à 1910…
Puis d’un léger réchauffement (environ + un degré en 120 ans)…et donc…
…un nouveau refroidissement attendu dans les années 2030/2040.
Dès Qu'un record de chaleur est battu, les écolos se précipitent pour nous expliquer que c’est la faute au CO2, donc à l’Homme…
Mais…
.. .rien lorsqu’il s’agit de records de froid :
- 15,5 degrés à New York en…2014
- -37 degrés dans le Minnesota
- -48 degrés sur les grands lacs en 2019
- -55 degrés en Sibérie en décembre 2020 à Ojmakon. Moscou -15… -Oslo – 38,9 degrés.
L’Histoire de notre planète est une oscillation naturelle permanente entre des périodes de réchauffements, souvent rapides et des refroidissements…
.. ;et le niveau des mers a varié de…QUATRE CENTS mètres en cent millions d’années (entre moins 150 m et + 250 mètres par rapport à aujourd’hui)
Les « gaz à effet de serre » sont une conséquence et non une cause de ces variations naturelles, dues à de multiples facteurs , comme la position de la Terre par rapport au Soleil, aux éruptions volcaniques, à la tectonique des plaques, aux chutes d’astéroïdes etc.
Le Giec, tarte à la crème des écolos, a été créé par des « croyants » , des écolos, qui, disposant d’important budgets, n’en distribuent les prébendes qu’aux scientifiques qui font des enquêtes allant dans leur sens…Les scandales – peu connus- de manipulations de courbes et de conclusions ont été dénoncés par d’autres scientifiques qui n’ont ..pas voix aux médias main stream…
Mais alors pourquoi cette « lutte contre le CO2 ».. ;qui est bon pour notre planète, et sur lequel nous n’avons d’ailleurs aucun moyen d’action ?
Pour faire des profits : les écolos bobos vont réussir à faire interdire les Diesels (qui émettent…DIX fois moins de particules que les moteurs à essence…les pollutions dans les villes…ne cessant de diminuer, avec des polluants qui ont.. ;totalement disparu, contrairement à ce que croient…près de 90% des Français !)
..Derrière les écolos, il y a toutes les machines à cash : les fabricants d’éoliennes, de photo voltaïque , de voitures, d’avions , de mobilité électrique etc.
Il s’agit de relancer mondialement la consommation en faisant croire à une nécessité doublée d’une bonne action…et de se faire élire, pour vivre aux frais des naïfs…quel est le parti qui n’est pas écolo pour ces législatives, qui ne changeront rien à nos vies ?
Un dernier argument : en admettant par jeu intellectuel que les écolos bobos ont raison : le CO2 est une horreur (que les écolos arrêtent de respirer ! Ils en émettent un kilo par jour !) , savez vous de combien diminueraient les émissions mondiales de CO2 si l'on bloquait les 42 millions de véhicules en France ?
De...moins de un pour cent...!
Et si l'on bloquait tous les véhicules européens ? De moins de dix pour cent...!
D'autant que chaque fois qu'un consommateur, croyant bien faire, vend son essence ou son Diesel pour une voiture électrique...son "vieux" véhicule part en Afrique ou dans un pays pauvre, ou il va rouler...pendant au moins 50 ans !
Faites circuler ! Merci ...
Sources (plus de 300 ) dans :
"L'obscurantisme vert" du professeur d'université Yves Roucaute.
Vient de paraître aux éditions du Cerf. 390 pages .24 euros.
Un régal.

Posté par oldgaffer à 18:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Damien Abad : veste réversible et trahison

Quand les convictions sont solubles dans la gamelle si la soupe est bonne. Et il ne se contente donc pas de retourner les petites culottes, la veste y passe aussi :

 

IMG_3187

Posté par oldgaffer à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Variole du singe : intox et fake

Pour toujours mieux gouverner par la peur, on lance une nouvelle alerte sanitaire, à la variole du singe ce coup-ci.

Mais si on est vigilant on peut remarquer que cette campagne de peur utilise des photos vieilles de plusieurs années, qui n'ont rien à voir avec la variole du singe. On prend encore les gens pour des cons.

Voici les images comparées et confrontées :

 

photo_2022-05-21_22-16-38 (2)

photo_2022-05-21_22-16-38

photo_2022-05-21_22-16-39

photo_2022-05-21_22-16-40

 

Posté par oldgaffer à 13:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2022

Ukraine : réflexion de bon sens

POINT DE VUE DU GÉNÉRAL FRANÇAIS JACQUES GUILLEMAIN 

Pourquoi ceux qui savent ne sont ils plus jamais écoutés et les guignols ont toutes les télés du monde? 😥

SITUATION RUSSIE-UKRAINE

En ces temps où la raison semble avoir quitté les chancelleries occidentales et les salles de rédaction européennes, en ces temps où l'hystérie collective antiPoutine semble tenir lieu de réflexion profonde et de réponse politique incontournable, je rappellerai simplement quelques réalités que le monde en plein délire semble avoir oubliées.

Mais n'acculons pas l'ours russe outre mesure,car l'Ukraine ne vaut pas un holocauste nucléaire.

Il est bon de le rappeler aux va-t-en-guerre qui jouent avec le feu, le feu nucléaire s'entend.

Quand la paix sera revenue et que les esprits seront calmés,les historiens analyseront cette guerre pour en dégager objectivement les véritables responsabilités.

La diabolisation outrancière d'un ennemi ne fait pas partie de la panoplie à l'usage des historiens dignes de ce nom.

En attendant voici quelques rappels :

Ce sont les Américains qui ont refusé en 1990 que la Russie soit arrimée à l'Europe.

Ce sont encore les Américains qui ont promis à Gorbatchev de ne jamais élargir l'Otan à l'Est ?

Quand le Pacte de Varsovie a été dissous en 1991, les Occidentaux ont conservé l'Otan avec ses 16 membres, européens pour la plupart.

Vainqueurs de la guerre froide, les Américains, au lieu de construire la paix, ont intégré 14 pays de l'ex-URSS dans l'Alliance et installé leurs missiles aux frontières de la Russie qui ne menaçait plus personne.

En 2022, cinq pays de l'Otan possèdent encore des armes nucléaires américaines sur leur sol. Qui menace qui ?

Depuis 1990, l'Otan n'a plus rien d'une alliance défensive, c'est au contraire un outil offensif aux ordres de Washington pour régenter le monde.

C'est toujours l'Otan l'agresseur, en Serbie, en Libye, en Irak, en Syrie, en Afghanistan. Avec les succès que l'on sait...

En 1999, l'Otan a bombardé la Serbie alliée de Moscou avec une armada de 800 avions et dépecé le pays en l'amputant de la province du Kosovo, devenu un État mafieux siège de tous les trafics : êtres humains, armes, stupéfiants et organes.

L'Occident pleure sur le sort de l'Ukraine, mais il applaudissait aux bombardements de la malheureuse Serbie, accusée injustement de génocide. Ces bombardements criminels contre un petit pays qui n'avait agressé personne ont duré 78 jours. Les avions de l'Otan ont effectué 38.000 sorties, entraînant de nombreuses bavures et victimes civiles.

La récupération de la Crimée par Moscou n'est donc que le juste retour du boomerang pour l'indépendance du Kosovo, imposée à Belgrade en totale violation du droit international et au mépris de la Russie, encore trop affaiblie pour s'opposer à cette ignominie.

Quand Poutine refuse de voir l'Ukraine devenir une base avancée de l'Otan aux frontières de la Russie, c'est exactement ce que Kennedy a refusé en 1962, quand Khrouchtchev a voulu installer ses missiles nucléaires à Cuba.

Non, ce n'est pas Poutine qui a enterré les accords de Minsk.

C'est l'Ukraine qui ne les a jamais respectés en refusant d'accorder l'autonomie au Donbass pro-russe.

L'Occident gémit sur le sort de l'Ukraine, mais depuis 2014 les habitants du Donbass subissent eux aussi des bombardements ukrainiens perpétuels sans que l'Europe, ni l'Amérique ne s'en émeuvent. 13 000 morts en 8 ans.

Qu'en pense Zelensky, lui qui fait pleurer toutes les chancelleries occidentales ? 

Qu'en pense BHL, le champion de la désinformation sur tous les plateaux TV ? 

Le régiment Azov, qui torture et décapite les soldats russes, cela choque-t-il notre grand combattant des droits de l'homme, ou bien y aurait-il des victimes plus dignes d'intérêt que d'autres ?

Tout l'Occident veut soi-disant la paix, mais une vingtaine de pays arment l'Ukraine et attisent les braises. Certains d'entre eux veulent même livrer des avions de chasse ! Pure folie. 

Les armes individuelles finiront entre les mains des groupes mafieux ukrainiens, puis dans les caves de nos banlieues, comme celles de l'ex-Yougoslavie.

Zelensky ne cesse d'attiser les braises et de demander des sanctions toujours plus lourdes contre le peuple russe. Il veut que la Russie soit interdite des ports et aéroports du monde entier. Il veut la bannir de toutes les instances internationales. C'est un va-t'en guerre que la presse européenne encense.

Ce qu'il veut, c'est un engagement de l'Otan au risque d'un embrasement généralisé. Le soutien des Occidentaux lui donne des ailes et il ne cesse de faire pression sur l'Europe. L'Occident en fait un héros, alors qu'il ne fait qu'aggraver les souffrances de son peuple en restant terré dans son bunker.

Mais Zelensky n'est pas un saint. Il dirige un pays corrompu. Le régiment Azov est bien une unité nazifiée, ce que l'Occident refuse de reconnaître. Éternelle morale à géométrie variable du gendarme du monde... 

En annonçant brutalement que l'Ukraine serait la bienvenue au sein de l'UE, Ursula von der Leyen a démontré une fois de plus son incompétence et sa totale irresponsabilité, alors que Poutine s'oppose à cette adhésion et à toute intégration dans l'Otan. Rien de tel pour braquer l'ours russe encore davantage et difficile de faire plus stupide ! N'est pas Thatcher qui veut !

Zelensky a d'ailleurs sauté sur l'occasion, s'exprimant devant le Parlement européen pour réclamer une procédure accélérée d'adhésion. Comme si l'Europe devait intégrer sans attendre un État corrompu, en faillite et entouré d'éléments nazis !!

Nul ne sait comment va se terminer cette guerre fratricide. Mais si les Occidentaux avaient écouté les légitimes demandes de Poutine, afin de garantir la sécurité de la Russie, le monde n'en serait pas là. Il serait temps que les Européens ne se comportent plus en vassaux des États-Unis, qui ont tout fait pour enflammer la région et retirer les marrons du feu de ce conflit, sans tirer un seul coup de fusil.

Ils ont ressuscité l'Otan moribonde, ils ont relancé la guerre froide pour 30 ans, ils ont enterré à jamais le grand projet d'une vaste Europe de l'Atlantique à l'Oural, si cher à de Gaulle. Ils peuvent se réjouir. Et les naïfs Européens applaudissent, au nom de la paix et du droit international, alors qu'ils sèment la haine par leur surenchère permanente dans les sanctions.

Quand j'entends Bruno Le Maire vouloir détruire l'économie de la Russie, plongeant ainsi le peuple russe dans la misère, alors que Poutine veut couper uniquement la tête de l'État ukrainien corrompu, en limitant au maximum les pertes civiles, je me dis que ce n'est pas l'hôte du Kremlin qui a perdu les pédales.

Si les hackers russes lui bloquent son ministère, il ne faudra pas qu'il s'étonne.

Avec nos 3000 milliards de dettes, notre industrie et notre agriculture toutes les deux laminées, ce ministre de la faillite devrait se faire plus discret.

Souhaiter le naufrage économique de la Russie c'est criminel.

Continuons d'acculer l'ours russe avec des sanctions démentielles, et nous l'aurons notre guerre nucléaire. Hiroshima à la puissance 20 !

Depuis cinq jours, l'Occident a fait le choix de l'escalade sans jamais parler de négociations.

À tort, car ni l'Europe, ni les États-Unis n'ont les moyens d'engager un véritable affrontement avec la Russie, en pointe pour de nombreux armements conventionnels.

Par conséquent, Poutine ira jusqu'au bout de ses objectifs.

Voilà 30 années que l'Occident trompe et humilie les Russes.

Cette époque est révolue, ce sera dorénavant un rapport de forces entre Moscou et l'Europe.

Avoir gagné la guerre froide pour revenir au point de départ 30 ans plus tard, c'est certainement le plus retentissant échec politique depuis 1945.

Merci Oncle Sam, merci les élites européennes !

Toute la paix en Europe est à reconstruire.

Et nous, Français, quittons l'Otan.

Nous n'avons pas à être les supplétifs des ÉtatsUnis dans leurs guerres de domination.

Avec les Russes, nous nous connaissons bien, nous avons une longue histoire commune.

Nous nous apprécions et nous nous respectons.

On a vu les Cosaques dans les rues de Paris, certes, mais qui d'autre que la Grande Armée est allé jusqu'à Moscou ?

En 1942, un groupe de chasse français des FFL fut créé pour aller combattre aux côtés des aviateurs russes.

Le groupe Normandie-Niemen.

C'est la seule unité occidentale qui ait combattu au sein de l'Armée rouge contre les Allemands.

Cette unité ne tarda pas à s'illustrer et à gagner l'estime des pilotes russes au combat.

Et aujourd'hui, la population fleurit la tombe de ces pilotes français inhumés sur place.

À la fin de la guerre, le commandement russe laissa ces pilotes multi-décorés repartir en France avec les avions sur lesquels ils avaient combattu.

« Le don au régiment « Normandie-Niemen » de tous les avions sur lesquels ils avaient volé fut une manifestation de l'amitié sincère entre les peuples français et soviétiques. »

— Maréchal Alexandre Novikov Je rappelle aussi que ce sont les Russes qui ont gagné la guerre.

Hitler a englouti 80 % de son armée dans les steppes russes.

Sans le sacrifice du peuple russe, jamais les Alliés n'auraient pu débarquer.

Les Occidentaux ont la mémoire courte.

Par conséquent, voir aujourd'hui la France de Macron considérer les Russes comme des ennemis est infiniment triste.

Bruno Le Maire transpire la haine, hurlant stupidement avec les loups, sans la moindre connaissance du problème, des enjeux et des risques de guerre.

Encore une lumière de la Macronie !

Désespérer la première puissance nucléaire du monde en l'affamant, venant d'un ministre de la République, cela relève non seulement d'une stupidité sans nom, mais également de la psychiatrie.

Général Jacques Guillemain

-- 

« Pour savoir qui décide, cherchez qui vous n'avez pas le droit de critiquer »

Posté par oldgaffer à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2022

Ukraine : l’analyse d’Henri Guaino

Henri GUAINO (texte remarquable face aux discours manichéistes et inconscients concernant la guerre en Ukraine) :

" Nous marchons vers la guerre comme des somnambules".

J’emprunte cette image au titre du livre de l’historien australien Christopher Clark sur les causes de la Première Guerre mondiale : Les Somnambules, été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre.

« Le déclenchement de la guerre de 14-18, écrit-il, n’est pas un roman d’Agatha Christie (…) Il n’y a pas d’arme du crime dans cette histoire, ou plutôt il y a en a une pour chaque personnage principal. Vu sous cet angle, le déclenchement de la guerre n’a pas été un crime, mais une tragédie. » En 1914, aucun dirigeant européen n’était dément, aucun ne voulait une guerre mondiale qui ferait vingt millions de morts mais, tous ensemble, ils l’ont déclenchée. Et au moment du traité de Versailles aucun ne voulait une autre guerre mondiale qui ferait soixante millions de morts mais, tous ensemble, ils ont quand même armé la machine infernale qui allait y conduire.

Dès le 7 septembre 1914, après seulement un mois de guerre, le chef du grand état-major allemand qui avait tant plaidé pour que l’Allemagne attaquât avant d’être attaquée écrivait à sa femme : « Quels torrents de sang ont coulé (…) j’ai l’impression que je suis responsable de toutes ces horreurs et pourtant je ne pouvais agir autrement. »

« Je ne pouvais agir autrement »: tout était dit sur l’engrenage qui mène à la guerre. Engrenage qui est d’abord celui par lequel chaque peuple se met à prêter à l’autre ses propres arrière-pensées, ses desseins inavoués, les sentiments que lui-même éprouve à son égard. C’est bien ce que fait aujourd’hui l’Occident vis-à-vis de la Russie et c’est bien ce que fait la Russie vis-à-vis de l’Occident. L’Occident s’est convaincu que si la Russie gagnait en Ukraine, elle n’aurait plus de limite dans sa volonté de domination. À l’inverse, la Russie s’est convaincue que si l’Occident faisait basculer l’Ukraine dans son camp, ce serait lui qui ne contiendrait plus son ambition hégémonique.

En étendant l’Otan à tous les anciens pays de l’Est jusqu’aux pays Baltes, en transformant l’Alliance atlantique en alliance anti-Russe, en repoussant les frontières de l’Union européenne jusqu’à celles de la Russie, les États-Unis et l’Union européenne ont réveillé chez les Russes le sentiment d’encerclement qui a été à l’origine de tant de guerres européennes. 

Le soutien occidental à la révolution de Maïdan, en 2014, contre un gouvernement ukrainien prorusse a été la preuve pour les Russes que leurs craintes étaient fondées. L’annexion de la Crimée par la Russie et son soutien aux séparatistes du Donbass ont à leur tour donné à l’Occident le sentiment que la menace russe était réelle et qu’il fallait armer l’Ukraine, ce qui persuada la Russie un peu plus que l’Occident la menaçait. L’accord de partenariat stratégique conclu entre les États-Unis et l’Ukraine le 10 novembre 2021, scellant une alliance des deux pays dirigée explicitement contre la Russie et promettant l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan, a achevé de convaincre la Russie qu’elle devait attaquer avant que l’adversaire supposé soit en mesure de le faire. C’est l’engrenage de 1914 dans toute son effrayante pureté.

Comme toujours, c’est dans les mentalités, l’imaginaire et la psychologie des peuples, qu’il faut en chercher l’origine. Comment la Pologne, quatre fois démembrée, quatre fois partagée en trois siècles, comment la Lituanie annexée deux siècles durant à la Russie, la Finlande amputée en 1939, comment tous les pays qui ont vécu un demi-siècle sous le joug soviétique ne seraient-ils pas angoissés à la première menace qui pointe à l’Est ? Et de son côté, comment la Russie, qui a dû si souvent se battre pour contenir la poussée de l’Occident vers l’Est et qui est déchirée depuis des siècles entre sa fascination et sa répulsion pour la civilisation occidentale, pourrait-elle ne pas éprouver une angoisse existentielle face à une Ukraine en train de devenir la tête de pont de l’occidentalisation du monde russe ? « Ce ne sont pas les différences, mais leur perte qui entraîne la rivalité démente, la lutte à outrance entre les hommes », dit René Girard. Menacer ce par quoi le Russe veut rester russe, n’est-ce pas prendre le risque de cette « rivalité démente »? L’Occident voit trop la nostalgie de l’URSS et pas assez, le slavophilisme, c’est-à-dire la Russie éternelle telle qu’elle se pense avec ses mythes. 

Alexandre Koyré a consacré un livre profond (1), à ce courant dont sont nées la grande littérature et la conscience nationale russes au début du XIXe siècle quand « le nationalisme instinctif aidant, un nationalisme conscient avait fini par voir entre la Russie et l’Occident une opposition d’essence ». Le slavophilisme, ce sentiment de supériorité spirituelle et morale face à l’Occident, est dans le cri du cœur de Soljenitsyne devant les étudiants de Harvard en 1978 : « Non, je ne prendrais pas votre société comme modèle pour la transformation de la mienne. » Cette Russie-là ne voit peut-être pas la guerre en Ukraine comme une guerre d’invasion mais comme une guerre de sécession. Sécession du berceau du monde russe, de la terre où s’est joué tant de fois le sort de la Russie, où elle a repoussé les Polonais et les armées de Hitler. Sécession politique, culturelle et même spirituelle depuis qu’en 2018 l’Église orthodoxe ukrainienne s’est affranchie de la tutelle du patriarcat de Moscou. Et les guerres de sécession sont les pires. 

Une chose en tout cas est certaine : cette guerre est, à travers l’Ukraine martyrisée, une guerre entre l’Occident et la Russie qui peut déboucher sur un affrontement direct par une escalade incontrôlée. La guerre, c’est, depuis toujours, la libération de tout ce qu’il y a dans la nature humaine de sauvagerie et d’instinct meurtrier, une montée aux extrêmes qui finit toujours par emporter malgré eux les combattants comme les dirigeants. Ni Churchill, ni Roosevelt, n’avaient pensé qu’un jour ils ordonneraient de bombarder massivement les villes allemandes pour casser le moral de la population, ni Truman qu’il finirait en 1945 par recourir à la bombe atomique pour casser la résistance japonaise. Kennedy en envoyant quelques centaines de conseillers militaires au Vietnam en 1961 ne pensait pas que huit ans plus tard l’Amérique y engagerait plus d’un demi-million d’hommes, y effectuerait des bombardements massifs au napalm, et serait responsable du massacre de villages entiers.

Si la guerre froide n’a pas débouché sur la troisième guerre mondiale, c’est d’abord parce qu’aucun de ses protagonistes n’a jamais cherché à acculer l’autre. Dans les crises les plus graves, chacun a toujours fait en sorte que l’autre ait une porte de sortie. Aujourd’hui, au contraire, les États-Unis, et leurs alliés, veulent acculer la Russie.

Quand on agite devant elle la perspective de l’adhésion à l’Otan de la Finlande, de la Suède, de la Moldavie et de la Géorgie en plus de celle de l’Ukraine, quand le secrétaire américain à la Défense déclare que les États-Unis « souhaitent voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine», quand le président des États-Unis se laisse aller à traiter le président russe de boucher, à déclarer que « pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir » et demande au Congrès 20 milliards de dollars en plus des 3 milliards et demi déjà dépensés par les États-Unis pour fournir en masse des chars, des avions, des missiles, des canons, des drones aux Ukrainiens, on comprend que la stratégie qui vise à acculer la Russie n’a plus de limite. Mais elle sous-estime la résilience du peuple russe, comme les Russes ont sous estimé la résilience des Ukrainiens. Acculer la Russie, c’est la pousser à surenchérir dans la violence. Jusqu’où ? La guerre totale, chimique, nucléaire ? Jusqu’à provoquer une nouvelle guerre froide entre l’Occident et tous ceux qui, dans le monde, se souvenant du Kosovo, de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, pensent que si la Russie est acculée, ils le seront aussi parce qu’il n’y aura plus de limite à la tentation hégémonique des États-Unis : l’Inde qui ne condamne pas la Russie et qui pense au Cachemire, la Chine qui dénonce violemment « les politiques coercitives » de l’Occident parce qu’elle sait que si la Russie s’effondre elle se retrouvera en première ligne, le Brésil qui, par la voix de Lula, dit « une guerre n’a jamais un seul responsable », et tous les autres en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique qui refusent de sanctionner la Russie. Tout faire pour acculer la Russie, ce n’est pas sauver l’ordre mondial, c’est le dynamiter. Quand la Russie aura été chassée de toutes les instances internationales et que celles-ci se seront désintégrées comme la SDN au début des années 1930, que restera-t-il de l’ordre mondial ?

Trouver un coupable nous conforte dans le bien-fondé de notre attitude, et dans le cas présent, nous en avons un tout désigné, un autocrate impitoyable, incarnation du mal. Mais le bien contre le mal, c’est l’esprit de croisade : « Tuez-les tous et Dieu reconnaîtra les siens. » 

Au lieu de faire entendre sa voix pour éviter cette folie et arrêter les massacres, l’Union européenne emboîte le pas des États-Unis dans l’escalade de leur guerre par procuration. Mais que feront les Européens et les États-Unis au pied du mur de la guerre totale ? Avec les obus nucléaires et les armes nucléaires tactiques de faible puissance, la marche n’est plus si haute. Et après ? Après, tout peut arriver : l’engrenage tragique de la violence mimétique que personne n’aurait voulu mais auquel tout le monde aurait contribué et qui pourrait détruire l’Europe et peut-être l’humanité ou la capitulation munichoise des puissances occidentales qui ne voudrons peut-être pas risquer le pire pour l’Ukraine, ni même peut-être pour les pays Baltes ou la Pologne. Souvenons-nous de l’avertissement du général de Gaulle en 1966 lors de la sortie du commandement intégré de l’Otan : « La Russie soviétique s’est dotée d’un armement nucléaire capable de frapper directement les États-Unis, ce qui a naturellement rendu pour le moins indéterminées les décisions des Américains, quant à l’emploi éventuel de leur bombe. »

Où est la voix de la France, de ce « vieux pays, d’un vieux continent qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie », qui le 14 février 2003 à l’ONU disait non à la guerre en Irak, qui en 2008 sauvait la Géorgie et s’opposait à l’adhésion de celle-ci et de l’Ukraine à l’Otan et qui plaiderait aujourd’hui pour la neutralisation d’une Ukraine qui n’aurait vocation à n’entrer ni dans l’Otan, ni dans l’Union européenne, en écho à l’avertissement lancé en 2014 par Henry Kissinger : « Si l’Ukraine doit survivre et prospérer, elle ne doit pas être l’avant-poste de l’une des parties contre l’autre. Elle doit être un pont entre elles. L’Occident doit comprendre que pour la Russie l’Ukraine ne pourra jamais être un simple pays étranger. » C’est par sa neutralisation que la Finlande a pu demeurer libre et souveraine entre les deux blocs pendant la guerre froide. C’est par sa neutralisation que l’Autriche est redevenue en 1955 un pays libre et souverain.

Faire aujourd’hui des concessions à la Russie, c’est se plier à la loi du plus fort. N’en faire aucune, c’est se plier à la loi du plus fou. Tragique dilemme. 

Un dilemme comme celui-ci, vécu dans la Résistance par le poète René Char (2) :

« J’ai assisté, distant de quelque cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser la détente du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé ! Nous étions sur les hauteurs de Céreste (…) au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête (…) Je n’ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargné à tout prix. Qu’est-ce qu’un village ? Un village pareil à un autre ? » Et nous, que répondrons-nous aux regards qui nous imploreront d’arrêter le malheur quand nous l’aurons fabriqué ?

Seul un gaulliste peut avoir une vision aussi réaliste de la géopolitique et de l'histoire : cela nous change des monceaux d'âneries débitées sur ce qui se passe en Ukraine depuis l'opération russe.

Posté par oldgaffer à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2022

Valérie PQ fait la quête

IMG_3174

Posté par oldgaffer à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nana au championnat de France d'échecs

Ma petite fille Analysa, dite Nana, dispute actuellement le championnat de France d'échecs à Agen dans sa catégorie d'âge.

IMG_3175

Posté par oldgaffer à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2022

Pourquoi voter Macron?

La masse musculaire de Macron et supérieure à son poids total.
Si la lumière va plus vite que Macron, c’est qu’elle a peur de lui.
Macron ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
Macron n’essaie pas. Il réussit !!
Quand Macron scrute l’horizon, il voit son dos.
Quand Macron va au restaurant, c’est le serveur qui laisse un pourboire.
Quand Macron s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes.
Macron est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
Macron peut encercler ses ennemis. Tout seul.
Macron a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
Certaines personnes portent un pyjama Superman, Superman porte un pyjama de Macron.
Macron ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et Macron répondit « on dit s’il vous plaît »
La seule chose qui arrive à la cheville de Macron… c’est sa chaussette.
Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Macron.
Macron fait pleurer les oignons.
Macron sait parler le braille.
Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que Macron autorise à survivre.
Macron et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.

Un jour, au restaurant, Macron a  commandé un steak. Et le steak a obéi.

Macron connaît la dernière décimale de Pi.
Macron peut taguer le mur du son.
Quand la tartine de Macron tombe, la confiture change de côté.
Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Macron lui en a donné 6.
Macron est capable de laisser un message avant le bip sonore.
Une larme de Macron peut guérir du cancer, malheureusement, Macron ne pleure pas.
Si Macron dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.
Le Big Bang était la première éjaculation de Macron.
Macron était le seul trader a la banque du sperme.
Quand Macron mange une tartine de miel il mange les abeilles avec.

Posté par oldgaffer à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2022

Origine ethnique des criminels

En Allemagne - ce genre de données est interdit en France - ils ont publié une statistique avec l'origine des criminels.

Ça se passe de commentaire.

À rapprocher d'une autre statistique :

Musulmans en France : <10%

Musulmans en prison : 67%

Terroristes musulmans : 100%

277989035_409217050571382_6557846713475405749_n

 

Posté par oldgaffer à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]