oldgaffer

23 juillet 2017

CO2 et réchauffement

J'ai déjà dit plusieurs fois ici que c'est le réchauffement qui fait monter le CO2 et non le CO2 qui réchauffe la planète. Le mécanisme est simple, la solubilité du CO2 diminue avec la température et le CO2 dissous dans les océans est relâché dans l'atmosphère. J'ai déjà publié ce graphique qui l'atteste, paru dans le revue Science, qui montre les courbes de température et de CO2 sur 22000 ans à partir de carottages glaciaires antarctiques. Ces courbes se lisent de droite à gauche et montrent des décalages atteignant parfois des dizaines d'années.

 

CO2

De nos jours, le CO2 est élevé alors qu'il n'y a plus de réchauffement depuis près de 20 ans, ceci est dû au réchauffement du dernier quart du siècle dernier.

Cette publication de 2013 (lien ci-dessous), soigneusement occultée depuis, l'atteste :

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818112001658

Global and Planetary Change

Volume 100, January 2013, Pages 51-69
Global and Planetary Change

The phase relation between atmospheric carbon dioxide and global temperature

Referred to by
Mark Richardson
Comment on “The phase relation between atmospheric carbon dioxide and global temperature” by Humlum, Stordahl and Solheim
Global and Planetary Change, Volume 107, August 2013, Pages 226-228
PDF (185KB)
Troy Masters, Rasmus Benestad
Comment on “The phase relation between atmospheric carbon dioxide and global temperature”
Global and Planetary Change, Volume 106, July 2013, Pages 141-142
PDF (402KB)

Abstract

Using data series on atmospheric carbon dioxide and global temperatures we investigate the phase relation (leads/lags) between these for the period January 1980 to December 2011. Ice cores show atmospheric CO2 variations to lag behind atmospheric temperature changes on a century to millennium scale, but modern temperature is expected to lag changes in atmospheric CO2, as the atmospheric temperature increase since about 1975 generally is assumed to be caused by the modern increase in CO2. In our analysis we use eight well-known datasets: 1) globally averaged well-mixed marine boundary layer CO2 data, 2) HadCRUT3 surface air temperature data, 3) GISS surface air temperature data, 4) NCDC surface air temperature data, 5) HadSST2 sea surface data, 6) UAH lower troposphere temperature data series, 7) CDIAC data on release of anthropogene CO2, and 8) GWP data on volcanic eruptions. Annual cycles are present in all datasets except 7) and 8), and to remove the influence of these we analyze 12-month averaged data. We find a high degree of co-variation between all data series except 7) and 8), but with changes in CO2 always lagging changes in temperature. The maximum positive correlation between CO2 and temperature is found for CO2 lagging 11–12 months in relation to global sea surface temperature, 9.5–10 months to global surface air temperature, and about 9 months to global lower troposphere temperature. The correlation between changes in ocean temperatures and atmospheric CO2 is high, but do not explain all observed changes.

Highlights

► Changes in global atmospheric CO2 are lagging 11–12 months behind changes in global sea surface temperature. ► Changes in global atmospheric CO2 are lagging 9.5–10 months behind changes in global air surface temperature. ► Changes in global atmospheric CO2are lagging about 9 months behind changes in global lower troposphere temperature. ► Changes in ocean temperatures explain a substantial part of the observed changes in atmospheric CO2 since January 1980. ► Changes in atmospheric CO2 are not tracking changes in human emissions.

Keywords

Carbon dioxide
Global temperature
Sea surface temperature
Volcanic eruptions
Ces courbes sont très explicites, elles montrent à l'évidence que le pic de température précède largement et indiscutablement le pic de CO2. Même Al Gore et M. Hulot verraient que le CO2 ne peut pas être responsable du réchauffement, mais qu'il en est la conséquence :

1-s2

 

Posté par oldgaffer à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Macron : le mauvais chef de guerre

L'analyse publiée dans le lien ci-dessous est remarquable. J'aime particulièrement la conclusion : "N’est pas Churchill ou Ben Gourion qui veut et comme d’Artagnan le disait à Mazarin : « on fait mal les grandes choses avec de petits moyens"

http://ultimaratio-blog.org/archives/8460

Supreme Command ou erreur suprême ?

Suite à la récente démission du général de Villiers, un spécialiste des questions de défense a souhaité s’exprimer dans nos colonnes. Pour des raisons de confidentialité nous avons tenu à conserver son anonymat.

La crise politico-militaire sans précédent qui se déroule sous nos yeux ébahis invite le lecteur attentif d’Ultima ratio à se replonger dans la théorie classique des relations civilo-militaires. L’objectif de ce post est ainsi de prendre un peu de recul sur les commentaires médiatiques et de partager notre analyse à la lumière de ces théories.

 

Rappel théorique

La théorie classique des relations civilo-militaires présente deux concepts principaux. D’un côté l’« objective control », surtout décrit par Samuel Huntington dans The soldier and the state en 1957. Il s’agit pour l’homme d’Etat de contrôler le militaire en maximisant son professionnalisme, afin de l’isoler du domaine politique, c’est-à-dire en lui laissant les mains aussi libres que possible dans l’exécution des tâches militaires. La liberté d’action laissée au général Mac Arthur dans la guerre du Pacifique en est un bon exemple, avec les dérives que l’on connait par la suite en Corée, lorsque le chef militaire perd de vue l’objectif et les enjeux politiques de la campagne en cours.

A l’opposé, le contrôle subjectif, théorisé principalement par Eliot Cohen dans Supreme Command, présente les vertus d’un contrôle civil fort, y compris dans le champ des opérations, à travers des études de cas : Abraham Lincoln, Georges Clemenceau, Winston Churchill et David Ben Gourion. La thèse de Cohen repose sur deux points : l’affirmation selon laquelle la plupart, sinon tous les aspects de la guerre sont étroitement liés à la politique et que la direction et la planification de la guerre sont plus accessibles pour les civils « amateurs » que ce que l’on croit généralement.

La relation politico-militaire en France, façonnée notamment au XXe siècle par la défaite de juin 1940, la constitution voulue par le général de Gaulle puis le putsch militaire d’avril 1961, navigue évidemment entre ces pôles conceptuels, au gré des personnalités des chefs militaires et des hommes politiques. Peu de points communs en effet entre le caractère des généraux Georgelin ou de Villiers, des ministres Morin ou Le Drian, des présidents Hollande ou Macron. Ainsi, l’équilibre de cette relation repose d’abord sur les personnalités, plus que sur la théorie ou les décrets précisant les attributions de chacun.

Une rupture assumée

La séquence qui vient de se dérouler marque assurément une rupture. En niant au Chef d’état-major le droit de s’exprimer, y compris à huis clos devant la représentation nationale, sur l’adéquation entre moyens alloués et missions qui lui sont dévolues, le Président Macron semble opter pour un contrôle objectif très marqué, en souhaitant cantonner le CEMA dans la seule conduite technique de ses troupes. A l’opposé, lorsqu’il affirme « je suis votre chef » – assez maladroitement d’ailleurs, car il est d’usage dans l’institution de le démontrer plutôt que de l’affirmer – il donne l’impression d’opter pour un contrôle subjectif : lui seul décide. Y compris dans la conduite des opérations ? La suite du feuilleton nous le dira. De fait, la nomination d’un ministre technicien, n’ayant aucune connaissance de l’institution et disposant de peu de poids politique renforce d’ailleurs le positionnement du Président, qui semble vouloir être le seul à décider du sort des armées. Une forme de contrôle subjectif s’était déjà mis en place après l’ère Georgelin, en la personne d’un ministre puissant (J-Y Le Drian) et d’un directeur de cabinet omnipotent (C. Lewandowski). La campagne du Mali l’avait démontré, y compris dans le champ opérationnel. Ces deux personnages ont d’ailleurs été écartés par le Président qui semble donc vouloir assumer ce contrôle subjectif directement à son niveau. Dès lors, jouant – inconsciemment sans doute, des deux volets objectif et subjectif, quelle est la place que le Président souhaite laisser aux chefs militaires dans son modèle de relations politico-militaire ? Vouloir tout assumer à son niveau est une posture risquée à plus d’un titre pour le premier président d’une génération politique qui a grandi sans faire son service, avec un lointain contact auprès d’une armée désormais professionnelle.

Une conception dépassée et risquée

Le premier risque est celui de casser le lien hiérarchique subtil qui tient l’armée unie. Le président Macron a révélé en quelques jours qu’il ne connait pas le mode de fonctionnement, la psyché des militaires. En bafouant publiquement leur Primus inter pares, il prend le risque d’une fronde incontrôlable dans l’institution. Les temps ont changé. Comme tous les Français, les jeunes générations de chefs militaires sont décillés sur les qualités techniques et éthiques parfois douteuses du monde politique. Ils communiquent en permanence via les réseaux sociaux. Ils se présentent aux élections. Imposer un devoir de réserve drastique d’un autre temps n’est pas tenable dans la durée dès lors que l’écart entre ambitions et moyens est de jour en jour plus patent.  N’ayant pas de syndicats, soumis au devoir de réserve, les militaires ont confiance dans leur hiérarchie pour s’exprimer à leur place et les défendre. Seul le premier des militaires et les CEM d’armées sont légitimes pour imposer le silence aux troupes, à condition qu’ils puissent dire la vérité au monde politique qui vote les budgets. Si le premier d’entre eux, qui détient la légitimité militaire d’être passé par tous les grades, n’a plus cette capacité, alors le risque est de voir s’exprimer sur la « place publique » voire dans la rue, les retraités « 2S », les Associations Nationales Professionnelles de Militaires, les épouses ou les simples hommes de troupe. Le président Macron aurait dû être mieux conseillé sur ce point. Un CEMA respecté et audible est un atout pour son Président, non pas une menace. Il est le garant d’une armée dans le rang. Dans ce domaine de l’autorité du chef, le contrôle subjectif est délicat à exercer quand on n’a soi-même aucune expérience militaire. Churchill ou Ben Gourion en disposait. Déléguer ce contrôle à un CEMA puissant qui sera par nature fidèle au Président est plus subtil.

Le deuxième risque pris par le Président est d’avoir limité grandement sa propre liberté d’action. Si les promesses faites pour l’après 2017 n’étaient pas au rendez-vous, pourrait-il se payer le luxe d’une deuxième démission de son CEMA ? Paradoxalement, le nouveau CEMA pourrait tourner à son avantage cet argument dans une forme de contrôle subjectif inversé. Le modèle n’est pas tenable, c’est ce qu’a répété le général de Villiers. Cette vérité reste malgré son départ. Tout le monde le sait et les exemples sont légion pour le démontrer. Aucun chef militaire ne pourra assumer ce grand écart car il sait pertinemment où cela nous conduirait, c’est-à-dire à un effondrement des armées et une possible fronde décrite supra. Le président n’a donc que deux options : soit financer ce modèle et donc atteindre 2% du PIB, soit en changer au prix d’un renoncement à certaines capacités et sous réserve de trouver des chefs militaires qui l’assument et soient des chefs de la même qualité que ceux qu’ils remplaceraient.

Le troisième risque relève de l’opinion publique, aujourd’hui très favorable aux armées et à la préservation des budgets. Le contrôle subjectif a l’inconvénient de  mettre le Président en première ligne, y compris dans le champ opérationnel. Il paierait directement le prix fort lors de prochaines pertes significatives. Un véhicule non blindé qui saute sur une mine, un accrochage qui tourne mal faute d’hélicoptères ou de drones – les cas potentiels sont multiples – risquerait d’être logiquement imputé aux contraintes budgétaires pesant sur les forces et lui imposerait de rendre des comptes devant les Français. Bien sûr, il est possible de limiter ce risque en mettant un frein aux opérations, mais en en payant le prix diplomatique et militaire. C’est déjà en partie le cas, comme le soulignait l’ancien CEMA, en parlant d’annulation d’opérations faute de moyens.

N’est pas Churchill ou Ben Gourion qui veut et comme d’Artagnan le disait à Mazarin : « on fait mal les grandes choses avec de petits moyens ».

 

Posté par oldgaffer à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2017

Bulletin des climato-réalistes n° 71

Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 71


A LA UNE : 
  • Le programme « make our planet great again » en partie financé par les chercheurs français
  • Plan Climat : la fermeture de dix-sept réacteurs nucléaires d’ici 2025 est envisagée par Nicolas Hulot

 

 

« MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN »

Selon Le Monde, le ministère de l’Enseignement supérieur vient de voir ses crédits de paiement amputés de 331 millions d’euros. Parallèlement, le ministère a annoncé la mise en place d’un programme de recherche sur le changement climatique doté de 60 millions d’euros qui permettra de financer les travaux de 50 chercheurs pendant cinq ans.

UNE COP FRANCO-FRANÇAISE LE 12 DECEMBRE À PARIS

Lors de sa conférence de presse de clôture du G20, Emmanuel Macron a annoncé la réunion d’un nouveau sommet sur le climat le 12 décembre 2017, soit deux ans jour pour jour après la conclusion de l’accord de Paris. « Il s’agira de prendre de nouvelles actions pour le climat, notamment sur le plan financier » a t-il déclaré. L’expression « plan financier » ne laisse pas d’inquiéter : le chef de l’Etat voudrait-il que la France lave plus vert que vert ? « Suivisme incompréhensible » estime Michel de Rougemont qui déclare le président français « champion de la climato-crédulité ».

EMMANUEL MACRON : UN PENSEUR PAS TROP COMPLEXE

« On ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique » a déclaré le chef de l’Etat français à la clôture du G20. Une pensée pas trop complexe, commente Benoît Rittaud. Luc Ferry fustige « cette ritournelle écolo-délirante insensée déni de réalité ». Pour l’ancien ministre de l’Education qui s’exprime dans Le Figaro, la déclaration du Président « franchit le mur du çon ». Quant à Pascal Bruckner, il compare l’argument écologique à un couteau suisse qui dépanne en toutes circonstances l’orateur en manque d’idées.

Qu’était Adolf Hitler ? une sécheresse prolongée. Joseph Staline ? des orages de grêle en Sibérie. Le génocide Tutsi ? une saison des pluies excessive… la reductio ad climatum fait penser à la servante dans le malade imaginaire qui, déguisée en médecin, se moque de son maître en s’écriant le poumon chaque fois qu’il lui décrit les symptômes les plus variés.

DONALD TRUMP A PROPOS DES ACCORDS DE PARIS : « QUELQUE CHOSE POURRAIT SE PASSER»

Lors de sa conférence de presse commune avec Donald Trump lors des cérémonies du 14 juillet, Emmanuel Macron a expliqué qu’il « respectait la décision » du président américain de retirer les États-Unis de l’accord de Paris. Ce dernier a indiqué de façon sibylline que « quelque chose pourrait se passer » sans plus de détails.

Ce qui se passe de façon avérée, c’est que la Chine se moque de l’accord de Paris comme d’une guigne et continue allègrement à construire des centrales à charbon. Selon le New York Times, 1 600 centrales à charbon sont prévues ou en construction dans 62 pays, ce qui augmentera de 43% la capacité de production de charbon sur le plan mondial. De même, l’Inde, souvent présentée par les médias français comme le bon élève de la classe climatique, ne s’est engagée en réalité qu’à diminuer son intensité carbone de 1,7% par an, ce qui la conduira en réalité à augmenter ses rejets de COd’environ 6% par an d’ici à 2030 comme l’explique Rémy Prud’homme.

LE PLAN CLIMAT 

Ving-trois axes déclinés en six grandes thématiques

Le ministre de la transition écologique a détaillé son Plan Climat. Une des mesures phare selon Sciences et Avenir : la fin des voitures à essence et diesel d’ici 2040. « C’est lourd pour les constructeurs automobiles », a reconnu le ministre. Pour leurs clients aussi. Désormais, l’industrie automobile ne devra plus investir dans la recherche pour rendre ses véhicules plus sûrs, plus économes et moins polluants mais pour organiser son propre sabordage. Même chose pour l’interdiction de l’exploration d’hydrocarbures sur notre territoire, une décision purement symbolique qui ne diminuera en rien les émissions de gaz à effet de serre mais nuira à notre balance commerciale et à nos entreprises, comme l’explique Olivier Appert, conseiller du centre énergie de l’IFRI.

Fermeture de 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025

Pour le nucléaire, Nicolas Hulot veut aller plus vite : il a évoqué la possible fermeture de réacteurs nucléaires, « peut-être jusqu’à 17 » d’ici 2025. « Il prend les Français pour des gogos », a estimé la CGT. La CFE-CGC parle, elle, « d’hérésie » et FO d’une « sortie de route » du ministre. Sachant que les énergies renouvelables fournissent aujourd’hui 7% de la production électrique française, il nous reste à souhaiter que le réchauffement climatique aura pris en 2025 une ampleur telle que nous n’aurons plus à nous chauffer l’hiver.

Tout ça pour ça ?

Le contraste entre cette agitation et l’intérêt des européens pour le changement climatique est saisissant : un document de la Commission européenne consacré à la défense européenne indique que 8% des sondés européens seulement placent le changement climatique en tête de leurs préoccupations. Parallèlement, l’alarmisme entretenu par les médias conduit à une affligeante désinformation : selon une enquête d’opinion menée auprès de 10 000 européens, 26% des personnes interrogées pensent que la banquise arctique fond complètement pendant l’été. Le public est-il informé, d’autre part, que la transition énergétique induira une demande colossale en métaux rares (cobalt, lithium, cuivre) comme l’explique Didier Julienne et le confirment Les Echos dans un article du 20 juillet intitulé « Métaux : les besoins colossaux de la transition énergétique » ? On peut en douter…

Charité bien ordonnée commence par soi même

« Shampoings Ushuaïa : la machine à cash de Hulot dans le viseur du Canard Enchaîné » titre Challenges. Le journal satirique croit savoir que la société Eole (dont le ministre de la transition écologique et solidaire possède 99,9% des parts) a accumulé trois millions d’euros en fonds propres et a versé à son actionnaire unique 290 000 euros de salaires en 2013, complété par 66 000 euros de dividendes. La réactualisation des statuts de la société en juin dernier interpelle l’OBS : Eole a désormais pour objet « la promotion (…) de l’image de Nicolas Hulot, (…) le conseil en relations publiques et en communication sous toutes ses formes ou l’animation de conférences ».

BÊTISIER

On notera que le bêtisier du présent bulletin a pu être alimenté par des revues à comité de lecture dont la prestigieuse revue Nature.

Avoir moins d’enfants pour combattre le réchauffement

Selon une étude suédoise publiée dans la revue Environmental Research Letters, les quatre mesures individuelles les plus efficaces pour lutter plus contre le réchauffement climatique sont, dans l’ordre : un régime alimentaire végétarien, éviter de voyager par avion, ne pas avoir de voiture et faire moins d’enfants. Sachant que, selon Le Point, un enfant est vingt quatre fois plus contributeur qu’une voiture, la mesure la plus efficace est encore de cesser la reproduction humaine, comme le suggère Sciences et avenir.

Trois ans pour enrayer le réchauffement climatique

Selon une étude publiée dans Nature par Christiana Figueres et commentée en français par we demain, si nos émissions continuent à augmenter après 2020, alors les objectifs de l’accord de Paris seront inatteignables. La Terre sera inhabitable… plus tôt que vous ne le pensez, en déduit Le Dauphiné qui énumère les huit plaies qui vont s’abattre sur l’humanité si nous ne réduisons pas séance tenante nos émissions.

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

Le site des climato-réalistes 

Les derniers articles publié sur le site de notre association :

La sixième extinction des espèces : une extrapolation malhonnête
Des corrections aux données satellitaires augmentent de 140% le réchauffement : le commentaire de Roy Spencer
Commentaire sur l’article du Figaro : « Le Groenland responsable de la hausse du niveau des océans »

 

Posté par oldgaffer à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2017

Coupes sombres et coupes claires

Très peu de journalistes maîtrisent correctement la langue française, il suffit de noter la fréquence des "on s'en rappelle" alors qu'il faut dire "on se le rappelle" (se rappeler est transitif), du pléonasme "s'avérer exact" alors que s'avérer veut dire se révéler vrai, il faut dire ici "s'avérer", tous simplement sans mot supplémentaire, ou du non-sens "s'avérer faux" qui ne veut rien dire.

La faute du jour n'est pas une faute de grammaire ou d'orthographe, c'est ce que l'on appelle un contresens. A propos des restrictions budgétaires sur l'armée, ils y vont tous de leurs coupes sombres.

ça veut dire quoi une coupe sombre? En forêt, c'est une coupe où l'on abat peu d'arbres, de telle sorte que la lumière ne pénètre pas davantage sous les arbres après la coupe. Sinon on parle de coupes claires, où l'on abat beaucoup d'arbres, la lumière pénètre alors dans la forêt, c'est l'étymologie du mot clairière. Si on veut dire qu'il y a des coupes importantes dans le budget, on parle de coupes claires, sinon, s'il s'agit seulement de coupes sombres, de Villiers aurait tort de s'agiter pour pas grand chose. 

Posté par oldgaffer à 07:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Macron obligé de préciser qu'il est le chef

Tout président de la République qu'il est, Macron n'est qu'un jeune freluquet en face des généraux qui protestent contre sa gouvernance. Le fait qu'il se croit obligé de clamer qu'il est le chef montre bien qu'il ne l'est pas vraiment. Un vrai chef n'a jamais besoin de dire "je suis le chef", l'autorité va de soi.
 
Le respect ne se commande pas, il se mérite, Monsieur le Président inconstant.

20106558_1604411336244336_3491856467009273093_n

 
Quant à l'argument des économies, il ne tient pas. Si on veut faire des économies, on diminue les missions qui engendrent les dépenses, on ne se contente pas de couper le robinet en laissant les exigences en l'état.
Voici les liens vers les protestations des généraux :
-
Le Général Desportes d'abord :
-
-
Et le chef d'état-major des armées ensuite, le Général de Villiers :
-

19959215_1502188796507478_3425828143105736008_n

Posté par oldgaffer à 17:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Islam : les envahisseurs criminels

Déclaration du Directeur Général Adjoint du Figaro :


Il serait grand temps que nous nous apercevions -enfin- qu'une nouvelle guerre de religion a éclaté et, cette fois, à l' échelle planétaire.
Les Islamistes massacrent les chrétiens en Égypte, en Irak, aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, au Nigeria, un peu partout.


Malraux avait dit : 
« Le XXIème siècle sera religieux ou il ne sera pas ». 
On a bien l'impression que ce siècle qui commence va voir le déchaînement sans pitié d'un Islam renaissant, voulant dominer le monde et faire payer à la civilisation chrétienne les quelques siècles pendant lesquels elle a régné sur la planète.
Cette haine du chrétien dépasse de beaucoup tous les problèmes de la foi.
En s'attaquant aux églises, aux prêtres, aux religieuses, aux fidèles, les
islamistes veulent abattre la civilisation occidentale, la démocratie, le
capitalisme, ce qu'ils appellent le « néo-colonialisme », la parité hommes-
femmes, les Droits de l'Homme, le progrès tel que nous le concevons.


Le XXème siècle a été marqué par l'affrontement Est-Ouest, le bloc
communiste contre les pays « libres ». Marx, Lénine et Staline se sont
effondrés d'eux-mêmes sous les incohérences, bien souvent
monstrueuses, de leur idéologie. Mais ils ont aussitôt été remplacés par
Allah et son Prophète.


Le Coran a pris la place du Communisme, le drapeau vert de l'Islam celle
du drapeau rouge, les imams prédicateurs des mosquées celle des
commissaires politiques.


Le XXIème siècle sera une guerre sans merci car les foules immenses
du Tiers-monde islamisé (et des banlieues de nos grandes
métropoles) sont autrement plus dangereuses que ne l'ont jamais été
les chars du Pacte de Varsovie.


Nous pleurons, avec nos larmes de crocodile habituelles, les coptes
massacrés à Alexandrie et les chrétiens assassinés à Bagdad.
Mais nous restons les bras ballants.
Il faut bien dire qu'on voit mal ce que nous pourrions faire. Ce n'est plus
guère le temps des croisades et nos dernières expériences en Afghanistan
ou en Irak (où nous commençons à regretter la belle époque de Saddam Hussein qui savait, lui, au moins, faire respecter la laïcité baasiste) n'ont
pas été très concluantes, c'est le moins qu'on puisse dire. Il est bien loin le
temps où Napoléon III pouvait envoyer un corps expéditionnaire protéger
les maronites du Liban que massacraient les Druzes.
Mais au moins restons lucides et surtout arrêtons de ressortir une fois de
plus la fameuse « repentance » qui nous sert désormais pour maquiller
toutes nos lâchetés.


Hier, un imbécile de service nous a longuement expliqué à la télévision que
si les islamistes égyptiens massacraient les coptes c'était parce que ces
chrétiens de la vallée du Nil étaient « les représentants de l'Occident », les
ambassadeurs de la culture européenne », les symboles vivants du
capitalisme, du néocolonialisme, du dollar et du coca-cola. En un mot, les
ultimes survivants de l'époque coloniale. Autant dire, à l'en croire, que les
Islamistes avaient parfaitement raison de vouloir éliminer ces survivances
d'un passé détesté.
*L'imbécile était, en plus, un inculte*. Les coptes sont les descendants du
peuple des pharaons. « Copte » veut dire « égyptien ». Ils étaient sur les
bords du Nil bien avant la conquête arabe et musulmane. S'ils sont plus
nombreux au sud, entre Assiout et Assouan, c'est précisément parce qu'ils
ont fui les cavaliers conquérants venus d'Arabie. Ils avaient leurs églises
bien avant que nous ne construisions nos cathédrales.
On peut d'ailleurs dire exactement la même chose de tous les chrétiens
d'Orient qu'ils soient catholiques (de rite d'Antioche, de rite syriaque
comme les maronites libanais, de rite byzantin, de rite arménien, de rite
d'Alexandrie) ou « non chalcédoniens » comme les coptes, ou orthodoxes
(ayant leur patriarcat soit à Istanbul, soit à Alexandrie, soit à Jérusalem,
soit à Damas). Tous sont « chez eux » dans ces pays-là depuis des millénaires, certains parlant encore l'araméen, la langue du Christ. En faire
des ambassadeurs de l'Occident, des représentants du capitalisme colonial
est évidemment une absurdité. 
Même si, en effet, ils sont « de culture chrétienne ». Mais ils l'étaient avant
nous. Nous ne pouvons rien faire pour les protéger, mais au moins ne les
trahissons pas en reprenant à notre compte les accusations odieuses de
leurs assassins. Nous pouvons les accueillir, comme nous nous devons
d'accueillir tous ceux qui sont persécutés. Beaucoup ont déjà fui leur pays. 
Mais, en tous les cas, ne continuons pas à nous boucher les yeux, à parler
de «l'amitié islamo-chrétienne », d'un « Islam à l'occidentale», de « la
cohabitation harmonieuse des trois monothéismes ».


Soyons intransigeants avec les règles de notre laïcité, mais ne nous
laissons entraîner ni vers la stigmatisation ni vers la discrimination (surtout
si elle devait être « positive », comme le souhaitent certains), car ce serait,
évidemment, faire le jeu des fanatiques.


Aujourd'hui, la grande mode est d'évoquer, d'invoquer à tout bout de
champ "les années les plus sombres de notre histoire". 
C'est souvent absurde et parfois odieux. Mais s'il y a une leçon qu'il ne faut jamais oublier c'est bien celle de Munich, Churchill avait dit : « Ils ont préféré le déshonneur à la guerre et ils auront les deux. »


Il ne faut jamais tenter de pactiser avec ceux qui vous ont déclaré la
guerre.

 

 

Posté par oldgaffer à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2017

En Marche vers une république islamique

Quand Eric Zemmour dit ce qui est exact sur l'islam et le le terrorisme, il est condamné, par contre on a le droit de faire un héros d'un assassin terroriste musulman dans une pièce de théâtre et c'est accepté au nom de la liberté d'expression. Celle-ci, la liberté d'expression, celle qui permet à une députée de soutenir "nique la France", ne s'applique donc qu'à l'Islam et ceux qui soutiennent les radicaux et les terroristes assassins, elle ne s'applique pas à ceux qui tirent à juste titre le signal d'alarme.
De la même façon la liberté d'expression et le respect de la diversité autorisent la célébration officielle du Ramadan par la ville de Paris et par le Président Macrocon qui a participé au dîner de rupture du jeûne, mais les crèches sont interdites au nom de la laïcité.
Que cette hagiographie d'un assassin sanguinaire soit possible me choque profondément.

Posté par oldgaffer à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2017

Lettre ouverte de Jean-Claude Bourret à Emmanuel Macron

Je ne résiste pas au plaisir de partager cette lettre de Jean-Claude Bourret au président de la république :

Monsieur le Président Macron, il faut faire quelque chose !

Il n'est pas admissible, que votre beau projet de progrès social tous azimuts, soit jeté à l'eau en raison d'une menterie du gouvernement précédent, qui a présenté un budget "insincère", qui cachait en fait un énorme trou de près de ...neuf milliards d'euros !

Cette ardoise salée et cachée, vous empêche, nous le comprenons bien de tenir vos promesses électorales, et nous le Peuple de France, savons bien que ce n'est pas le genre des politiques de faire des promesses non tenues...

Le Peuple de France est entièrement derrière vous, pour que vous demandiez des comptes au ministre de l'économie 2016, qui était forcément au courant de l'arnaque.

J'ai son nom :

Emmanuel Macron.

Posté par oldgaffer à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2017

Propos sur Simone Veil et l'IVG.

Quand j'étais étudiant en médecine, IVG ça voulait dire Insuffisance Ventriculaire Gauche. Et rien d'autre. Avortement criminel était un pléonasme. Les faiseuses d'anges ne faisaient pas que faire disparaitre de futurs bébés, elles tuaient pas mal de jeunes femmes avec leurs aiguilles à tricoter ou leurs tiges de persil. Septicémies, hémorragies, séquelles fréquentes et invalidantes.

Simone Veil a heureusement fait disparaitre ces pratiques.

Mais depuis les choses ont évolué, et le planning familial a fait glisser le concept voulu par Simone Veil vers un moyen de contraception comme un autre ; ça me choque beaucoup. Lorsque la loi Veil est apparue, je faisais partie de ceux qui n'étaient pas favorables à l'IVG, mais je ne l'exprimais pas, je considérais qu'un homme assis tranquillement dans son fauteuil et non directement concerné n'avait pas à interdire à une femme dans une situation difficile (la loi parle de détresse) de recourir à cette solution. Il fallait aussi mettre fin aux pratiques clandestines. Les termes de la loi m'apparaissaient bien pesés. Giscard d'Estaing, qui était président de la république à cette époque, s'en est très bien expliqué. Comme moi, il  n'était pas favorable à l'IVG. Comme moi, il ne s'est pas senti le droit d'aller contre le projet de Simone Veil.

Le glissement vers IVG = contraception, non!

La mineure qui se retrouve enceinte dans des conditions sociales défavorables, oui à l'IVG.

La petite bourgeoise de 40 ans qui va se faire sauter le troisième arrivé par accident parce que ça gêne son plan de carrière, non!!!

Le pire est arrivé avec le dernier texte de loi sur le sujet qui interdit de tenter de dissuader une femme qui veut recourir à l'IVG. Tous les sites et lieux d'information "non conformes" sont punissables. Et dans ma pratique médicale, si je conseille à une jeune femme de bien réfléchir, de voir comment elle pourrait accepter et faire accepter son enfant, si elle le rapporte au planning familial, j'aurais une plainte et un procès au cul. C'est un domaine envahi lui aussi par la pensée unique de nos bienfaiteurs de gauche.

Contrairement à tous les éloges que j'entends çà et là sur cette structure, je fais partie de ceux qui jugent que l'action du planning familial a été globalement plus néfaste qu'utile (j'entends vos hurlement et vos cris d'orfraie d'ici).

En conclusion je regrette beaucoup la dérive de la loi Veil, qui était équilibrée, sensée, bénéfique.

J'ai beaucoup de respect pour cette dame, j'ai aimé l'hommage que lui a rendu Jean d'Ormesson.

Je tiens seulement à signaler que les médecins grinçaient souvent des dents à son évocation. C'est elle qui a commencé le long travail de sape du pouvoir médical en libéral comme à l'hôpital. Ce travail a été poursuivi par tous les autres ministres de la santé, sauf Michèle Barzach et Jean-François Mattéi, et parachevé par la bachelotte de sinistre mémoire dont la loi a sinistré la médecine hospitalière, tandis que Touraine la nuisible a voulu bousiller l'exercice libéral.

Au milieu des années 70 un patron à l'hôpital pouvait convoquer le directeur ou aller le voir sans rendez-vous pour s'expliquer avec lui. Aujourd'hui, le directeur condescend parfois à recevoir les médecins qui le demandent. Le bac plus 4 ou 5 (un peu de droit, l'école de Rennes et point barre) a pris le dessus sur le bac plus 12 ou plus 15.

93203588

 

Posté par oldgaffer à 22:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Bulletin des climats-réalistes n°70

Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 70


A LA UNE : 
  • Emmanuel Macron lance le pacte mondial pour l'environnement
  • Les éoliennes impactent les espèces d'oiseaux protégées 

 

 

CANICUL BENITS

Selon Météo France pour rencontrer un épisode de canicule analogue à celui que nous venons de connaître en juin, il faut remonter à 2005 et 1976. La belle affaire ! Guillaume Séchet a recensé trente épisodes caniculaires entre 1850 et 2006 dont août 1911 l’un des mois les plus chauds de l’histoire et 1947 (40°C à Paris les 27 et 28 juillet, record absolu depuis 1873). Emmanuel Leroy Ladurie indique qu’au dix-huitième siècle siècle les canicules pouvaient se répéter plusieurs étés consécutifs : ainsi les années 1705, 1706 et 1707, et le « couple brûlant » (sic) des années 1718 et 1719 « avec sauterelles africaines jusqu’au Languedoc ».

QUOI DE NEUF AUX PÔLES ?

Arctique : stabilité des températures estivales, augmentation de l’épaisseur des glaces

Remarquable stabilité des températures arctiques en été, grande variabilité en hiver et cela depuis le début des observations (1958). Richard Lindzen avait commenté : « au vu du comportement des températures estivales, le CO2 n’est pas, de manière évidente, un facteur déterminant ». Il neige plus qu’il ne fond au Groënland, d’où une augmentation spectaculaire de la masse de glace de surface en 2016 et 2017 par rapport au niveau moyen de la période 1990-2013.

Antarctique : la régression de la banquise a été causée par de violentes tempêtes.

Le site wattsupwiththat fait état d’une étude selon laquelle la régression de la banquise Antarctique s’explique par une série de tempêtes sur l’océan Austral survenues à la fin de 2016. « Rien n’indique qu’il s’agisse d’autre chose que de variabilité naturelle, cela met en lumière l’extrême variabilité du climat de l’Antarctique » indique John Turner l’auteur principal de l’étudie publiée dans Geophysical Research Letter.

IMPACT DES ÉOLIENNES SUR LES OISEAUX

Selon un rapport publié par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) plus de 80 % des cadavres retrouvés sous les éoliennes appartiennent à des espèces protégées.

EMMANUEL MACRON HÉROS DU CLIMAT

L’Élysée lance le site makeourplanetgreatagain.fr

Ce site (en anglais) développé selon Le Monde en quatre jours pour un coût de 22 000 euros invite les chercheurs américains à venir travailler en France. Emmanuel Macron leur promet 1,5 million d’euros pour s’installer dans notre pays. Selon la revue Science qui a consacré un article à cette affaire, certains scientifiques français pensaient que le site était un faux. La plupart d’entre eux y voient d’avantage une campagne de communication qu’un engagement à lutter contre le changement climatique. Anthony Watts quant à lui interpelle les chercheurs américains : «Qu’attendez-vous? ».

Le pacte mondial pour l’environnement : un nouveau truc dans le machin

Fruit d’une coopération « de 80 juristes de 40 pays», ce texte rendrait obligatoire les droits et les devoirs des citoyens et des Etats face à l’environnement. Selon France 24 le président français s’est engagé à porter le projet devant l’ONU dès septembre prochain et a déclaré : « Sur la base de cet avant-projet de pacte mondial pour l’environnement, je m’engage, non pas simplement à venir faire un discours, (…) mais à agir ».

BÊTISIER

Les 100 délires climatiques de Belgotopia

Compilation de 100 délires climatiques par l’éditeur du site Belgotopia. Un exemple extrait de Slate « Le réchauffement climatique causera la naissance d’une majorité de filles ». Il en reste quatre-vingt-dix-neuf !

Les restrictions à l’avortement sont la cause fondamentale du réchauffement climatique.

C’est le point de vue exprimé par la féministe Gloria Steinem : « Si nous n’avions pas systématiquement obligé les femmes à avoir des enfants…pendant les 500 ans du patriarcat, nous n’aurions pas de problème de réchauffement climatique » a-telle déclaré.

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

97% de scientifiques d’accord avec la théorie du dérèglement climatique ? Euh… c’est un peu plus compliqué qu’il y paraît

Sur Atlantico.fr Christian Gérondeau indique que des chercheurs ont étudié les 11 944 publications sur le climat parues entre 1991 et 2011. Les résultats publiés en 2013 montrent que près de 66% des publications n’expriment pas d’avis, ni positif, ni négatif sur le réchauffement climatique.

Le site des climato-réalistes 

Retrouvez les trois derniers articles publié sur le site de notre association :

Fonte des glaciers de l’antarctique : réchauffement climatique ou variabilité naturelle ?
La précision millimétrique des observations satellitaires est-elle crédible ?
L’élévation du niveau de la mer : un empilement d’incertitudes

PUBLICATIONS

Max Falque : Propos écologiquement incorrects, (disponible sur Amazon)

Michel Gay Au diable les énergies renouvelables ! (disponible sur Amazon)

Michel de Rougemont : Réarmer la raison (disponible sur Amazon)

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes. Pour nous contacter, cliquez ici.

Posté par oldgaffer à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2017

Hollande en prison!

Dans son dernier édito sur Valeurs Actuelles, Yves de Kerdrel dit carrément et à juste titre : "Si la France était une entreprise ce soir François Hollande dormirait en prison".

Il rappelle aussi que Macron n'est pas innocent dans cette gabegie. On est près de l'escroquerie en bande organisée.

Voici le texte complet de l'édito :

L’ÉDITO D’YVES DE KERDREL

Photo © Valmonde

Présentation de faux bilan. Si la France était une entreprise, ce soir François Hollande dormirait en prison. Car la Cour des comptes, dont on connaît pourtant la modération, a remis ce matin son rapport d’audit sur les finances publiques, estimant que les dirigeants de notre pays avant l’élection du 7 mai dernier ont volontairement publié des prévisions insincères. Lorsqu’une entreprise, ou l’un de ses dirigeants, se livre à de telles pratiques, elle est aussitôt rattrapée par la patrouille, c’est-à-dire soit les commissaires aux comptes, soit le gendarme de la Bourse. Et cela relève du pénal. Quand la Cour des comptes écrit que « des biais de construction ont affecté la sincérité de la loi de finance initiale et du programme de stabilité », cela en dit long à la fois sur la compétence des gens qui ont gouverné la France pendant cinq ans, mais aussi sur leur éthique. Et le pire, c’est qu’Emmanuel Macron, quoiqu’il s’en défende, a tout de même participé, même de loin, à cette destruction collective de la fiabilité de nos comptes publics.

Posté par oldgaffer à 18:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Climat : ça bouge beaucoup sur le front des sceptiques

Déjà cette vidéo que Jean-Claude Bourret a mise en ligne sur sa page Facebook et qu'il commente ainsi :

"Explosif !

La vérité sur le changement climatique ...

Je vous ai souvent affirmé ici, que le CO2 et l'Homme , n'avaient pas l'impact que certains responsables politico/médiatiques leur prêtent...

J'ai trouvé, sur le site de référence "pensee unique" , réalisé par un ancien directeur de recherches au CNRS, une vidéo remarquable .

Si vous ne deviez lire ou regarder qu'une seule source d'information pour mieux connaitre la façon dont on vous ment à longueur de journée, c'est de prendre cinq minutes de votre temps, pour écouter- et regarder les schémas très clairs - de cet éminent professeur.

Il parle anglais, mais ses paroles ont été traduites simultanément en Français, et la vidéo est donc facilement accessible.

Il a résumé en cinq minutes, ce que tous les journalistes devraient connaitre...et les politiciens également...Mais il ya de telles sommes en jeu, comme il l'explique..."

https://youtu.be/FuhNvE-pBms

Ensuite cette remise en cause très bien documentée, par Buzz Aldrin, sur l'absence de réchauffement anthropique :

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2814701/I-sceptical-humans-causing-global-warming-says-Buzz-Aldrin-thinks-people-sent-DIE-Mars.html

Enfin, cette info toujours relayée par Jean-Claude Bourret, qui commente le lien ainsi : 

"Sacré Trump...

Pas aimé, ce Président US, qui "bénéficie" d'une campagne de presse hostile permanente de la part des oligarques qui sont propriétaires des médias et qui avaient misé sur Clinton...

Pourtant, il ne dit pas que des bêtises...

Et les politiciens de la Cop 21, menaçant le bon peuple d'une élévation du niveau des mers pouvant atteindre près d'un mètre en un siècle, si les humains ne suivaient pas les bons conseils des multinationales à la manoeuvre... (acheter tous les nouveaux produits censés diminuer le CO2) 

IL serait bon que les enseignants, et accessoirement les parents, rappelent à leurs enfants, que le niveau des mers, lors des 150 derniers millions d'années a varié de...quatre cents mètres!

Et encore...la Cop 21, n'avait pris aucune de ses bonnes décisions..."

http://wwz.ifremer.fr/gm/Comprendre/Nos-questions/Environnements-sedimentaires-et-paleoclimat/Variation-du-niveau-de-la-mer-4-posters

Comme on le voit sur les quatre posters d'Ifremer, il n'y a pas vraiment lieu de craindre des réfugiés climatiques pour cause de montée des eaux!

Posté par oldgaffer à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2017

Ségolène reine des glaces

Joli texte paru dans l'Express :

Madame. Par la grâce du roi, vous ne fûtes point abaissée à choisir entre Pôle Emploi et Pôle Nord. Par la grâce de Monsieur Hulot, qui a l’oreille du roi, vous voici présentement en charge des pôles arctique et antarctique.
Nous louons comme il sied cet exploit du recyclage à l’ancienne, Madame. Au plus maugréerons-nous, tout à déplorer que la nouvelle politique, dont on nous beurre les oreilles, exhale encore bien des fragrances de l’Ancien régime.
Vous vous lamentâtes voici peu encore, lorsque le nouveau roi se prit, quel mufle, quel goujat, quel butor, de vous remplacer, vous, Madame, par Monsieur Hulot, avec rang de ministre d’Etat!
Vous fîtes tout juste bonne figure, à grincer tout de même que le roi Emmanuel Ier n’ait point daigné vous recycler en dépit de la bienveillance que vous lui témoignâtes durant la campagne.
Vous le jugeâtes ingrat et pour tout dire un peu sot de n’avoir point pris la mesure de vos incommensurables talents.
Vous cherchâtes alors du boulot, triviale occupation qui vous coûta, tant il vous fallut vous abaisser à quémander, solliciter voire supplier ce qui, nous vous le concédons, se montra indigne de votre rang passé.
Non que vous vous trouvâtes dans la gêne, plutôt dans l’ennui. Tout ainsi que dans la frustration de n’être plus de celles et ceux sans qui la Cour n’est que patronage.
Un temps, vous caressâtes le dessein de devenir gazetière : nul ne se pressa à des fins de faire de vous-même une Pythie médiatique.
Commençâtes-vous, Madame, à douter de vos pléthoriques qualités?
Point.
Car vous êtes insubmersible, Madame: il y a gros à parier à l’hoca que même le blizzard saura se coucher à vos pieds, tout ainsi que les ours blancs sans doute plus courtois que les éléphants socialistes qui vous firent tant de mal.
Nous nous inclinons, Madame : en une lune, vous sûtes revenir en Cour, certes de façon quelque peu surgelée, mais avec ce panache qui, confessons-le, nous a toujours séduit.
La route qui mène aux confins de cette banquise qui sera désormais votre galerie des glaces, a été longue et semée d’icebergs.
Pressentant en effet le crépuscule de votre vie politique avec cette angoisse qui étreint les coeurs trempés dans l’acier, vous aviez tenté, Madame, une OPA sur cette Société des Nations que vous convoitiez, jugeant ce « Machin » digne de votre rang, à la hauteur de vos nobles desseins.
Vous harcelâtes le Flou, l’ancien roi, père de vos enfants, à des fins qu’il intriguât pour que l’on vous fit une place de premier plan dans ce concert.
Caramba! Ce fut raté. Par la faute de cet empoté.
Lorsque vous vîntes à penser que le jeune Macron avait quelque chance de devenir Emmanuel Ier, vous vous ralliâtes à son oriflamme, vous précipitâtes au « Vieux campeur » pour vous enquérir d’un alpenstock et vous en aller marcher, tout ainsi que les Pastoureaux qui s’entichaient de ce nouveau prédicateur.
La vérité commande de rapporter que le futur roi ne fut guère emballé à l’idée de faire du neuf avec du vieux et s’encombrer d’une douairière au caractère épicé, parfois un peu foldingue.
Il avait en mémoire certaines de vos fameuses incartades qui, par le Ciel, l’avaient mithridatisé contre tout dessein de prolonger vos aurores boréales, si flamboyantes fussent elles.
C’est alors que Monsieur Hulot, sensible aux destins des espèces en péril, à présent grand-prêtre de la transition énergétique, se souvint qu’il lui semblait malséant de vous abandonner, Madame, dans les affres du désoeuvrement.
Par la grâce de Dieu, le fauteuil de Monsieur de Rocard, nommé sur la fin de sa vie ambassadeur des glaces, était resté vacant ce qui, en cette occurrence, laissait entrevoir le fait que la charge, pour noble qu’elle fut, n’était point essentielle à la bonne marche du royaume.
Reine des Glaces, serez-vous, Madame, une sorte de reine de Thulé, à enseigner les règles de l’étiquette aux ours et aux pingouins?
Reine des Glaces, serez-vous, Madame, une fée des Neiges, à banqueter sur la banquise, à faire jouer « La Marche de l’Empereur » en l’honneur d’Emmanuel Ier?
Pour l’heure, Madame, votre élévation se doit d’être saluée ainsi qu’il sied lorsque l’on fait aussi fracassante entrée dans le casting d’ « Holiday on Ice ».

12460652-2

 

 

Posté par oldgaffer à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

Zemmour victime du terrorisme de la pensée unique

Nous ne sommes plus en république. La liberté d'expression et d'opinion est morte. Celui qui exprime une divergence par rapport à la pensée unique est condamné.
Eric Zemmour a raison dans le propos pour lequel il a été condamné, et je partage entièrement l'opinion qu'il exprime.

C'est plus qu'une honte et un scandale, c'est un drame. L'URSS et la Pravda ne faisaient pas pire. Il n'y a plus qu'à créer des goulags pour les dissidents comme moi.

http://www.dreuz.info/2017/06/24/eric-zemmour-condamne-en-correctionnelle-car-il-ne-comprends-toujours-pas-quon-ne-doit-pas-dire-la-verite-sur-lislam/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

 

Zemmour-Dreuz

 

Posté par oldgaffer à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

Unité et rassemblement : le piège

En ce moment, quand vous entendez "unité nationale" ou "opposition constructive", il faut traduire. Au mieux il faut comprendre naïveté, le plus souvent trahison et "je vais à la soupe".

Les Français ne voient pas que l'homme de main de Soros qu'est Macron a pour but la destruction de l'identité de la France, par le biais de l'immigration massive et de l'islamisation. Ses déclarations honteuses en Algérie, celles sur l'absence de culture française relayées et amplifiées récemment par certains de ses sbires et certaines de ses sbiresses l'attestent, comme sa participation ahurissante à l'IFTAR du CFCM, véritable geste de soumission à l'Islam.

Tout le reste est de l'enfumage.

Le niveau intellectuel des députés LREM montre que Macron asseoit son pouvoir sur la bêtise, ce qui lui permet de régner en maître. Aux pays des aveugles...

La scission en cours chez les républicains est préoccupante. Thierry Solère et ses complices sont des traîtres saboteurs ou des naïfs à virer. L'opposition ne peut se reconstruire que par une opposition dure au projet Macron, sans compromission, car ici il s'agit bien de compromission et pas de compromis. Aujourd'hui, Wauquiez et Ciotti représentent cette façon de voir, je suis avec eux.

Vous enlevez à "En Marche" les traitres, les naïfs et les oligo-neuronaux, il n'y a plus personne.

 

 

Posté par oldgaffer à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2017

Réchauffement climatique : vers la fin de l'imposture?

Cet article rapporte une étude conjointe de trois universités américaines, dont celle de Rochester qui est peut être la plus pointue au monde en matière de recherche scientifique. Elle l'est en matière médicale grâce à la Mayo Clinic dont j'ai fréquenté certains chercheurs auxquels nous avions confié des recherches lors de mon séjour dans l'industrie pharmaceutique.

Le lien vers l'article complet :

http://www.dreuz.info/2017/06/10/article-14505174/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

gpw-20050108-NASA-ISS007-E-10807

Une étude publiée conjointement par l’Université de Rochester, l’Université de l’Alabama et l’Université de Virginie a déterminé que le réchauffement climatique n’était pas dû aux activités humaines, et que le CO2 n’était pas un polluant.

Ce rapport a été publié dans l’International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society, l’une des revues de climatologie les plus prestigieuses du monde.

L’un des auteurs de l’étude, le professeur Fred Singer (Université de Virginie) écrit :

« le réchauffement climatique auquel nous assistons fait simplement partie d’un cycle naturel de réchauffement et refroidissement que l’on observe dans les stalagmites, dans les glaces et dans les sédiments du fond des mers… et qui a été abondamment documenté dans des revues spécialisées. Le mécanisme qui provoque ce cycle fait encore l’objet de débat ; mais est, très certainement, dû à l’activité solaire. 

(…) 

Notre recherche démontre que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère n’a qu’une influence minime sur les changements climatiques. 

 

Posté par oldgaffer à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2017

Bulletin des climats-réalistes n°69

Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 69


A LA UNE : 
  • Les Etats Unis quittent l'accord de Paris
  • Benoît Rittaud sur CNews samedi à 18h

 

 

LES ÉTATS-UNIS QUITTENT L’ACCORD DE PARIS

Donald Trump a annoncé jeudi 1er juin cette décision, lors d’un long discours dont on trouvera ici une retranscription. Un véritable séisme diplomatique.

Cris d’orfraie dans la presse

24 heures avant la décision du président des États-Unis, Benoît Rittaud avait anticipé les éditoriaux des médias institutionnels. Les journalistes n’ont eu de cesse de surjouer la stupeur, alors que Donald Trump n’a rien fait d’autre que de tenir l’une de ses promesses de campagne. Aucune surprise donc dans une telle prise de position, qui correspond d’ailleurs assez largement à l’orthodoxie républicaine.

La palme des réactions revient à Pierre Weil qui sur France Inter le 4 juin a posé à son invité la question suivante :  « selon vous Trump est-il ignorant incompétent stupide ou tout carrément désaxé psychologiquement et intellectuellement ? » Tout en finesse…

L’appel d’Emmanuel Macron : la France va t-elle accueillir aussi les satellites de la Nasa ?

La déclaration du président de la République se voulait gaulienne : « à tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du président des États-Unis a déçu… je vous lance un appel : venez travailler, ici, avec nous, sur des solutions concrètes pour le climat ». Cette déclaration n’est en fait que la redite d’un appel déjà lancé lorsqu’Emmanuel Macron n’était encore que candidat. Appel auquel la revue Science avait consacré un article rappelant quelques vérités désagréables sur la situation de la recherche en France.

QUELLES CONSÉQUENCES RÉELLES ?

Une tempête dans un verre d’eau ?

« Beaucoup de bruit pour (presque) rien » explique l’économiste Rémy Prud’homme. C’est également l’avis d’un enseignant de Stanford cité par Judith Curry  pour qui aussi bien la signature par  Barack Obama que le retrait décidé par Donald Trump relèvent de décisions de type QTIIPS (Quantitatively Trivial Impact + Intense Political Symbolism), qui provoquent des batailles politiques féroces malgré des impacts réels insignifiants.

Le retrait effectif n’interviendra qu’en 2020

En application de l’article 28 de l’accord de Paris, le retrait effectif n’interviendra qu’en novembre 2020, sauf si Donald Trump opte en définitive pour un dénonciation de la convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques (CNUCC) qui permettrait un retrait immédiat. Le Sénat, qui avait ratifié la CNUCC, devrait alors dans ce cas en approuver la décision à la majorité des deux tiers.

Aucune conséquence climatique

L’OMM (Organisation météorologique mondiale) a sorti sa règle à calcul et déterminé que le retrait des États-Unis pourrait ajouter 0,3 °C à la hausse globale de la température d’ici la fin du XXIe siècle, tout en reconnaissant qu’aucun modèle ne permettait de se livrer à ce type de calcul.

REDISTRIBUTION DES CARTES DE LA DIPLOMATIE CLIMATIQUE

Poutine se refuse à condamner Trump

Le président russe, notoirement climato-sceptique, se refuse à juger Trump.  « Je ne jugerais pas Obama, oh je veux dire Trump, pour la décision qu’il a prise », a t-il déclaré lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg.

La Chine veut prendre la main sur le climat

La Chine consomme la moitié du charbon mondial, et ses engagements pris lors de la COP21 sont plus que limités : ils se contentent de promettre un pic d’émissions en 2030. Pourtant, elle semble vouloir profiter du retrait des États-Unis pour prendre la main sur les négociations climatiques. « La Chine maintiendra ses responsabilités concernant le changement climatique », a déclaré le Premier ministre, Li Keqiang, lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Berlin aux côtés de la chancelière allemande.

L’Inde en embuscade

La longue étreinte symbolique entre Emmanuel Macron et le Premier ministre indien fait aussi sourire. Rappelons que l’Inde entend doubler d’ici à 2020 ses capacités d’extraction, et qu’elle ne s’est engagée qu’à réduire  son « intensité carbone » de 35% d’ici  à 2030 (par rapport à 2005), sans quantifier la réduction de ses émissions.

MAIS DE QUOI PARLE T-ON  AU JUSTE ?

L’accord de Paris repose sur la fiction des +2°C

Le seuil de 2°C résulte d’un compromis politique trouvé en 2009 à Copenhague, et n’a aucune base scientifique. La communauté internationale s’est placée dans une impasse en  s’imposant dans l’urgence ce programme de réduction des émissions alors même qu’il existe d’énormes incertitudes sur le cycle du carbone et que la sensibilité réelle du climat à l’augmentation du CO2 n’est pas vraiment connue, comme il est montré dans cet article.

Le CO2 n’est pas un polluant, mais le nutriment des plantes

En revanche les effets bénéfiques du CO2 sur les rendements agricoles sont bien établis et documentés : selon des études convergentes (Lindzen, Happer et Idso), un doublement de la concentration (de 300 à 600 ppm) induit une augmentation de la production de 40%. Les observations satellitaires ont d’autre part mis en évidence un verdissement de la planète : une récente étude publiée dans la revue Nature montre une augmentation de la couverture forestière en Afrique subsaharienne pendant la période 1992-2011. Ce phénomène peu connu a même fait l’objet d’un article dans Ouest-France. L’économiste Rémy Prud’homme a écrit sur cette question un article à lire ici.

LA VRAIE QUESTION : QUI VA PAYER ?

Le Fonds vert : 100 milliards par an

Robert Lyman, consultant canadien en énergie, ancien fonctionnaire et diplomate, rappelle la liste des pays de l’Annexe II (24 pays plus l’UE) devant participer au financement des 100 milliards de dollars par an du fonds vert : on y trouve la Grèce, mais pas l’Inde ni la Chine. Principal contributeur du Fonds vert (3 milliards de dollars par an), les États-Unis s’en tiendront donc au milliard versé sous l’administration Obama.

300 milliards de dollars de plus par an en 2030

Selon The Economic Times, la Conférence climatique de la CCNUCC à Bonn a validé un rapport évaluant à 300 milliards de dollars par an (en 2030) les fonds nécessaires pour aider les personnes qui seront obligées de migrer suite au « dérèglement climatique ». Et ce en plus des 100 milliards de dollars déjà promis au titre du Fonds vert ! Impossible de ne pas songer à ce passage du discours de Donald Trump : « l’accord de Paris est un point de départ, pas un point d’arrivée, le risque est que l’accord tende à devenir de plus en plus ambitieux avec le temps ».

BÊTISIER

Une suite qui dérange

À l’occasion de la venue d’Al Gore à Cannes pour le festival, Le Monde s’est risqué à une figure de style dans la petite hagiographie de circonstance : « l’homme qui aurait dû diriger les États-Unis le 11 septembre 2001 si la Cour suprême en avait décidé autrement, est aujourd’hui un vieux sage, dont les cheveux ont presque la couleur de la banquise qu’il voudrait empêcher de fondre ».

Anne Hidalgo à Londres : « Donald Trump est stupide  ! Il est très stupide  ! Oh mon Dieu  ! Mon Dieu  ! »

La maire de Paris a rendu visite à Sadiq Khan, son homologue de Londres, qui a peiné à contenir son hilarité à l’écoute de la diatribe anti-Trump d’Anne Hidalgo. Heureusement, le ridicule ne tue pas.

Philippe Torreton se lâche

Rapporté par l’Obs : «  L’accord de Paris est passé d’un pouvoir tranquillisant à un pouvoir excitant, du Lexomyl au Viagra. Sans Donald et son cerveau de canard, nous serions tous en train d’écraser nos lauriers COP21 parisiens en faisant la sieste. Maintenant, nous sommes tendus nerveux et revanchards prêt à en découdre avec l’oncle Sam devenu brutalement Alzheimer. Aujourd’hui, les USA ont choisi la honte, le déshonneur, et peut-être de rejoindre le banc des accusés au tribunal de la Haye dans un avenir peut-être pas si lointain pour non-assistance à planète en danger ».

Il cherche une place comme chroniqueur dans Le Monde ?

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

Samedi 10 juin à 18h : Benoît Rittaud sur CNews

Après avoir été initialement programmé la semaine dernière, puis reportée en raison des attentats de Londres, un débat sur le climat et l’environnement se tiendra dans l’émission « Samedi Pulvar » sur CNews, demain samedi de 18h à 19h. Audrey Pulvar y recevra Yann Arthus-Bertrand (fondation GoodPlanet), Brigitte Gothière (association L214), Frédéric Le Manach (association Bloom), et Benoît Rittaud qui représentera les climato-réalistes.

Troisième émission : « climat : l’échauffement des esprits »

Sur le thème « La peur climatique face à la nouvelle donne politique », Benoît Rittaud, Rémy Prud’Homme et Drieu Godefridi ont participé (en live) au troisième numéro de la série d’émissions de radio en ligne. Pour voir la vidéo de l’émission, cliquer ici.

Le nouveau livre de Christian Gérondeau

Christian Gérondeau vient de publier Climat : la grande manipulation aux éditions de l’Artilleur. Voici la présentation de l’éditeur :

Parce que l’humanité utilise du pétrole, du gaz, et du charbon, il y a de plus en plus de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère. Selon les Nations Unies et leur émanation le GIEC, ce CO2 serait la cause d’un réchauffement massif de la planète et nous mènerait à la catastrophe. Mais quand un scientifique indépendant étudie les chiffres, il constate que les derniers relevés des satellites ne vont pas du tout dans ce sens. Certes, à cause d’un puissant « El Nino », il y a eu en 2015 et au début de 2016 une hausse des températures qui a entraîné des records, mais elle a peu duré. Les relevés officiels que reproduit ce livre sont unanimes : les températures sont revenues à la normale au milieu de 2016. Deuxième surprise : de nombreux spécialistes affirment qu’il n’y a non seulement pas lieu de craindre les émissions de CO2 mais qu’il faut au contraire s’en réjouir. Pour deux motifs fondamentaux : l’accroissement des émissions signifie que des millions d’êtres humains sortent de la pauvreté, comme cela fut le cas pour l’Occident et comme le rappelle l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), aucun développement économique n’est possible à ce jour sans le pétrole, le gaz naturel et le charbon ; en favorisant la photosynthèse, le CO2 contribue massivement à la lutte contre la faim dans le monde. Ainsi, l’accroissement de 40% de la teneur de l’atmosphère en CO2 depuis le début de l’ère industrielle est-il l’un des facteurs majeurs de l’augmentation remarquable et planétaire des rendements agricoles. Une tonne de CO2 rejetée en plus, c’est 300 grammes supplémentaires de céréales chaque année, une tonne de moins, c’est l’inverse. Ce livre se propose donc de démonter point par point la grande manipulation dont le climat est l’objet et dont nous sommes tous les victimes.

Le site des climato-réalistes 

Retrouvez les trois derniers articles publié sur le site de notre association :

L’élévation du niveau de la mer : un empilement d’incertitudes

La Grande Barrière de Corail : état des lieux
L’acidification des océans : causes anthropiques versus variabilité naturelle

Une étude comparative entre les coûts du démantèlement nucléaire et éolien

Une étude de Jean-Pierre Riou dans laquelle il apparaît que le plus onéreux, par unité d’énergie produite n’est pas celui qu’on croit.

Du réchauffement climatique au changement climatique

Une interview plus décontractée qu’académique de François Gervais.

Une analyse de la sortie américaine de Drieu Godefridi 

Que penser de la sortie américaine de l’Accord de Paris ? Réponse avec Drieu Godefridi, auteur de Le GIEC est mort, vive la science (2010)

Vous aimez notre bulletin ?

Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l’association et soutenez-nous !

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes.

Posté par oldgaffer à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pérouges : fête médiévale dans la cité

A 20km du Parc des oiseaux, la cité médiévale de Pérouges où nous avons retrouvé des amis que nous avions rencontrés lors d'une croisière sur l'Amazone il y a 3 ans.

Ils nous ont fait visiter la vieille cité, animée ce jour par une fête.

Juste des images :

 

Pérouges-1

 

Pérouges-3

 

Pérouges-4

 

Pérouges-6

 

Pérouges-7

 

Pérouges-8

Pérouges-9

Pérouges-10

Pérouges-11

Pérouges-12

Pérouges-13

Pérouges-14

Pérouges-15

Pérouges-16

Pérouges-17

Pérouges-18

Pérouges-19

Pérouges-20

Pérouges-21

 

Posté par oldgaffer à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2017

Le Parc des oiseaux

A Villars les Dombes, 40 km au nord de Lyon, dans l'Ain, un magnifique parc ornithologique : le Parc des Oiseaux. Nous avons élu domicile au camping qui le jouxte, très calme, propre, ombragé et verdoyant, sans piscine ni jeu aquatique ni karaoké vespéral, l'idéal, surtout que l'accueil est irréprochable.

J'avais déjà vu un parc ornithologique de très grande qualité, c'était à Iguaçu, au Brésil, j'en ai d'ailleurs parlé ici à l'époque en 2014. J'avais déjà vu un spectacle avec des oiseaux dressés tout à fait stupéfiant, c'était au Puy du Fou en septembre dernier, j'en ai aussi parlé ici. Au Parc des Oiseaux de Villars les Dombes, il y a les deux, et ni le parc ni le spectacle n'ont quelque chose à envier à leurs rivaux.

J'étais content d'avoir mon 600mm, mais on on est si près des oiseaux qu'un 300mm ou un 400mm peuvent suffire à mon avis.

Une tour panoramique permet de voir l'ensemble du parc, de dominer, juste en contrebas, des nids de cigognes avec leurs petits, et d'être en bonne position pour photographier des hérons cendrés, des aigrettes, ou des pélicans en vol.

Voici quelques images :

D'abord la tour panoramique, ensuite quelques flamands très roses :

 

Parcoiseaux-80

 

Parcoiseaux-77

Parcoiseaux-5

Parcoiseaux-78

 

Ci-dessous le nid de cigognes vu de la tour :

Parcoiseaux-79

Parcoiseaux-6

Parcoiseaux-7

Parcoiseaux-8

 

Parcoiseaux-9

Parcoiseaux-10

Parcoiseaux-11

Parcoiseaux-12

Parcoiseaux-13

 

Parcoiseaux-14

Parcoiseaux-15

Parcoiseaux-16

Parcoiseaux-17

Parcoiseaux-18

Parcoiseaux-19

Parcoiseaux-20

Parcoiseaux-21

Parcoiseaux-22

Parcoiseaux-23

Parcoiseaux-24

Parcoiseaux-26

 

Le spectacle :

Parcoiseaux-27

Parcoiseaux-28

Parcoiseaux-29

Parcoiseaux-30

Parcoiseaux-31

Parcoiseaux-32

Parcoiseaux-33

Parcoiseaux-34

Parcoiseaux-35

Parcoiseaux-36

Parcoiseaux-37

Parcoiseaux-38

Vraiment, le Parc des Oiseaux vaut le voyage.

 

 

 

Posté par oldgaffer à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2017

Climat : la confusion des genres

La prise de position de Trump a déclenché une vague de réactions plus épidermiques que raisonnées et argumentées, la palme de la plus grande connerie proférée dans ce contexte revenant sans conteste à notre hélicologiste patenté, monsieur Hulot.

Les mélanges de genre sont ahurissant. Certains mélangent tout et son contraire, et parlent du péril pour la planète en raison de la pollution désormais inévitable. Il est donc important de clarifier les choses sur trois points :

- Le réchauffement climatique

- La responsabilité de l'homme et du CO2 dans ce réchauffement

- Les dangers que courent la planète.

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE :

Il est indiscutable qu'il y a eu un réchauffement climatique du début des années 70 à la fin des années 90. Ce réchauffement fait une pause depuis une vingtaine d'années, pause masquée par le trucage des relevés et des données de la NOAA et de la NASA par ordre de l'administration Obama. Ces trucages ont depuis été révélés, prouvés et corrigés.

2015 et 2016 ont été des années très chaudes, cela est dû au phénomène météorologique El Nino, qui n'a rigoureusement rien à voir avec le CO2 ou autre gaz dit "à effet de serre".

Ce lien vers ce que dit un astrophysicien israélien renommé est très significatif à ce sujet :

http://siliconwadi.fr/7131/un-astrophysicien-israelien-revele-la-veritable-cause-du-rechauffement-climatique

Claude Brasseur, mathématicien français et spécialiste en énergies renouvelable affirme la même chose depuis des années.

Ce réchauffement intervient dans une séquence de cycles naturels. Il y a eu de nombreux réchauffements dans le passé, et au Moyen-âge le réchauffement a même été beaucoup plus important qu'à la fin du siècle dernier, avec fonte quasi totale de la calotte glaciaire (qui s'est rarement portée aussi bien qu'aujourd'hui tant en maximum hivernal qu'en minimum estival), avec des projets de colonisation par le Danemark du Groënland qui était devenu un espace verdoyant et fertile découvert par Eric le Rouge.

Ce réchauffement n'a rien à voir avec l'activité de l'homme, et l'homme ne peut rien faire pour influer sur lui. A noter qu'on observe aussi des réchauffement concomittants sur Mars. 

LA RESPONSABILITE DE L'HOMME ET DU CO2 :

Le CO2 c'est 400 ppm (parts par million) dans l'atmosphère terrestre. Soit 0,04% des gaz de l'atmosphère. Autant dire quelques traces.

La part de l'homme sur le CO2 total ne dépasse pas pas 5%. Alors.

Alors imaginons qu'à coups de milliards de milliards de $$$$$, on arrive à faire baisser la production de CO2 dans le monde de 30%. Objectif complètement utopique et irréalisable. Mais imaginons. Plus de centrales thermiques par exemple etc....

Le CO2 dans l'atmosphère passerait à 0,0394%

On descendrait de 400 ppm à 394 ppm et la planète serait sauvée???

C'est du foutage de gueule, les écolos et le GIEC nous prennent pour des cons.

L'info qui tue maintenant : les mesures de température et de CO2 sur des carottages glaciaires antarctiques montrent que depuis plus de 22000 ans, l'augmentation de température a TOUJOURS précédé la montée du CO2. C'est pour ça que le CO2 est haut en ce moment, un quart de siècle après la période de réchauffement. C'est la température qui fait monter le CO2 et non l'inverse. Le mécanisme est la diminution de solubilité du CO2 avec la température, et dès qu'un océan s'est réchauffé, il libère son CO2. C'est aussi un mécanisme utile pour contrôler l'acidification des océans, largement surestimée.

 

 

CO2

 

Non seulement les déserts n'avancent pas, mais ils reculent car le CO2 fait reverdir certaines régions. Les océans montent très peu et il n'y a encore aucun exilé climatique dans le monde alors que l'Evangile selon Al Gore annonçait la disparition des Maldives et des 2/3 du Bangla Desh pour 2005.

Rappelons que l'entrée de la grotte Cosquer, dans les calanques de Marseille (tous les calanques sauf une sont de Marseille et non de Cassis) est 35 m en dessous du niveau de la mer, qu'on allait à pied au Moyen-âge de Saint Malo à Césembre, Cézembre est désormais une île, les variations de niveau sont donc récurrentes comme les cycles climatiques, mais actuellement aucune alarme.

Enfin, un point très important : le CO2 CE N'EST PAS DE LA POLLUTION. C'est un gaz nécessaire à la vie, à celle de l'homme et des animaux, à celle des végétaux, le taxer et le condamner est aussi stupide que taxer l'eau potable en raison du risque de noyade. Mais la confusion est savamment entretenue.

DANGERS POUR LA PLANÈTE :

Quand je dis que Trump a raison, quand je dis qu'il est vain et déplacé de s'attaquer au CO2 et de vouloir modifier le climat, on me dit que je ne me soucie guère de la planète, menacée, très menacée même.

Oui elle est menacée, mais en parlant CO2 et réchauffement, on occulte les vrais dangers. L'orgueil de l'homme lui fait croire qu'il peut modifier le climat, or il n'en est rien. 

 

•L’homme croit qu’il peut maîtriser le climat

 

•Il confond les moyennes et les constantes

 

•Il extrapole des données parcellaires d’une façon inadaptée aux phénomènes chaotiques

 

•Son salut est dans l’adaptation, pas dans des mesurettes inefficaces

Par contre il peut agir sur la pollution, il peut chercher et développer des formes d'énergies nouvelles (surtout pas l'escroquerie éolienne), et répondre à trois grands défis :

Les trois limites à l’avenir de l’Homme :

•L’énergie : préserver les ressources
•L’eau : apprendre à la gérer
•L’espace : la surpopulation
ADDENDUM : L'ESCROQUERIE DU GIEC :
Ici les auteurs qui ont publié dans une des plus grandes revues de physique du monde, au comité de lecture très pointu, ne disent pas que le GIEC s'est trompé, ils disent qu'il a falsifié les données.

Falsi

 

 

Le GIEC c'est :
•2000 membres
•1/3 : des scientifiques pas toujours d’accord entre eux…
•2/3 : des représentants d’ONG ou d’états chargés de véhiculer le « politiquement correct »
•Votes à la majorité de tous les membres
Sans entrer dans les détails, à la disposition de qui les demandera, le GIEC est à l'origine de courbes truquées sur la relation CO2 température, courbes qui ont présidé à la conclusion du protocole de Kyoto il y a 12 ans. 
Le GIEC est loin d'être une assemblée de savants, il associe des faussaires professionnels et des chercheurs dont la plupart sont motivés par le désir de ne pas perdre leurs crédits de recherche.

Sans titre

Posté par oldgaffer à 14:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]