oldgaffer

19 mai 2017

D'Oris à Tudor

J'ai toujours été passionné de montres. J'ai cédé -comme beaucoup à une époque- à la précision du quartz, j'en suis revenu depuis de nombreuses années et je n'ai plus eu depuis que des montres mécaniques. Certains de mes amis s'étonnent qu'on aille payer plus cher quelque chose de moins précis. C'est le plaisir de la belle mécanique et du bel objet. Je leur répond en général que c'est comme si, devant une toile de maître accrochée chez moi (il n'y en a pas! c'est juste une image!) ils me reprochaient le prix au mètre carré de ma peinture en comparaison avec celui de la laque du mur de leur cuisine.

Pendant plus de 10 ans j'ai porté cette Oris Artelier complications. Phases de la lune, second fuseau horaire, date et jour, dos saphir permettant de voir le mécanisme ETA en action, elle est très plaisante :

IMG_0537-1

 

Cette Oris valait 1400€ en France quand je l'ai achetée (en fait je l'ai achetée 800€ en Andorre). Elle est toujours au catalogue Oris, en un peu moins bien, les chiffres sont remplacés par des traits. Et son prix aujourd'hui est de 2600€.

Toutes les montres suisses augmentent régulièrement Le prix par exemple d'une Patek-Philippe Nautilus est passé en moins de 10 ans de 18000 à 30000€. Ceci est dû à deux causes : l'engouement du public pour les montres de luxe, notamment dans les marchés émergents comme la Chine, et la force du Franc Suisse qui a bien monté par rapport aux autres monnaies ces dernières années. Ceci veut dire que bien souvent on pourra revendre une montre plus cher qu'on ne l'aura payée au bout de quelques années.

Un exemple intéressant : un des modèles iconiques de Rolex est le chronographe Daytona. Il vaut, en acier, aux alentours de 14000€. La production ne suffit pas à satisfaire la demande, et une véritable spéculation s'en est suivie, où certains qui arrivent à en obtenir les revendent immédiatement avec une plus-value substantielle.

Après mon Oris, j'ai voulu passer à autre chose. Une sorte de régression : ma nouvelle montre donne l'heure, mais rigoureusement rien d'autre, même pas la date. Avec son remontoir vissant comme toutes les montres de plongée, elle m'évitera les accidents que j'ai connus plusieurs fois avec l'Oris, à savoir tirer sur le remontoir en l'accrochant avec un vêtement et ne pas s'en apercevoir tout de suite. 

Une montre mécanique n'a pas la précision du quartz, mais si c'est un chronomètre certifié elle est largement suffisante. Les montres à quartz varient entre 30 secondes et une minute par an en moyenne, un chronomètre comme cette Tudor varie de moins d'une seconde par jour en moyenne, soit en gros 3 minutes entre les changement d'heure bisannuels. Mon Oris variait de 3 à 4 minutes par mois.

Il n'y a bien sûr pas de pile à changer chaque année (grosse contrainte du quartz), juste une révision tous les 7 à 10 ans.

Je vous présente donc ma Tudor Black Bay Heritage Bronze :

IMG_0550

Tudor est la petite soeur de Rolex. Le fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, a lancé Tudor en 1946 pour élargir l'audience de Rolex vers un public moins fortuné. Au début, les Tudor Oyster étaient des Rolex dont le nom et le prix avaient changé, et c'était tout. Depuis Tudor s'est autonomisé, fabrique ses propres mouvements, et présente une gamme originale. 

Les Tudor Black Bay sont quasi-équivalentes aux Rolex Yachtmaster, la date en moins. Elles coûtent trois fois moins cher. Elles sont les répliques des montres que Tudor a produites dans les années 60 pour les plongeurs de la Marine Nationale.

Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire de cette marque :

http://www.montres-de-luxe.com/Tudor-l-histoire-de-la-petite-soeur-de-Rolex_a3892.html

Ne pas se laisser abuser par l'appellation "montres de luxe". Rolex, Tudor, au même titre que Breitling, Oméga ou Longines, c'est du milieu de gamme, pas du haut de gamme.

Le haut de gamme c'est autre chose, et dans les classiques on trouve Bréguet, Patek-Philippe, Vacheron-Constantin, Jaeger-le-Coultre et Audemard-Piguet.

Des montres comme les Richard Mille sont très chères (celle de Nadal vaut 700000€) mais je ne les aime pas, je les trouve très laides.

Posté par oldgaffer à 06:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mai 2017

Formule 1 : plus d'attrait

La bagarre Ferrari-Mercedes donne à cette saison un attrait que n'avaient pas les précédentes. Certes Hamilton a gagné devant Vettel aujourd'hui à Barcelone, c'est surtout grâce à une meilleure stratégie de Mercedes, les deux pilotes ayant été époustouflants...

Attrait renforcé par les nouvelles voitures plus physiques, demandant plus au pilote, requérant moins de conduire à l'économie des pneus ou du carburant comme on l'a hélas trop vu les années précédentes.

Un gros progrès enfin dans le jugement des commissaires sportifs qui concluent de plus en plus à l'incident de course sans mettre des pénalités abusives à tour de bras.

Plus de spectacle, moins d'aléas parasites, des pilotes qui semblent prendre plus de plaisir qu'avant, on va peut-être retrouver les grandes époques de la Formule 1.

Posté par oldgaffer à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2017

Bulletin des climato-réalistes n°68

Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 68


A LA UNE : 
  • Emission radio des climato-réalistes en direct vendredi 19 mai
  • Des coups de feu tirés sur une université pendant la marche pour la science

 

 

PREMIÈRE ÉMISSION RADIO EN DIRECT DE NOTRE ASSOCIATION

Après les deux premières émissions consacrées au climat avec Vincent Courtillot et à la politique énergétique avec Rémy Prud'homme (à réécouter ici), voici le troisième volet de notre séries d'émissions climato-réalistes :

« La peur climatique face à la nouvelle donne politique » 

vendredi 19 mai de 20h30 à 21h30

sur la radio en ligne Temporium.

Cette émission, qui rassemblera Rémy Prud'homme Benoît Rittaud et Drieu Godefridi, est conçue comme un espace de discussions avec tous. Vous pouvez d'ores et déjà poser vos questions et nous faire part de vos réflexions. Pour suivre et réagir pendant l'émission elle-même, allez sur Facebook en suivant ce lienet dès que le Live commence, regardez, écoutez, et … posez vos questions dans les commentaires !

COMME AU MOYEN-ÂGE, ON PROCESSIONNE POUR LE CLIMAT

Selon des historiens du climat de l'université de Caen, 45% des processions recensées entre le XIIe et le XVIIIe siècle à Paris concernaient un dérangement climatique. Ces pratiques se perpétuent aujourd'hui sous une forme laïcisée : marches pour le climat ou pour la "science", jeûne pour le climat… le réchauffement climatique a ses dévôts qui défilent en invoquant des divinités New Age.

Marche pour le climat : dans la chaleur ou sous les frimas

Dans la chaleur comme à Washington ou sous la neige comme à Denver, des marcheurs ont processionné pour le climat fin avril. Roy Spencer remarque ironiquement qu'à la même heure et sous la même latitude les marcheurs affrontaient des températures qui variaient de +4,5°C à -2,8°C par rapport à la moyenne.

Les bureaux de l'université de Huntsville révolverisés

Pendant la "marche pour les sciences", sept balles de 5,7 mm ont été tirées sur les fenêtres d'un bureau de l'université de Huntsville, non loin de l'endroit où travaille le climatologue climato-sceptique John Christy. Interpellés par Benoît Rittaud à propos de cet incident, les responsables français de la « marche pour les sciences » n'ont pas daigné répondre. Roy Spencer évoque lui un acte d'éco-terrorisme.

Marche pour les sciences et journée de la Terre : même combat

La "marche pour les sciences" coïncidait avec la journée de la Terre. Walter E. Williams, professeur d'économie à l'université George Mason, rappelle à cette occasion qu'en 1970, année où le jour de la Terre a été lancé, le biologiste George Wald (prix Nobel 1967) prédisait que « La civilisation se terminerait dans les 15 ou 30 prochaines années », montrant ainsi comment l'aveuglement idéologique peut amener les plus brillantes intelligences à dire des sottises (traduction en français du texte ici).

REFROIDISSEMENT DE L'ANTARCTIQUE OUEST, STABILITE DE L'ACTIVITE CYCLONIQUE

Antarctique : régression de la banquise, mais refroidissement de la péninsule Ouest

En novembre 2016 la banquise Antarctique a perdu presque 2 millions de km² (par rapport à la moyenne de la période 1981-2010). Rassurons le journaliste de 20 minutes qui s'alarme : elle n'a cessé d'augmenter depuis 1981 comme le montre cette courbe éloquente du NSIDC (National Snow and Data Center). La contre-performance de la banquise en 2016, événement isolé, évoque d'avantage un effet de la variabilité naturelle qu'un changement de tendance. D'autre part, une récente publication de ScienceDirect nous apprend que la péninsule Ouest de l'Antarctique s'est refroidie à un rythme de -0,47 °C par décennie entre 1999 et 2014. Ce refroidissement intervient après une période de réchauffement de près de 20 ans (+0,32 °C par décennie) sur la période 1979–1997.

Activité cyclonique : une grande variabilité naturelle depuis 40 ans

La mise à jour au 30 avril 2017 des données du site Weatherbell montre une activité cyclonique marquée par une grande variabilité inter-annuelle au cours des 40 dernières années. On n’observe pas de tendance haussière ou baissière de la fréquence des tempêtes tropicales et des ouragans pour le globe depuis 1971. Et pourtant le GIEC a les cyclones à l'œil

LES CORAUX DE LA GRANDE BARRIÈRE DE CORAIL SONT RÉSILIENTS

Les coraux de la Grande Barrière de corail ont subi pour la deuxième année consécutive un phénomène de blanchissement. « La Grande Barrière ne s'en remettra pas » prophétise Le Monde sur un ton navré. Outre que la zone affectée n'est pas la même qu'en 2016 et qu'on n'a pas fini de démêler les effets du passage concomitant d'un cyclone de catégorie 4, les coraux de la Grande Barrière s'avèrent en réalité très résilients comme expliqué dans cet article. Malgré son titre racoleur (« coraux le scandale du blanchissement »), les deux scientifiques qui participaient à l'émission « La méthode scientifique » sur France Culture ont fini par s'accorder sur ce point.

TRANSITION ENERGETIQUE

La question de la transition énergétique est-elle bien posée ?

Selon un rapport de l'Académie des sciences, les programmes en matière de politique énergétique devraient mieux tenir compte des contraintes physiques, technologiques et économiques.

Dans l’état actuel du débat, nos concitoyens pourraient être conduits à penser qu’il serait possible de développer massivement les énergies renouvelables comme moyen de décarbonation du système en le débarrassant à la fois des énergies fossiles et du nucléaire. Nous voulons ici rappeler un certain nombre de vérités.

Feu vert au projet éolien de la baie de Saint-Brieuc, 5 jours avant le premier tour

Le préfet des côtes d’Armor vient d'autoriser la construction de 62 machines de 216 m de haut tournant à 280 km/h en bout de pales. Selon l'association Gardez le cap, ces éoliennes produiront en un an à peine une journée de la consommation électrique française, à un prix 5 fois supérieur au prix du marché. Selon Ouest France, les pêcheurs sont très réservés : doux euphémisme.

Les éoliennes exclues du champ d'application du code de la santé publique

Répondant le 04 mai 2017 à une question écrite d'une députée, le ministère de l'Environnement a confirmé que les installations éoliennes relevant du régime des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) sont exclues du champ d'application du code de la santé publique. Le bruit et les hautes fréquences au nom de la protection de l'environnement !

BÊTISIER

Hibernatus

Une écologiste de Greenpeace a décidé de passer une année entière à l’intérieur d’un congélateur pour attirer l’attention sur les dangers des changements climatiques .

Je suis super contente de pouvoir dédier une année de ma vie à un projet aussi important et utile. Je suis certaine que ce type de coup d’éclat est nécessaire pour que la population se sensibilise et que les gouvernements agissent sur des questions environnementales.

Arnold Schwarzenegger vient à la rencontre d’Anne Hidalgo

Arnold Schwarzenegger est venu signer avec Anne Hidalgo une convention de coopération entre leurs organisations respectives (le C40 et le R20) nous apprend 20minutes. Le style amphigourique du communiqué de presse de la mairie de Paris laisse augurer de l'efficacité de cette coopération (et de la bonne utilisation des deniers publics). Morceau choisi :

L’une de leurs priorités sera de soutenir la nouvelle génération de femmes qui s’engage dans le monde entier en faveur du Climat. Cela prendra la forme d'un programme de mentorat, qui accompagnera des centaines de jeunes leaders sur tous les continents, qui soutiendra de nouveaux programmes de recherche sur l'impact du dérèglement climatique et l’organisation d’événements ambitieux de sensibilisation du grand public.

CONFÉRENCE DE RICHARD LINDZEN À PARIS

Mardi 23 mai 2017 à 14h30.

à l'ESCPI (École supérieure de physique et de chimie industrielles)

10 Rue Vauquelin, 75005 Paris

Amphi Joliot de l’ESPCI (escalier N dernier étage)

Inscription obligatoire à l'adresse suivante : radio-club@espci.fr

Lors de cette conférence Richard Lindzen expliquera en anglais les origines et les bases de l'alarmisme climatique.

ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION

Une publication de Jean-Claude Pont

Jean-Claude Pont, ancien mathématicien, était professeur d’histoire et de philosophie des sciences à l’université de Genève. Aujourd’hui retraité, il vient de rejoindre le comité scientifique de notre association. Réagissant à un article de la revue Science … & pseudo-sciences, il a écrit ce texte publié sur le site de notre association.

Le site des climato-réalistes 

Retrouvez les trois derniers articles publié sur le site de notre association :

La Grande Barrière de Corail : état des lieux
L’acidification des océans : causes anthropiques versus variabilité naturelle
Les ours polaires se portent bien

Vous aimez notre bulletin ?

Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l'association et soutenez-nous !

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur notre site ainsi que sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

Posté par oldgaffer à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

revalorisation des actes médicaux : bug ou sabotage voulu?

Comme je l'ai dit plus loin, la transition ne s'est pas faite sans souci. Impréparation étonnante alors qu'il y a eu un délai de plusieurs mois pour préparer le changement. Ou alors, comme le pensent plusieurs syndicats médicaux, sabotage voulu par l'assurance maladie, la MSA et le ministère de la santé.

Voici le texte publié sur un serveur professionnel, Univadis, je ne peux pas donner le lien, il n'est pas ouvert au grand public :

Revalorisations du premier mai : l’impréparation (ou la malignité) des caisses fait exploser les bugs !

Comme nous le rappelle le Syndicat des médecins libéraux (SML) : depuis 2008, un délai incompressible de six mois doit être observé entre la signature d'un accord tarifaire et son application. Cette période de latence a toujours été contestée par les représentants des praticiens qui pouvaient cependant se consoler en espérant que ce temps soit mis à profit par les caisses d'assurance maladie pour préparer les transitions techniques associées aux revalorisations. Las, ils viennent de constater que ce délai n'a, comme ils le subodoraient, qu'une visée économique. Alors que les hausses de tarif entrées en vigueur le 1er mai ont été actées il y a huit mois, les avaries ont néanmoins été multiples.

Mauvaise foi ou problèmes techniques ?

Elles ont tout d'abord concerné le passage du C à 25 euros. Les logiciels de l'Assurance maladie n'ont été que « partiellement préparés » à cette évolution « entraînant des rejets de facturation par le Régime général et la MSA et le RSI » précise le SML. Des ajustements techniques ont été réalisés qui ont permis de rétablir la situation dans le courant de la semaine dernière, non sans que ces difficultés ne renforcent l'irritation des praticiens. Pour les pédiatres, la situation est plus grave et fait suspecter plus que des aléas techniques une certaine « mauvaise foi » de l'Assurance maladie (selon le terme utilisé par la Fédération des médecins de France, FMF). « Pour les consultations au cours du 1er mois vous ne pourrez coter que CS+ MEP+ NFP soit 32 € au lieu de CS+MEP+NFP+MBB soit 39€. Pour les 9 et 24 mois des grands prématurés vous ne pourrez coter que COE soit 39€ sans possibilité de rajouter la MPP à 5 € (ce qui aurait fait 44 €) » décrypte le Syndicat national des pédiatres français (SNPF). En cause, d'une part la disparition anticipée de la MBB (majoration des examens médicaux obligatoires), prévue par la convention le 1er novembre mais qui ne figure plus dans les logiciels depuis le 30 avril (témoignant que dans certaines circonstances l'Assurance maladie sait anticiper !). Par ailleurs, « il est impossible d'associer la MPP (Majoration de suivi pour le pédiatre) à la COE (consultation de sortie de maternité) ». Ces "subtilités" totalement invisibles et dignes de Courteline aboutissent à une dévaluation des consultations du 1er mois pour tous les nourrissons et des consultations des neuvième et vingt-quatrième mois pour les grands prématurés. Si l'Assurance maladie affirme que ces difficultés sont uniquement le fait de « problèmes de certains logiciels non mis à jour ou de mises à jour erronées de certains éditeurs », les syndicats, très remontés, et qui ne sont pas totalement convaincus du caractère accidentel de ces bugs, exhortent les pédiatres à la rébellion. Le SNPF a ainsi incité à l'utilisation de feuilles de soins papiers tant que dureront les difficultés, tandis que la FMF invite les pédiatres « à coter COE + MBB les examens obligatoires, comme la Convention, l'Avenant 2 et la NGPA les y autorisent et s'engage à défendre ceux qui auront maille à partir avec les caisses ».

MG plus rémunérés que les pédiatres: système ubuesque

De son côté, l'Union des médecins spécialistes confédérés (branche spécialiste de la Confédération des syndicats des médecins libéraux, CSMF) invite à une lecture plus large du problème. L'épisode rappelle en effet de manière symptomatique la « complexité des cotations, qui aujourd'hui, entraine d'une part des erreurs de cotations, d'autre part, engendre une lassitude des professionnels au vu du maquis des cotations et de l'usine à gaz construite dans cette nouvelle convention ». Par ailleurs, les difficultés techniques rencontrées viennent une nouvelle fois mettre en évidence, que même appliqués parfaitement, « les tarifs de remboursement » sont aujourd'hui supérieurs pour les médecins généralistes par rapport à ceux des pédiatres, tous secteurs confondus. Une injustice et une situation ubuesque que l'UMESP/CSMF (et certains autres syndicats) espère voir corrigées sous le prochain gouvernement.

Posté par oldgaffer à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2017

Le péril éolien

Paris le 4 mai 2017

Alerte de l‘Académie des Sciences concernant les éoliennes

Sous le titre “La question de la transition énergétique est- elle bien posée dans les débats actuels
“ 20 membres du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences menés par Sébastien Candel, Président de l'Académie des Sciences, viennent de publier une alerte sur les risque majeurs engendrés par le programme de la Transition Énergétique. Ce rapport de trois pages signé par 20 des plus hautes autorités scientifiques de la France dans le domaine des Sciences de l’énergie, discrédite l’éolien que le gouvernement actuel continue à considérer comme le pivot du futur mix électrique de notre pays.

« Le simple bon sens conduit à conclure qu’une production d’électricité qui garantit la consommation du pays nécessite la disponibilité des énergies « à la demande », celles qui ne souffrent pas de l’intermittence et auxquelles on peut faire appel en permanence. Pour les éoliennes, le facteur de charge moyen en France (rapport entre l’énergie produite et celle qui correspond à la puissance maximale affichée) est de 23 % il faut donc mettre en place des puissances plusieurs fois supérieures à la valeur répondant à la demande. »
« En termes de puissance, la situation est encore plus défavorable puisque le rapport de la puissance installée à la puissance garantie est de l’ordre de 20 pour l’éolien. C’est ce qui ressort des chiffres de production éolienne en France, montrant que la puissance disponible issue de l’ensemble des éoliennes réparties sur le territoire tombe souvent à 5 % de la puissance affichée. Ainsi, un ensemble qui peut en principe fournir 10 GW ne délivre qu’un demi GW pendant une partie du temps. Cette variabilité nécessite la mise en œuvre d’énergies alternatives pour pallier cette intermittence et compenser la chute de production résultant de l’absence de vent ou de soleil. »

Cette tribune met en lumière l’erreur stratégique de suivre aveuglément le modèle allemand. D‘après les 20 académiciens du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences le constat est sans appel:

« Le cas de l’Allemagne est exemplaire. En 2011 l’Allemagne décide de sortir du nucléaire, dont la contribution à la production électrique n’était que de 22 % en 2010, sortie qui en conséquence ne représente pas les mêmes défis qu’une sortie du nucléaire en France. Six ans plus tard, la part dunucléaire est de 13 %, celle des renouvelables de 30 %, ce qui est remarquable, mais la part des combustibles fossiles reste de 55 %. C’est la croissance de l’offre intermittente d’électricité produite parles renouvelables qui a nécessité l’ouverture de nouvelles capacités de production thermiques à charbon et un développement de l’exploitation du lignite. De sorte que l’Allemagne continue à être l’un des payseuropéens les plus gros émetteurs de CO2 pour un prix de l’électricité le plus élevé. On ne peut pas parler d’un succès. »

La question de la transition énergétique est-elle bien posée dans les débats actuels ?
par Sébastien Candel, Yves Bréchet, Edouard Brézin, Marc Fontecave, Jean-Claude André, Roger Balian, Sébastien Balibar, Yves Bamberger, Catherine Césarsky, Vincent Courtillot, Jean-Claude Duplessy, Pierre Encrenaz, Robert Guillaumont, Pierre Joliot, Guy Laval, Olivier Pironneau, Michel Pouchard, Paul-Henri Rebut, Didier Roux, Jean-Marie Tarascon.
LIRE : http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf
Contact presse
J.L. Butré
tel 06 80 99 38 08
contact@environnementdurable.net

Posté par oldgaffer à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mai 2017

le mythe de la transition énergétique

Les éoliennes fleurissent partout, apportant l'électricité la plus chère qui soit. Les jours de vent la production électrique éolienne coûte un prix exorbitant à EDF. Ceci sans parler du désastre écologique et paysager, des nuisances infra-sonores, sanitaires et avicoles. Les éoliennes offshore sont pires, car quand il n'y a pas de vent elles sont très gourmandes en électricité pour leurs pompes et autres systèmes de maintenance.

Les champs de panneaux solaires envahissent la campagne, alors qu'on ne sait pas encore dépolluer les panneaux en fin de vie.

Ces deux énergies qu'on nous présentent comme propres et renouvelables sont en fait surtout intermittentes. En l'absence de vent pas de courant éolien, en l'absence de soleil pas de courant solaire. Rappelons que l'électricité NE SE STOCKE PAS au delà des besoins domestiques d'une caravane d'un véhicule ou d'une habitation à la rigueur. Rappelons aussi que les pics de consommation électrique surviennent en général les soirs d'hiver en situation anticyclonique, quand il n'y a ni vent ni soleil.

Cette production intermittente, terme beaucoup plus approprié que renouvelable, impose qu'il y ait en permanence, 24h sur 24, 365 jours par an, une production dite "pilotable" pour pallier les insuffisances de l'intermittent.

Le schéma ci-dessous, qui concerne l'Allemagne de 2002 à 2016, illustre la répartition des mode de production de courant pour la couverture des besoins :

 

 

Surplus intermittents 2017

 

La transition énergétique en Allemagne, mise en oeuvre dans la hâte après Fukushima, est catastrophique :

Des forêts d'éoliennes ont fleuri sur les bords de la Baltique et de la mer du Nord, mais les écologistes ont refusé la construction de lignes à haute tension pour conduire cette électricité vers la Ruhr, seul endroit où elle était véritablement utile et exploitable.

La fermeture précipitée de centrales nucléaires a imposé la construction intensive de centrales thermiques (charbon ou lignite) dont les dangers sanitaires sont bien supérieurs à ceux du nucléaire. Notamment les cancers des voies respiratoires sous l'effet du radon, résidu inévitable de la combustion du charbon.

Actuellement, nous ne pouvons pas sérieusement nous passer du  nucléaire, sauf à restreindre drastiquement la consommation électrique. Promouvons la bougie, le vélo, les véhicules à traction animale!!!! Quand tout le monde s'y sera mis, que la croissance chutera de quelques points pour le plus grand bénéfice de la planète et au grand dam des financiers, nous en reparlerons.

Rappelons qu'il n'y a pas de croissance propre!

Bon on peut rêver, non?

 

Posté par oldgaffer à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2017

Elections résultats

Je sais

Nous n'avons plus le droit de donner les résultats à l'avance

Eh bien je les donne quand même!!!

A perdu les élections : la France

18198534_10155216020396549_2472900652353798281_n

Posté par oldgaffer à 16:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mai 2017

revalorisation des actes médicaux

Après des années de stagnation, les honoraires des médecins généralistes ont enfin été revus à la hausse.

Le C qui devient G passe de 23 à 25€. (Je ne sais pas si cela inclut la recherche du point G lors de la consultation).

La visite à domicile de 33 à 35€.

Il n'y a plus de distinction entre la consultation nourrisson et la consultation enfant, qui étaient de 25 et 28€, désormais il y a un tarif unique enfant de 0 à 6 ans à 30€.

Des actes nouveau vont apparaître, comme le suivi obésité,la prévention-contraception.

Par contre, alors que la bascule de la nomenclature et des tarifs était prévue de longue date au 1er mai, les logiciels de lecture de carte vitale ne sont pas prêts. Sur l'ordinateur on arrive à modifier et corriger, encore que certaines modifications comme le tarif enfant n'arrivent pas à être enregistrées sous certains programmes, mais surtout rien n'est prêt pour les lecteurs de carte vitale que l'on emporte en principe pour les visites à domicile.

Le retour aux feuilles papier est souvent nécessaire, et ceci jusqu'à la fin du mois de mai vraisemblablement. Alors que la comptabilité est informatisée dans le logiciel de gestion, ce retour en arrière représente pour le médecins un surcroît de travail inadmissible par la désinvolture des fournisseurs de logiciels et de hardware comme les lecteurs. Le syndicat MG France s'en scandalise à juste titre.

En ce moment je suis en configuration remplacement et j'ai pris l'essuyage des plâtres en pleine figure hier. Sur un après midi de 4h, 1h consacrée à la paperasse.

Posté par oldgaffer à 18:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 avril 2017

bulletin des climats-réalistes n°67 : refroidissement climatique en cours!!!!

El Nino n'étant plus là, la terre refroidit!!

 

Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 67


A LA UNE : 
  • Baisse marquée des températures en mars
  • L'administration Trump met fin à la guerre contre le charbon

 

 

REFROIDISSEMENT CLIMATIQUE

Refroidissement post El Niño 

+0.19 deg. C : c’est l’anomalie de température moyenne de la basse atmosphère relevée par satellite (version UAH) pour mars 2017 en baisse par rapport à février 2017 (+0.35 deg. C ). Particulièrement remarquable est la baisse de température au-dessus des océans globaux comme l’observe le Notrickzone.

La pause continue et le divorce modèles-observations s’accentue

Pas de réchauffement depuis mai 1997, même si un tiers de tous les forçages anthropiques se sont produits pendant la période de la pause. D’autre part, les projections des modèles climatiques du GIEC divergent de plus en plus de la réalité mesurée.

Les stations de surface surestiment le réchauffement

Le rapport sur l’état du climat en 2016 publié par la Global Warming Policy Foundation (GWPF) indique que l’écart entre les températures atmosphériques globales estimées par les stations de surface (HadCRUT, NCDC et GISS) et par les satellites (UAH et RSS) se creuse depuis 2003, atteignant en moyenne environ 0,1 ° C.

EN ARCTIQUE RIEN DE NOUVEAU

Vague de chaleur en arctique mais record d’accumulation de glace au Groenland

La chaleur relâchée par l’océan pacifique pendant la période El Niño a été transportée dans l’arctique qui s’est ainsi réchauffé. Fait intéressant relevé par ce site spécialisé dans le climat de l’Alaska, la couche de glace du Groenland a gagné beaucoup plus de masse que pendant la période de référence 1990-2013, probablement à cause d’un régime inhabituel de la circulation atmosphérique dans l’Atlantique Nord.

Le climat en arctique ressemble à celui des années 1940

Joanne Nova montre sur son blog la courbe des températures de l’Arctique (HadCRUT4) couvrant la période 1920-2016 qui montre de façon évidente que le niveau des températures dans les années 1940 était analogue à celui de la période actuelle.

BIO DIVERSITE : RIEN N’EST SIIMPLE

La baisse du niveau de la mer cause le blanchissement des coraux

Une étude menée in situ en 2016 par des biologistes indonésiens a montré que la baisse du niveau de la mer observée pendant un épisode El Niño à l’ouest du Pacifique est une des causes du blanchissement des coraux . En effet, quand la hauteur de mer baisse, les coraux peuvent être hors de l’eau plus longtemps que d’habitude, conduisant à une plus forte mortalité. Le site Aviso+ du CNES rend compte (en français et photos à l’appui) de cette étude indonésienne.

L’acidification des océans n’est pas une simple réponse statique à l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère

Un article du site de l’Association des Climato-réalistes a compilé plusieurs publications scientifiques montrant que l’acidification est la résultante de processus biologiques et physico-chimiques qui entraînent une répartition inégale du carbone sur la verticale de l’océan; il en résulte une importante variabilité naturelle du pH sur toutes les échelles de temps saisonnières, multi décennales, millénaires.

LE MAGNIFIQUE CHARBON PROPRE

Le charbon assurera 41 % de la production d’électricité mondiale en 2035

L’Agence Internationale de l’Energie, prévoit que la part du charbon dans le mix énergétique mondial sera de 25% en 2035 (et 40% du mix électrique). Qui peut croire que l’on pourra renoncer au charbon alors que deux milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’électricité ?

Le charbon propre : investir aujourd’hui ou payer demain ?

Selon EDF, les centrales super-critiques permettent de réduire d’environ 20 % le combustible utilisé, donc de 20 % les rejets carbonés (CO2), mais aussi de diviser par sept les rejets d’oxyde d’azote (NOx) et par plus de dix les émissions d’oxyde de soufre (SOx). Qu’attend t-on ?

L’Administration Trump met fin à la guerre contre le charbon

Selon Le Monde, Donald Trump en signant le décret sur l’indépendance énergétique a déclaré « Mon administration met fin à la guerre contre le charbon »; entouré de mineurs, le président des Etats Unis a vanté le « magnifique charbon propre ». Comment lui donner tort ?

BÊTISIER

Manger du pain, c’est mauvais pour le climat

Selon Contrepoint, Un chercheur de l’Université de Sheffield s’est penché sur l’impact carbone du pain. Selon lui, manger du pain est mauvais pour le climat.

Complotisme

Le philosophe Bruno Latour (depuis 2007 directeur adjoint et directeur scientifique de Sciences Po) livre  dans l’Obs une hypothèse audacieuse : « les classes dominantes ont conscience de la menace écologique, mais elles gardent le silence. Et préfèrent se construire un avenir hors du monde commun ». Le silence des élites mondiales sur cette question est en effet assourdissant.

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

L’Association des Climato-réalistes ouvre son site

Cette fois c’est chose faite ! Retrouvez nous sur climato-realistes.fr ! Le site s’enrichira progressivement de contributions diverses, votre avis et vos suggestions sont les bienvenues !

Lancement de l’émission : « climat : l’échauffement des esprits »

Vincent Courtillot et Benoît Rittaud étaient les invités de ce premier numéro d’une série d’émissions hébergées par Temporium et que vous pouvez écouter en ligne en cliquant ici.

PUBLICATIONS

Une publication Jean-Pierre Bardinet, Michel Gay et Jean-Pierre Riou

Quelques réflexions autour de l’énergie, sur économie matin et Mediapart

Vous aimez notre bulletin ?

Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l’association et soutenez-nous !

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur notre site ainsi que sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

Posté par oldgaffer à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Les vrais complices de la mort de Xavier Jugelé hier à Paris

Dans l'attentat terroriste d'hier qui a causé la mort d'un policier, je voudrais dénoncer plusieurs dizaines de complices.
Tous ceux qui ont crié haro sur la police après la mort d'un frère Traoré qui n'a pas du tout été tué par la police, et dont la fratrie rackettait tout un quartier.
Tous ceux qui ont soutenu Théo, cette petite frappe qui a fait une fausse déclaration, prétendant avoir été violé par une matraque, déclaration sur laquelle  cette petite frappe (je sais, je me répète mais c'est si vrai!) est revenue.
 
Le principal coupable est hollandouille dont la visite à Théo est un acte fort pour dire "tuez les flics!".
 
Et voici pour les autres (je cite) :
 
"Plus de 400 artistes et sportifs prennent position contre les violences policières : Eva Doumbia, Gilles Lellouche, Nekfeu, Imany, Arthur H, IAM, Christine & The Queens, Fianso, Yannick Noah, Bertrand Tavernier, Omar Sy, Lilly Wood and the Prick, Mademoiselle K, Eric Cantona, Archie Shepp, Nicolas Duvauchelle, Black M, Annie Ernaux, Rachida Brakni, Zebda, Ramzy, Olivier Rabourdin, David Bobée, Miss Tic..."
 
Tous complices de la mort de ce policier hier.
Aimons notre police, soutenons-la, aidons-la, les policiers donnent leur vie pour nous protéger. Que les policiers sachent que les Français sont derrière eux.

le-policier-de-37-ans-xavier-jugele-est-mort-sous-les-tirs-de-kalachnikov-de-l-assaillant-photo-facebook-association-flag-1492784198

Posté par oldgaffer à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2017

La Niña jette un froid

Texte de Istvan Marko :

"Comme prévu de longue date, et au contraire des prévisions extravagantes et surréalistes des climatologues alarmistes, la température globale du monde - océans compris - est en train de chuter de manière dramatique. Cet évènement post El Nino nous ramène tout doucement aux valeurs moyennes des température de la période 1981 - 2001 dont nous ne nous distinguons que d'un écart minuscule (0,09K). Ce n'est pas demain que la planète va "frire". Désolé, Al Gore, vous avez à nouveau eu tort..."

Le lien vers l'aticle et les graphiques :

http://notrickszone.com/2017/04/12/satellite-data-post-el-nino-global-surface-cooling-continues-pause-extends-to-20-years/#sthash.p70Mu7Gc.zVeBp5ug.dpbs

Ce qui se passe est en fait très simple : El Nino a engendré des températures elevées ces deux dernières années, et cette année c'est le phénomène inverse, La Nina qui s'est mis en place et fait chuter les températures. Tout ceci n'a rigoureusement rien à voir avec le CO2 ou un quelconque réchauffement anthropique.

Posté par oldgaffer à 05:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2017

Bravo Trump

Bravo Trump

Il  a eu les couilles qu'Obama n'a et n'aurait jamais eu pour décourager l'usage de l'arme chimique. Les différents aspects de son succès - militaire, politique, stratégique...- sont très bien détaillés dans le lien suivant :

http://www.dreuz.info/2017/04/08/pourquoi-le-bombardement-de-la-syrie-par-trump-est-un-succes-total/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Rappelons que l'échec apparent sur l'obamacare est en fait une énorme victoire à venir avec la faillite inéluctable du système vu l'explosion des coûts et qu'il pourra dire simplement qu'il n'y est pour rien.

Il est par ailleurs en train de faire couler toute la flotte écolo, si nuisible, en décrédibilisant et en réduisant à peau de chagrin l'influence du mouvement réchauffiste. Il a fallu Trump pour que les truquages de la NOAA sur les données climatiques, ordonnés par l'administration Obama, soient révélés.

Il fait ce qu'il a dit, il le fait bien, c'est suffisamment rare en politique pour qu'on le souligne.

Bravo Trump!!!!!

Posté par oldgaffer à 11:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 avril 2017

Arnaque du CO2 : Un grand physicien s'exprime

Il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, le Professeur Richard Feynman, physicien de renom (il est un des concepteurs de la bombe atomique américaine pendant la seconde guerre mondiale), pour dénoncer il y a une trentaine d'années l'arnaque au CO2 dans son prétendu rôle sur l'augmentation des températures. Ses propos sont toujours d'actualité et ne doivent pas être enfouis sous la propagande réchauffiste. 

 

Ci dessous le lien :

 

https://crioux.wordpress.com/2017/04/05/feynman/

 

« The great physicist Richard Feynman adds to three other giants of physics, Maxwell, Clausius, and Carnot, who have explained the « greenhouse effect » is solely a consequence of gravity, atmospheric mass, pressure, density, and heat capacities, and is not due to « trapped radiation » from IR-active or ‘greenhouse’ gas concentrations.  »



Source:
http://www.feynmanlectures.caltech.edu/I_40.html


Résumé ici:
http://principia-scientific.org/physicist-richard-feynman-discredits-greenhouse-gas-theory/

Posté par oldgaffer à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2017

Macron : le coup d'état de la hollandie

Un peu long à lire, mais ça vaut le coup.

Comment nous sommes manipulés par une hollandie prête à tout pour garder le pouvoir au mépris de la France et des Français.

Le lien vers la source de ce texte :

https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/

 

« Une étude un peu approfondie de l’Histoire nous laisse deviner qu’en toute occasion les vraies forces dirigeantes ont à se tenir dans l’ombre des représentants qu’elles se sont choisies, ne pouvant se risquer à s’exposer aux fluctuations événementielles, sous peine de se voir un jour dépossédées de leur puissance ».

                                                                                                                        Louis Calaferte. 

AVERTISSEMENT :

Les informations qui ont été utilisées pour cette analyse ont été recoupées et vérifiées conformément aux principes de la charte journalistique de Munich. Elles ont pour origine des articles de presse, interviews télé, images et ouvrages dont les auteurs sont connus et reconnus pour la fiabilité de leurs recherches. Il serait trop long de les énumérer ici. Loin de tout name-droping, vous trouverez en fin de publication les références. Mais tout est vérifiable. Attention, cependant aux sites complotistes, confusionnistes où d’extrême droite. Assurez vous que les sites que vous consultez soient reconnus pour le sérieux de leurs publications. Préférez les sites de recherches universitaires. A ceux qui disent que cet article est complotiste, il s’agit, tout simplement, d’un propos irresponsable qui a pour objectif de discréditer toutes critiques à l’égard de pratiques qui mettent en danger la démocratie. Mais plus grave encore cela permet de les avaliser. Il est urgent de cesser ce genre d’accusation un peu simpliste et de poser les vraies questions. En l’occurence a-t-on oui ou non utilisé l’appareil d’État à des fins de stratégies politiques? Les relais d’influence sont -ils réels ? Les media et les instituts de sondage sont ils indépendants? etc. Ce sont les questions centrales du débat.

Propos liminaires. 

Une fois de plus, cet article est long. Prenez le temps de le lire tranquillement, mais lisez le. Il révèle comment certains acteurs ont préparé minutieusement ce qu’il faut bien appeler un coup d’État. Il s’agit pour eux de pérenniser, coûte que coûte, la politique engagée par François Hollande. Alors qu’ils se persuadent de servir les desseins heureux de la France, ces putschistes sont en passe de réussir leur ultime objectif, celui de faire perdre à notre pays son libre arbitre, en soumettant son peuple et en violant la démocratie

L’heure est grave.

Avant –propos. 

En 2005, vous avez, pour certains d’entre vous, participé au referendum du TCE (Traité pour une Constitution Européenne) vous avez détesté le battage médiatique outrancier pour le « oui » ? Vous avez applaudi son rejet par 55% des Français ? Vous avez protesté contre la transformation du TCE en Traité de Lisbonne adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2012 ? Vous avez hurlé au déni de démocratie ? Un coup porté à la voix du peuple…un véritable coup d’État ?

Eh bien c’est, à peu de chose près, ce qui se passe aujourd’hui pour faire élire un candidat choisi par la même oligarchie, par les mêmes élus de gauche et de droite, par les mêmes media et pour les mêmes objectifs. Exactement les mêmes. De VGE à Cohn Bendit en passant par Hollande et Bayrou, de TF1 à Libération, du Monde au journal Les Échos, les Pineau, Arnault, Bolloré, tous participent à la promotion d’un seul et même vœu… le « oui » pour Emmanuel Macron.

Dans « Macron ciblé par la CIA » publié sur ce même blog (que je vous conseille de lire avant cette publication) il a été démontré comment ce jeune banquier-énarque a été porté au cœur de l’appareil d’État par des apparatchiks européistes et atlantistes.

Aujourd’hui, il est l’heure pour ces gens là de passer à la phase opérationnelle. Ce qui se prépare en France à l’occasion de ces élections présidentielles peut être qualifié de coup d’État, tant les séquences collent exactement à la définition qu’en font des spécialistes.

Par la manipulation de l’opinion publique et la maitrise des structures de l’État, des hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des élus et des journalistes véritables mercenaires au service des patrons de grandes entreprises multinationales et de la finance internationale tentent de soumettre le peuple français à un destin qu’il ne s’est pas choisi. De gauche à droite, du PS au Centre, contre le restant de l’échiquier politique une minorité s’apprête à prendre le pouvoir en France.

Lisez attentivement ce qui est écrit. C’est édifiant !

EN GUISE D’INTRODUCTION

La candidature de Macron : un « 18 Brumaire de la bienveillance » ? 

Un article signé Bruno Roger Petit, dans le numéro de « Challenges » du 15 mars 2017 et titré « Mélenchon et sa constituante : l’inquiétante promesse d’un coup d’état permanent… » raconte : « Depuis des mois, sous prétexte de renouveau démocratique, Jean-Luc Mélenchon promet une assemblée constituante pour aller à la VIe République. En apparence, c’est démocratique, mais si l’on y regarde de plus près, ce projet du futur Mélenchon s’apparente à un coup d’État populiste ».

Cet article est, en vérité, un contre feu. Il est l’arbre qui cache la forêt.

Après s’en être pris, sur le même registre, à Fillon et à Le Pen, Bruno Roger Petit qualifie, avec une mansuétude consternante, la candidature de Macron de « 18 Brumaire de la bienveillance ». Mansuétude ? Pas tant que ça. L’employeur de ce journaliste n’est autre que Claude Perdriel, patron de presse et… soutien actif de Macron.

L’observation est cocasse dans la mesure où c’est en France, à l’occasion du 18 Brumaire, que nait l’expression « coup d’État », celui de Bonaparte…

Ce journaliste serait-il assez pervers pour nous suggérer de façon subliminale ce qui en train de se tramer dans cette élection ? Après l’analyse, pour le moins farfelue, de la constituante de Mélenchon (que dire alors de la Constitution de 1958 !?!), voyons si la candidature de Macron est un « 18 Brumaire de la bienveillance » ?

AUTOPSIE D’UN COUP D’ÉTAT

D’un point de vue historique – y compris dans l’époque contemporaine – le coup d’État a été l’un des moyens les plus fréquemment utilisés pour accéder au pouvoir. D’ailleurs selon les spécialistes plus de la moitié des gouvernements du monde le seraient devenus grâce à ce procédé.

On peut décrire de manière assez précise les techniques opératoires, violentes ou non, de la prise de pouvoir. Ainsi, on observe qu’il s’agit d’abord, pour les auteurs, de s’emparer des structures de l’État, de s’assurer de la maitrise de l’opinion publique, de veiller à une synergie avec le contexte international avant de légitimer le processus, soit par la force, soit par des élections.

Nous allons dans cette publication analyser tous ces points, un par un, en cherchant, à chaque fois, à valider l’hypothèse avant de conclure sur la dangerosité de l’avènement de ce pouvoir en France.

  1. S’emparer de l’appareil d’État

La technique de base du coup d’État consiste à s’emparer des organes centraux de l’administration et en l’occurrence, des institutions de la République. Les auteurs, nous disent les spécialistes, appartiennent le plus souvent eux-mêmes, aux structures étatiques. Nous y sommes.

Qui sont les commanditaires ? 

Il ne fait plus de doute maintenant que c’est François Hollande et son homme de confiance, Jean Pierre Jouyet, le Secrétaire Général de l’Élysée, qui sont à l’origine du projet qu’il faut bien définir comme un véritable coup d’État.

Hollande et Jouyet sont amis depuis 35 ans, des bancs de l’ENA jusqu’à l’Élysée. Les deux hommes se rencontrent à 23 ans. Ils viennent de réussir le concours de l’École Nationale d’Administration et doivent effectuer leur service militaire ensemble, à Coëtquidan, où ils partagent leur chambre avec Michel Sapin. Les trois jeunes hommes se lient d’une forte amitié qu’ils entretiennent sur les bancs de l’ENA (la promotion Voltaire). Hollande déborde d’initiatives, et souvent, Jouyet accepte de le seconder dans ses projets. À la sortie de l’ENA, lors des affectations, François Hollande, classé 8e, laisse le dernier poste accessible à l’Inspection générale des Finances à Jean-Pierre Jouyet.

Leur amitié n’a jamais été mise à mal. Quand en 2014, Jouyet prend les fonctions de secrétaire général de l’Élysée, il déclare : « c’est l’aboutissement de ma vie publique et d’une vie avec lui». Et de préciser : «« Pendant les réunions, je suis secrétaire général, après je redeviens le copain, on sépare ce qui est public et privé de façon plus simple que ce que je croyais» Il promettait alors pour conclure: «Je suis là pour le servir, pas pour le gêner. Je l’ai gêné une fois, cela n’arrivera plus ».

La gêne dont parle Jouyet, c’est quand il a accepté d’entrer dans le gouvernement de François Fillon, au poste de secrétaire d’État chargé des Affaires européennes. François Hollande l’aurait très mal pris. « Mal pris » étant sans doute un peu fort…

Pour quel scénario ?

Hollande et Jouyet sont loin d’être des tendres, il faut que ce soit bien clair pour tous les lecteurs. Ce sont de fins observateurs – et acteurs – de la vie politique. Ils en connaissent les rouages, les stratégies, les us et coutumes, les trahisons et les fidélités.

Media et journalistes sont les instruments de leurs stratégies politiques et ils ont fait l’objet de manipulations constantes qu’ils ont parfois du mal à déjouer, tant leur connivence est forte et parfois incestueuse avec le pouvoir. C’est un jeu que maitrisent parfaitement les deux amis.

Pour Hollande et Jouyet (et d’autres qui leurs sont proches) ce n’est pas l’économie qui est en crise, mais le système politique.

Chez nos concitoyens, la rancœur est à son comble. « Cela fait plus de 40 ans que le libéralisme est au pouvoir, plus de 40 ans qu’on leurs demande de se serrer la ceinture, ceux là promettant des jours enchanteurs sans jamais qu’ils arrivent. 1000 milliards de déficit public en 10 ans (Sarkozy/ Hollande cumulé) disent-il, 10 millions de chômeurs et précaires, des pauvres de plus en plus pauvres, des riches de plus en plus riches ». Ils sont au bord de l’explosion et ne trouvent leur salut que dans des discours qui consistent à tirer un grand trait sur le passé. Force est de constater que nous sommes arrivés, aujourd’hui, à un point de rupture.

Les deux amis  en sont , évidemment, conscients et pour eux, l’heure est grave. Il apparait, dès lors, trop dangereux de ne pas intervenir sous peine de laisser les « populismes renverser la table ». Il faut agir vite, trouver l’antidote et résoudre la crise.

Ils font, assez tôt, le constat qui s’impose : il faut à tout prix poursuivre la politique économique engagée depuis plus de 5 ans et continuer l’intégration du pays dans l’Europe et dans l’économie mondiale. Mais ni François Hollande, ni Manuel Valls ne sont en capacité de le faire. Ils sont, l’un et l’autre, rejetés par l’opinion publique. Pour eux, ils agissent dans l’intérêt du pays et c’est dans l’intérêt du pays qu’ils doivent s’effacer pour pérenniser « l’œuvre » qu’ils ont entreprise.

La solution, c’est Jouyet qui l’a dans sa manche depuis un certain temps: c’est Emmanuel Macron! Hollande n’est pas chaud. Il doute de la fiabilité du jeune banquier.

Jeune et avenant, une tête bien faite, cursus parfait, bien conditionné sous la férule de Jouyet et d’Attali, faisant consensus chez les patrons des multinationales et de la finance mondiale, adoubé par les américains, les anglais et les allemands, inculte politiquement et donc facilement contrôlable, un tantinet imbu de sa personne, il est le candidat idéal pour ce coup de force. Sa feuille de route est rédigée : appliquer une politique européenne libérale et atlantiste en matérialisant une alliance gauche/droite, poursuivre la politique économique engagée et l’inscrire durablement dans l’avenir du pays en créant un grand parti démocrate et « progressiste », à l’issue des élections. Gageons qu’il n’ a pas fallu longtemps pour convaincre Macron.

Ce fut un peu plus difficile pour Hollande. Mais après l’avoir rassuré, Jouyet met Macron sur les rails très vite afin d’éviter qu’il ne soit contraint de se présenter à la primaire de la gauche. Il lui conseille de créer un mouvement plutôt qu’un parti car « compte tenu de l’ambiance, c’est préférable »…

Et Valls ?

Tout comme Hollande, Valls est, pour l’instant, mort politiquement. Il le sait, les sondages ont parlé. Sa désignation comme candidat ferait perdre le camp libéral. Sa mission est alors de représenter le courant libéral à la primaire de la gauche. Pourquoi ? Simplement pour calmer les libéraux du parti et éviter qu’on fasse pression sur Macron pour qu’il participe à la compétition. Car si ce dernier se présentait à la primaire, il serait battu et anéantirait, du même coup, les chances de réussite du projet. Mais pas seulement. La présence de Valls va aussi permettre d’estimer la force du camp libéral du parti et donc celle de  la solidité de la colonne vertébrale du futur « mouvement centriste », car sans eux, le nouveau parti ne serait qu’une coquille vide.

Hollande et son ami sont parfaitement informés de l’état d’esprit de la majorité des militants socialistes, et du désamour profond qu’il règne à l’égard de la politique gouvernementale. Ils sont quasiment certains du résultat de la primaire et de l’éviction de Valls. Mais,  dans le doute, ils vont miser sur Hamon. Pourquoi ? Encore une fois, l’élection de Valls serait contre productive. Hamon est celui qui cristallise l’aile gauche du PS et qui peut empêcher le « populisme » (cf. les objectifs de la NED) de gauche de progresser en le divisant. En langage clair : il s’agit de contenir Mélenchon dans son pré carré.

Comme prévu, c’est ce qui  va se passer.

Hamon est élu candidat. Les soutiens de Valls rejoignent, officiellement ou pas, un à un, le camp Macron et Valls lui même ne tardera pas. Le PS  sera réduit à sa plus simple expression et ne servira, à l’avenir, qu’à entretenir la division parmi les tenants de la gauche de transformation sociale, laissant ainsi le champ libre aux centristes pour mener à bien leurs desseins.

Le scénario à gauche et au centre est donc réglé. Il faut maintenant s’occuper des conservateurs.

La primaire de droite est incertaine. Une confrontation Sarkozy/ Juppé est pour Hollande et Jouyet du pain béni. Il y a des arguments pour les discréditer aux yeux de l’opinion publique. Et au besoin, on  peut à en fournir d’autres. Mais le destin leur sourira. C’est Fillon qui sort vainqueur. Il suffit de lui porter l’estocade. Une « bonne âme » téléphone au Canard Enchainé. On connaît la suite. L’Histoire nous dira qui était à l’origine de cette affaire. Mais, avec un peu de perspicacité, si ce ne sont pas les deux dont il est question ici, puisqu’ils démentent, il ne fait nul doute qu’un de leurs aficionados, ayant compris le sens de l’Histoire, s’est chargé de la basse besogne.

L’affaire est réglée. Les conservateurs sont hors champs.

Reste l’extrême droite. Rien de plus simple. Depuis Mitterrand, les socialistes savent s’en servir. Il faut tout faire pour que Marine Le Pen atteigne des sommets. « On » fait ce qu’il faut pour minimiser ce qui peut l’atteindre (cf. les affaires financières) et « on » dose savamment sa diabolisation. C’est Hollande qui sera le chantre de la lutte contre le FN dans cette séquence.

Les socialistes et les «populistes » de gauche neutralisés, les conservateurs anesthésiés, une confrontation Le Pen/Macron est donc probable. Une fois encore, le réflexe républicain écartera l’extrême droite …c’est donc boulevard et tapis rouge pour Macron.

Hollande et Jouyet ont dû discrètement échafauder ce scénario, un soir, autour d’un verre de champagne (Taittinger, épouse de Jouyet oblige) au cours de leurs vacances d’été car depuis de nombreuses années les couples Hollande et Jouyet se fréquentent régulièrement et partent en vacances ensemble. Petite précision qui n’est pas sans intérêt parce qu’elle situe bien la proximité de ces deux personnages. On ne part pas en vacances avec n’importe qui.

Vous pensez que ce sont des élucubrations ? La réponse est contenue dans une autre question : peut-on naïvement penser que ces deux là n’ont pas mis en commun leurs cerveaux pour monter cette opération ? Pour ceux qui sont éloignés de ce milieu peut être, mais pour les autres, les acteurs et observateurs politiques avisés, eux, savent qu’ils en sont parfaitement capables et qu’ils l’ont fait.

Et pour ceux d’entre vous qui en doutent encore, la lecture des faits, présents et à venir, devra suffire à attester, à peu de chose près, la véracité du propos.

Les théoriciens

Qui sont ils ?

C’est Aquilino Morelle qui va dévoiler le pot aux roses. C’était en avril 2014, cet ex conseiller de François Hollande (il était l’une des plumes des discours présidentiels) venait de quitter l’Élysée après la révélation de ses liens présumés avec l’industrie pharmaceutique et de sa passion pour les chaussures bien cirées. Dans la presse, il accusait l’entourage du chef de l’État d’avoir monté toute l’affaire pour l’éliminer politiquement parce qu’il était trop à gauche. « Les Français ont voté pour le discours du Bourget, pas pour le programme des Gracques, dit il, ce sont leurs idées qui sont aux commandes tout simplement! Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Élysée, en est membre. Emmanuel Macron, je n’en sais rien, peut-être. Mais il n’a pas besoin d’y adhérer; il est totalement en symbiose avec eux ». Et de conclure : « Oui, c’est bien leur programme qui est appliqué aujourd’hui. Un programme pour lequel les Français n’ont pas voté ».

Mais qui sont ces gens dont parle Aquilino Morelle ?

Le nom « Gracques » a été donné à deux frères et hommes d’État romains Tiberius et Gaius Gracchus renommés pour leur tentative infructueuse de réformer le système social romain (espérons que leurs contemporains aient le même succès !)

« Les Gracques » d’aujourd’hui, c’est un petit groupe d’hommes d’affaires, de hauts fonctionnaires et d’intellectuels qui s’activent depuis 2007 dans les coulisses du pouvoir pour convertir la gauche française au libéralisme. Pour la plupart, ils occupent des postes hauts placés, souvent dans des banques, des compagnies d’assurances, des fonds d’investissement. Tous ont fait au moins l’ENA ou HEC. Anciens du PS, pour beaucoup d’entre eux, ils ont peuplé les cabinets ministériels des années 1980 et 1990, servant les socialistes « modernes », Rocard surtout mais aussi Jospin, Fabius, Bérégovoy ou Strauss-Kahn. Quand la droite est revenue au pouvoir, ils ont déserté le service de l’État pour rejoindre (ah ! le pantouflage! ) le monde de l’entreprise. Ils y ont gagné beaucoup d’argent mais sans jamais abandonner tout à fait la politique. Aujourd’hui, ils sont dans les coulisses du pouvoir et ils ont des ramifications qui vont jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Il est quasiment certain que c’est Jean-Pierre Jouyet qui a cofondé ce groupe semi-clandestin. L’ASPEN et la NED ont déterminé son cadre idéologique (lire « Macron ciblé par la CIA ? »). Voici ce qu’il dit  à propos de l’action des Gracques à l’occasion de l’élection présidentielle de 2012 et ensuite. Lisez bien, car c’est tout simplement époustouflant:

« L’approche des Gracques entre les deux tours, celle d’un rapprochement des réformistes et des sociaux-démocrates, était préconisée aussi par Ségolène Royal. Elle n’a pas fait l’unanimité au PS. J’en ai pris acte. Nicolas Sarkozy m’a demandé de m’occuper de l’EuropeJ’ai constaté que ce n’est un enjeu ni de droite ni de gauche, mais qu’il répond à un impératif national. J’observe qu’il s’est lancé dans une politique de réforme que les Gracques appelaient de leurs vœux. (!!!) Je remarque que l’homme a l’énergie nécessaire pour les mener à bien et qu’il est loin de la caricature de l’ultralibéral qu’on avait dessinée de lui ». Jouyet laudateur de Sarkozy ! Et maintenant Valls qui propose ses services à Fillon…No comment.

On y trouve des gens comme Roger Godino, Guillaume Hannezo, Gilles de Margerie, Ariane Obolenski, François Villeroy de Galha, Erik OrsenaDenis Olivennes directeur général d’Europe 1 et Lagardère Active (Paris-Match, JDD, Newsweb), Matthieu Pigasse, responsable monde des fusions acquisitions (fusac) et du conseil aux gouvernements de la Banque Lazard dont il est directeur général délégué en France. Il est propriétaire et président des Nouvelles Editions Indépendante qui contrôle le magazine Les Inrockuptibles et Radio Nova et actionnaire du Groupe Le Monde et du Huffington Post. Bernard Spitz, président de la Fédération Française de l’Assurance regroupant la Fédération française des sociétés d’assurance et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance. Il préside également le Pôle International et Europe du MEDEF. Mathilde Lemoine, macro économiste Group Chief Economist chez Edmond de Rothschild Group et membre du Haut Conseil des Finances Publiques…et il y en a d’autres du même calibre.

Et qui participe aux travaux des Graques ? Cohn Bendit et…. Macron !

Les économistes. 

Ce sont les mêmes que ceux de François Hollande !

Les économistes qui conseillent Macron aujourd’hui, sont les mêmes, exactement les mêmes, que ceux qui conseillaient Hollande en 2012. Ils faisaient partie du premier cercle et se nommaient  le « groupe de la Rotonde ». Il y avait Jean Pisani-Ferry , le boss, Philippe Aghion, Elie Cohen, Gilbert Cette, Jean-Hervé Lorenzi, les porte flingues et ….Emmanuel Macron.

On ne change pas une équipe qui gagne. C’est tout naturellement que l’Eysée demande à Pisani – Ferry, en janvier 2017, de prendre en charge le programme et les idées du mouvement de Macron. Et ce sont les mêmes fantassins qui vont l’épauler : Cohen, Cette, Lorenzi, Aghion.

Mais, arrêtons nous, un instant, sur Pisani-Ferry, l’alpha du groupe, pour bien comprendre la doctrine et les enjeux.

Jean Pisani-Ferry n’est pas n’importe qui et son influence sociale libérale européiste est grande dans le milieu. Il est un fervent défenseur d’un gouvernement mondial de l’économie au même titre que Jacques Attali. Il a été commissaire général de France Stratégie (ex commissariat au Plan) de mai 2013 à janvier 2017. Auparavant il a été directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales, conseiller économique de Dominique Strauss-Kahn et de Christian Sautter au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, président délégué du Conseil d’analyse économique mis en place par Jospin, expert pour la Commission européenne et …le FMI. Autant dire qu’il est calibré.

Cependant, on ne peut cerner correctement cet économiste sans citer le cercle de réflexion « Bruegel » qu’il a cofondé il y a quelques années…

Le think tank Bruegel (sis à Bruxelles) est un centre de recherche qui couvre l’ensemble du champ des politiques économiques. Il est dirigé et financé sur la base d’un système de gouvernance associant des États membres de l’Union Européenne et des multinationales dont Areva, Deutsche Bank, Deutsche Telekom, EDF, Ernst & Young, Erste Bank Group, GDF Suez, Goldman Sachs, Google, Microsoft, Novartis, Pfizer, Renault, Samsung, Syngenta etc.

Président actuel Jean-Claude Trichet ex président de la BCE. Membre d’honneur d’Aspen France (Jouyet en est le président d’honneur), membre du comité de direction du groupe Bilderberg et président en exercice du groupe européen de la commission Trilatérale . Il est membre du conseil d’administration de EADS où il représente… les actionnaires. Pour l’universitaire Frédéric Lebaron, Jean-Claude Trichet « est le plus célèbre et le plus influent d’entre tous » les experts issus de l’inspection des finances, le vivier de Jouyet.

Président d’Honneur Mario Monti, ex commissaire européen et ex président du groupe européen de la Commission Trilatérale.

La boucle est bouclée. Nous sommes ici au cœur du réacteur des idées que Hollande et Macron ont puisé pour définir leur politique économique.

Les soutiens. 

Les grandes fortunes de France choisissent Macron .

« Je lui ai fait rencontrer des milieux d’affaires, on a eu des réunions en Angleterre et il y aura des contacts directs entre Emmanuel Macron et la présidence des États-Unis» disait son mentor le richissime rocardien  feu Henry Hermand.

Mais Macron va aussi être présenté au « Tout Paris » par Jean-Pierre Jouyet, son parrain, qui dispose d’un carnet d’adresse aussi gros qu’un Larousse.

Jouyet a épousé en seconde noce Brigitte Taittinger (le champagne), ex- PDG des parfums Annick Goutal et actuellement directrice de la stratégie de Sciences Po. Les témoins du mariage furent François Hollande et feu Christophe de Margerie, le PDG de Total. 12ème patron du CAC 40. Quand on saura que Jouyet a été nommé en 2008, par Sarkozy, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et que tous les patrons du CAC 40 sont venus le voir dans son bureau, on aura tout dit…

Parmi les dix personnes les plus riches de France, quatre soutiennent officiellement Macron : Bernard Arnaud ( 1er fortune de France), François Pinault (4ème), Patrick Drahi (5ème ), Xavier Niel (9ème). Seul Serge Dassault (3ème) ne s’est pas prononcé officiellement mais il encense Macron et Le Drian, ministre de la défense. Et pour cause. Il a un business à faire tourner. A ceux là, il faut ajouter, Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Arnault Lagardère et ceux dont on ne connaît pas le nom car Macron ne souhaite pas publier la liste de ses donateurs. On comprend pourquoi.

Le choix du candidat

 » Macron, c’est entre nous, non pas simplement une question de hiérarchie – il sait ce qu’il me doit – mais une question de loyauté personnelle et politique » François Hollande – avril 2016.

Dans une publication précédente (« Macron ciblé par la CIA ») il est décrit avec précision comment cet homme a été choisi et porté au cœur de l’appareil d’état par des membres de l’oligarchie politique et affairiste en moins d’une dizaine d’années. Mois après mois, il a été façonné pour répondre exactement au calibrage des idées politiques de ses parrains, des « sociaux libéraux internationalistes » disent – ils avec pudeur…en fait des néo conservateurs mondialistes conformes à l’idée que se font les Etats Unis de ce que doivent être les démocraties occidentales.

Macron a été amené à devenir secrétaire général adjoint de l’Élysée, l’un des plus proches conseillers du Chef de l’État. Puis Ministre de l’Économie. Son recruteur et mentor politique, Jean-Pierre Jouyet est aujourd’hui Secrétaire Général de l’Élysée, autant dire le cœur de l’appareil d’État

Cette ascension, pour le moins épique, rappelle étrangement la pièce de théâtre  » La Résistible Ascension d’Arturo Ui  » de Bertolt Brecht…(à voir ou à lire impérativement)

Macron, intelligent mais immature…

Le profil psychologique et physique du candidat est très important pour ce projet. Il faut qu’il soit présentable, malléable et qu’il reste sous influence. Une forte personnalité aurait été contre productive et impossible à gérer.

Feu Henry Hermand, son mentor (lire « Macron ciblé par la CIA) , le connaît bien. C’est lui qui lui a mis le pied à l’étrier en politique. Voici ce qu’il en dit en septembre 2016, il y a donc 6 mois : « Il n’a jamais pris une décision importante sans m’en parler. Sur le plan politique, Emmanuel est trop jeune, il a besoin d’être recadré sur des connaissances historiques. Son épouse, est très présente à ses côtés. Elle a orienté ses lectures, joué un rôle dans ses cercles d’amis, veillé à ce qu’il ne se disperse pas ».

Hermand l’infantilise, et de façon anecdotique, il raconte un peu agacé : « Ce désir qu’il a de serrer toutes les mains qui se présentent à lui, même de ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, est regrettable. Avec sa femme, on veut freiner ses tentatives de trop convaincre, on lui dit de se calmer!». Et il conclut en soulignant sa dépendance financière  et psychologique ( ?!)

C’est ce qu’en pense aussi l’entourage de Hollande qui le connaît bien ; « Macron apparaît comme un homme sous influences multiples » disent-ils. Espérons qu’il ne se perde pas…

La description psychologique qu’en font ses proches correspond exactement à l’objectif de ses traitants. Ce qui prouve, s’il en est encore nécessaire, que Macron est un personnage créé de toute pièce pour servir des intérêts puissants. Cette personnalité ne pouvait pas habiter un physique ingrat. Dents blanches, bien coiffé, « tête de premier de la classe » dirait Coluche, costumes de bonne facture, séducteur et charmeur, Macron est l’image même du quarantenaire qui a réussi. Il a sa « Rolex » au poignet.

Pour conclure ce chapitre, écoutons encore une fois ce que dit Henry Hermand : « Il incarne une tendance, il ne faut pas que ce soit personnalisé, il ne faut pas que ce soit M. Macron, il n’a pas d’expérience politique. Je demande qu’on mette en place un comité politique et non pas un comité de parrainage. Macron ne sera candidat que s’il a un mouvement d’opinion suffisamment fort avec des appuis politiques important et il ne fera déclaration de candidature que s’il dispose d’appui suffisant »

2) Le contrôle des media. 

Justement. Le candidat dispose maintenant d’un bon encadrement politico-économique, il faut susciter  un mouvement d’opinion autour de lui. D’aucuns vont s’attacher à le provoquer.

Si la quasi totalité des media est acquise à la cause, c’est bien sûr parce que la dizaine de milliardaires qui soutient Macron en est propriétaire à 90%.

Voici ce qu’en dit Daniel Schneidermann (Arrêt sur Image) : « S’agissant de Macron (…) Xavier Niel et Pierre Bergé, copropriétaires du groupe le Monde, lui ont plus ou moins publiquement déclaré leur flamme. Rien, dans ce que l’on sait de lui, et du peu que l’on sait de son programme, n’est de nature à effaroucher MM. Dassault, Arnault, Pinault, Lagardère, Bolloré ou Drahi. Ce qui ne signifie pas que les oligarques français soient pendus au téléphone chaque matin pour commanditer des unes, des éditos, ou des sondages favorables. Simplement, par capillarité intellectuelle, ils ont nommé à la tête des rédactions de «leurs» médias des journalistes macrono-compatibles, éventuellement macrono-indifférents, en tout cas jamais macrono-opposés, encore moins macrono-hostiles ».

Macron ne laisse rien au hasard. Il a organisé sa communication privée.

« Les politiques sont devenus un bon filon pour la presse people », analyse Marion Alombert, rédactrice en chef de ‘Voici’. « En ce moment, les Macron ont le vent en poupe. Leur couple intrigue, accroche. Et ils ont compris qu’une exposition bien gérée est une publicité efficace. »

Et Sylvain Fort, un porte parole « d’En Marche », de rajouter : « Il y a un contrat d’exclusivité moral avec Bestimage ( agence people des stars). Cela permet de mieux maîtriser leur image, le choix des photos qui circulent sur eux. Quand ils sont victimes de paparazzi, ils font appel à un photographe de l’agence, ils sont sûrs, ainsi, d’avoir des clichés plus avantageux. »

Résultat : en un an, dix couvertures de « VSD », quatre de « Paris Match », deux de « Closer » une de « Voici ». Quand on constate un tel matraquage médiatique autour de ce candidat, Il n’y a  plus rien à ajouter.

Petite précision: Michèle Marchand la directrice de Bestimage, fait partir du staff communication de la campagne….

3) Contrôle de l’opinion publique.

Il est utile de rappeler ici les recherches du sociologue Patrick Champagne sur les sondages. Son travail s’est articulé autour du problème central, en science politique, de l’analyse des formes de légitimation de la représentation politique.

D’une critique des logiques qui sont au principe de la mesure de l’opinion publique par les sondages, on est passé à une réflexion qui tente d’appréhender les effets, sur le champ politique, de la croyance en ces instruments. Cette évolution, qui se veut proche de l’évolution même de l’influence des sondages d’opinion sur les pratiques politiques, constitue le centre de la problématique du sociologue qui prend au sérieux les professionnels des sondages, même ceux qui sont peu sérieux scientifiquement, en les prenant au moins comme objet.

Champagne démontre que la croyance dans l’efficacité des sondages à exprimer « l’opinion publique » est indissociable d’une transformation des règles du jeu politique et particulièrement de l’importance croissante qu’on prit les journalistes et les spécialistes en communication. Ainsi, s’est mise en place la croyance selon laquelle « faire de la politique » c’est, notamment grâce à «une bonne communication», se situer le plus haut possible dans les cotes de popularités ».

On y est quand Macron ne déclare avoir nul besoin d’expérience politique et encore moins de programme pour être candidat. Il suffira pour lui d’avoir une bonne côte de popularité. Jouyet et Hollande l’ont bien compris. Ce sontn eux et les économistes qui réfléchissent pour lui. Seule l’image compte, car si on entre dans le dur du programme, on s’apercevra rapidement de quels ventriloques Macron est le nom.

Et en voici la parfaite illustration :

Macron est intégré pour la première fois dans un sondage pour les élections présidentielles en janvier 2016. Le Monde titre : « Sondage : Emmanuel Macron préféré à Manuel Valls ou François Hollande pour 2017 » et en sous titre « Un sondage Odoxa pour « Le Parisien/Aujourd’hui en France » estime que le ministre de l’économie pourrait devancer le premier ministre et même le président ». Il est placé d’entrée de jeu à 22%.

Mais qui sont les commanditaires de ce sondage – test ?

Sans aucun doute le staff de Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire du « Parisien/ Aujourd’hui en France ». Signalons que Nicolas Bazire, proche de Sarkozy, est l’un des administrateurs de LVMH en même temps que l’un de ceux de l’institut de sondage IPSOS. Mais ce qui est le plus intéressant ici, c’est qu’il est gérant associé de la Banque Rothschild…Il connaît très bien Macron avec qui il a travaillé dans la même banque. Quant à Odoxa, les deux fondateurs sont d’anciens de l’institut de sondage BVA dont Vincent Bolloré et… le fond d’investissement Rothschild sont actionnaires.

Ce sont donc des proches de Macron qui l’ont mis en selle. On se doute bien à la demande de qui.

Curieusement sa côte moyenne était de 17% dans les sondages tout au long de l’année 2016. Elle a bondi de 7 points en janvier 2017, à 24% pour arriver à 26% des intentions de vote en mars, le plaçant en tête de tous les sondages. Et comme on sait que les élections se jouent dans les trois mois qui précédent les élections, on comprend mieux ces scores…

Il en sera de même, bien sûr, pour Marine Le Pen, challenger indispensable à la réussite du coup d’État. Elle est créditée de 25% des intentions de vote. Normal.

En cherchant un peu on constate que plus de 80% des instituts de sondage appartiennent à la sphère d’influence qui soutient Macron. Son conseiller en la matière n’est autre que Denis Delmas, ancien président de TNS Sofres. Autant vous dire que, celui là, il connaît la musique.

4) Le contexte international

L’important, pour s’assurer de la réussite d’une prise de pouvoir c’est de ne pas froisser ses alliés. En tous les cas, il faut leur donner des gages de non agression. Dans le cas contraire les auteurs s’exposent à une déstabilisation. Il faut donc que les planètes soient alignées. Pour Macron, ses parrains ont rassuré tout le monde. Le candidat reste bien dans l’orbite assignée : atlantiste et européiste, deux points d’un équilibre indispensable.

5) La régularisation du coup d’État

Enfin, il s’agira de valider la démarche par les élections. Ce sera relativement simple. Si le scénario arrive à son terme, Marine Le Pen sera en face d’Emmanuel Macron. Les commanditaires joueront sur la fibre républicaine et rafleront la mise.

CONCLUSION PROVISOIRE

En analysant chaque phase, nous pouvons dire maintenant, sans l’ombre d’une hésitation, si l’on s’appuie sur les  paramètres donnés par les experts, qu’il s’agit bien d’un coup d’État, ou pour l’heure, d’une tentative de Coup d’État…Dans l’intérêt de nos concitoyens et celui de notre pays, il vaut mieux qu’elle n’arrive pas à son terme…

Il est essentiel de laisser la parole à Hervé Kempf, le rédacteur en chef de Reporterre  qui est l’auteur d’un ouvrage remarquable sur l’oligarchie et qui connaît donc bien le sujet.

« Les conditions d’un bon exercice de la démocratie sont largement altérées. La délibération libre est viciée par le fait que les médias sont massivement contrôlés par l’oligarchie. Le choix majoritaire est tronqué par le poids des lobbies voire, parfois, par le déni pur et simple du choix populaire, comme lors du référendum de 2005 sur l’Europe. Mais aujourd’hui, le capitalisme ne considère plus la démocratie comme indispensable à son existence, il la rejette même de plus en plus nettement puisqu’elle conduit logiquement à la remise en cause des pouvoirs en place.

Le respect des droits de l’homme et des libertés publiques est bafoué au nom des politiques anti migratoires. Le pouvoir politique est subordonné aux puissances financières.

En fait, les classes dirigeantes nous font entrer dans un régime oligarchique, où un groupe de personnes contrôlant les pouvoirs politique, économique et médiatique, délibèrent entre eux puis imposent leurs choix à la société.

Or l’oligarchie actuelle cherche avant tout à maintenir sa position privilégiée. A cette fin, elle maintient obstinément le système de valeurs organisé autour de la croissance matérielle et de la surconsommation – un système qui accélère notre entrée dans la crise écologique. »

L’heure du choix de société a sonné…

Posté par oldgaffer à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2017

Bon sens judiciaire

Un peu de bon sens dans cette gadoue judiciaire.

Au fait, c'est bien sûr une coïncidence fortuite si Madame Houlette est l'épouse d'un directeur de cabinet de Michel Sapin.

 

L’ancien procureur général de Paris dénonce l’instrumentalisation de la justice à une heure politique grave 

 

Ancien magistrat et procureur général près la cour d’appel de Paris entre 2010 et 2015, François Falletti donne son ressenti sur les révélations du livre Bienvenue Place Beauvauet ce qu’elles induisent, lors d’un entretien au Figaro. « Ce livre illustre des porosités et des questions, notamment sur l’utilisation d’informations tirées de dossiers judiciaires, qui, pour n’être pas nouvelles, ne peuvent que jeter le trouble dans l’esprit des citoyens », explique-t-il. Pour lui, il existe bel et bien un « flou » juridique autour de « l’organisation et la circulation, auprès de l’exécutif, des informations couvertes par le secret des enquêtes et de l’instruction jusqu’à des échelons politiques majeurs ». Ce livre écrit par des journalistes, dont deux du Canard enchaîné, « ne peut qu’interroger sur l’usage fait d’informations touchant à la vie privée, à l’utilisation des données informatiques, au fruit d’écoutes téléphoniques, affirme François Falletti. Ce sont des sujets graves dans une démocratie ». Dans le contexte actuel de l’affaire Fillon, de l’emballement médiatique et judiciaire, l’ancien magistrat appelle à une « trêve judiciaire », « une forme de retenue en phase préélectorale, comme je l’ai toujours observée en quarante années de vie judiciaire », explique-t-il, car «les magistrats savent bien combien est grand alors le risque d’instrumentalisation ». « Combien d’affaires lancées sous les hurlements de la meute se sont-elles terminées à l’exact opposé ? », rappelle-t-il, comme un avertissement.

Posté par oldgaffer à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2017

2016 année pas si chaude

Infos transmises par JP Bardinet

Un rapport sur l'état du climat en 2016 qui est basé exclusivement sur les observations plutôt que sur les modèles climatiques a été publié hier par la Global Warming Policy Foundation (GWPF). Vidéo et rapport complet suit.
Compilé par le Dr Ole Humlum, Professeur de géographie physique au Centre universitaire de Svalbard (Norvège), cette nouvelle étude du climat contraste nettement avec l'alarmisme habituel d'autres rapports basés principalement sur la modélisation informatique et les prévisions climatiques.
Voici quelques-unes des principales conclusions de cette étude :

- Alors que 2016 a été l'une des années les plus chaudes enregistrées, les températures mondiales ont reculé à la fin de l'année à des niveaux antérieurs à l’intense El Niño2015-2016. Ce fait suggère qu'une grande partie de la température mondiale 2015-16 a été causée par un des plus forts El Niños enregistrés.

- Depuis 2003, l'estimation de la température globale basée sur les mesures des stations de surface diffère à la hausse de l'estimation par satellite, et elle est maintenant plus élevée d'environ 0,1 ° C.

- Une grande partie de la chaleur dégagée au cours de la période 2015-16 El Niño semble avoir été transportée vers les régions polaires, en particulier vers l'Arctique, causant des phénomènes météorologiques violents et des températures de l'air excessivement élevées.

- Les données des marégraphes du monde entier indiquent une élévation moyenne du niveau de la mer à l'échelle mondiale de 1-1,5 mm / an, alors que les mesures par satellites indiquent une augmentation de plus de 3 mm / an. Cette différence notable entre les deux ensembles de données n'a toujours pas d'explication largement acceptée.

- Depuis 1979 (année de début des observations satellitaires) les étendues des banquises boréales et australes ont évolué dans des directions opposées, en diminuant et en augmentant, respectivement. Dans l'Arctique, on note une variation périodique de 5,3 ans, alors que pour l'Antarctique elle est d'environ 4,5 ans. Ces deux variations ont atteint leur minimum simultanément en 2016, ce qui explique le minimum récent dans l'étendue totale des deux banquises.
Le professeur Humlum a déclaré :« Il ne fait aucun doute que nous vivons dans une période chaude. Cependant, il ne fait guère de doute que les changements climatiques actuels ne sont pas anormaux et ne sont pas en dehors de la gamme des variations naturelles qui pourraient être attendues ».

Le lien ci-dessous conduit vers une analyse de la température sur le globe en 2016, et les données présentées n'ont rien à voir avec la propagande alarmiste de la pensée unique :

 

https://wattsupwiththat.com/2017/03/23/state-of-the-climate-2016-based-exclusively-on-observations/

Posté par oldgaffer à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hollande-Macron : le piège diabolique

Je tranmets ici cette analyse percutante et très pertinente de Jean-Paul Barraud :

Le crime est presque parfait.

 

1. Sachant que la gauche ne peut que perdre les élections à l'issue du quinquennat, dans l'entourage du Président, on monte depuis des mois des dossiers sur tous les principaux présidentiables de la droite.

 

2. Macron est mis en orbite. Sa nomination surprise à Bercy et son départ prématuré le font apparaître comme se démarquant de Hollande et de sa politique alors qu'il en est très proche et qu'il est responsable du bilan.

 

3. Hollande se retire. Impossible de faire autrement, son quinquennat est calamiteux et sa propre personne totalement discréditée.

 

4. Les primaires sont organisées pour la galerie. Le vrai candidat, c'est Macron qui, évidemment, ne passe pas par la case primaires.

 

5. Fillon sort gagnant des primaires de droite. Le canard enchaîné est aussitôt alimenté par la cellule de l'Elysée.

 

6. Le calendrier est bien étudié. Fillon s'envolant dans les sondages, on fait d'une situation qui a duré plus de 20 ans, où rien n'était caché, où rien n'a été dissimulé, un dossier spectaculaire à son encontre.

 

7. L'article aussitôt paru, le parquet national financier se saisit avec une rapidité exceptionnelle et ouvre l'enquête alors qu'il est incompétent. La gauche judiciaire est à la manœuvre.

 

8. La presse de gauche aussi. Le matraquage est intense, la défense de Fillon maladroite. Forcément, il est honnête. Les gens honnêtes se défendent souvent très mal. Je parle d'expérience. 

 

9. Le feuilleton judiciaire est lancé. Toutes les semaines, la presse nourrit la Justice et vice-versa. Seuls les éléments négatifs fuitent du dossier en toute illégalité.

 

10. Les "sondages" font passer Macron devant Fillon puis à égalité avec Le Pen et finalement devant elle.

 

11. Alors que la date butoir des candidatures est dépassée et qu'il n'y a plus de possibilité de remplacer le candidat, le PS et le Président de la République demandent à Fillon de se retirer! Une élection sans le candidat de la droite, le rêve absolu .

 

12. Les ralliements à Macron se multiplient. Quelques has been en quête d'une gloire perdue et surtout de plus en plus de...socialistes!

 

13. Le Drian, un des plus proches d'Hollande rejoint Macron. D'autres doivent suivre.

 

14. Pour parachever l'opération , il faut que Macron dispose d'une majorité à l'Assemblée. Du coup, l'un des derniers éléments du puzzle vise une investiture commune avec le PS après la victoire de Macron. Et le tour sera ainsi joué. 

 

C'est la preuve par A+B de l'opération qui consiste à maintenir les socialistes au pouvoir. En réalité, Macron est le successeur désigné de Hollande. Macron, c'est Hollande en pire.  
Mais, le crime n'est pas parfait car ils en ont trop fait . Cela entraîne un net phénomène de rejet dans l'opinion. Le piège est éventé. Le summum: l'émission politique de Pujadas destinée à tuer Fillon mais qui l'a, au contraire, renforcé tellement les attaques étaient outrancières, injustes et sectaires.  
La gauche qui montre ainsi son vrai visage commence à perdre du terrain car elle s'est heurtée à un candidat à la résistance exceptionnelle! 

 

RÉSISTEZ aussi! 
Non au hold-up électoral

Posté par oldgaffer à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2017

Ligurie et Sud-Toscane

Nous sommes allés quelques jours en Italie. D'abord dans des endroits que nous connaissons bien, la Riviera du Levant, ensuite dans des endroits que nous ne connaissions pas, la Toscane du sud, la Toscane tranquille.

Je ne compte plus les fois où nous sommes allés à Florence ou à Sienne, où nous avons visité tous les sites environnants, parfois basés dans une structure d'agritourisme comme Rocca delle Macie à côté de Castellina in chianti. Mais nous n'avions  jamais poussé jusqu'à Arezzo. Alors nous avons zappé les étapes habituelles.

La Riviera du Levant j'y ai souvent fait escale en voilier. Imperia (qui est en fait sur la Riviera du Ponant), Portofino, Santa Margherita, Viareggio, Porto Venere, sont des escales qui m'ont laissé des souvenirs aiguisés.

Après une nuit à Imperia, trois jours à Rapallo. Et nous avons commencé par la croisière en promène-couillon vers Portofino et San Fruttoso avant d'aller à Chiavari et Santa Margherita. Santa Margherita, où nous avions passé une nuit en route vers notre premier voyage en Toscane, à Florence, en Janvier, il y a une trentaine d'années. J'en étais revenu avec en tête l'idée du Labyrinthe des Alchimistes (publié chez François Bourin en 1992, prix du premier roman Air Inter et prix Littré). 

Quelques images, Rappallo pour commencer :

 

Italie-300

 

Italie-301

 

Italie-302

 

Italie-303

 

Italie-304

 

Portofino :

 

Italie-305

Italie-306

Italie-307

Italie-308

 

Le phare de Portofino :

Italie-309

 

Arrivée sur San Fruttoso, de l'autre côté de la presqu'île, côté large. Le restaurant célèbre était fermé. Trop tôt dans la saison :

Italie-310

Italie-311

Italie-312

 

Retour à Portofino pour le repas de midi et une balade dans les rues et sur la presqu'île :

Italie-313

Italie-314

Italie-315

Italie-316

Italie-317

Italie-318

Italie-319

Italie-320

Italie-321

Italie-322

 

Chiavari :

Italie-323

Italie-324

Italie-325

Italie-326

Italie-327

 

Notre camp de base du côté d'Anghiari :

Italie-328

Italie-329

Italie-330

Italie-331

Italie-332

Italie-333

Italie-334

Italie-335

 

Et pour terminer Arezzo, avec ci-dessous les loggias de Vasari :

Italie-336

Italie-337

Italie-338

Italie-339

Italie-340

 

Ravioli frais en cours de fabrication :

Italie-341

Italie-342

Italie-343

Italie-344

 

 

 

Arrivederci! 

 

Posté par oldgaffer à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Banquise : stabilité décennale

La banquise boréale est d'une grande stabilité sur 10 ans tant en extension hivernale qu'en minimum estival. L'alarmisme des réchauffistes de tout poil (GIEC, Hulot, Al Gore, Greenpeace etc.) est sans fondement.

Il est important de préciser à ce sujet que loin d'être menacés les ours blancs ont rarement été aussi nombreux.

 

 

17498563_1413822002015648_4266988749990605314_n

 

 

Posté par oldgaffer à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2017

Elysée : tout sur le cabinet noir

UN  LIVRE  ACCUSE  FRANÇOIS  HOLLANDE  DE  BASSES

MANOEUVRES POUR DETRUIRE SES ADVERSAIRES POLITIQUES

Par PLANETES360 23 mars 2017

François  Hollande  est-il  pour  quelque  chose  dans  la  déconfiture  de  certains  de  ses adversaires  politiques  ?  C’est  ce  que  suggère  un  livre  à  paraître,  Bienvenue  Place

Beauvau,  Police:  les  secrets  inavouables  d’un  quinquennat  (éd.  Robert  Laffont),  des journalistes d’investigation au Canard enchaîné. Que contient cet ouvrage ?

D’après  les  bonnes  feuilles  publiées  par  l’hebdomadaire Valeurs  Actuelles,  il  décrit  un vaste  système  de  surveillance  de  ses  adversaires  mis  en  place  par  François  Hollande depuis  son  arrivée  à  l’Élysée. Ce  “cabinet  noir”  aurait  eu  pour  objectif  de  discréditer  les concurrents  du  président  à  l’élection  présidentielle,  en  particulier  Nicolas  Sarkozy  et Manuel Valls, son propre Premier ministre. Les auteurs écrivent ainsi, de manière éloquente, à propos des “affaires” et révélations sur la vie privée des candidats : “Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande”.

[…]

D’après  les  auteurs,  il  existe  bien  une  orchestration  des  affaires  judiciaires,  dont  le  point  de départ se situe au service de renseignement financier de Bercy (dont le ministre, Michel Sapin, est un vieil ami de Hollande). Après avoir récolté des informations dans les comptes en banque de responsables politiques, cet organisme peut transmettre le dossier à la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG), dont le directeur, Robert Gelli, est aussi un proche de François Hollande.

Hollande  lui-même  a  été  prolixe  à  ce  sujet,  confiant  par  mégarde  devant  dix-neuf  députés socialistes,  le  17  février  2014  : “Sarkozy,  je  le  surveille,  je  sais  tout  ce  qu’il  fait”. Simple manière  de  parler?  Selon  les  témoignages  recueillis,  pas  vraiment.  Un  routard  de  la  police judiciaire  évoque  en  effet  la  constitution  de  “blancs”,  c’est-à-dire  d’informations  récoltées clandestinement, et qui remonteraient “en haut lieu”.

[…]

Ces coups bas ne concernent pas que Sarkozy, mais aussi Manuel Valls, selon les allégations de  ce  livre.  Ainsi  la  rumeur  selon  laquelle  le  Premier  ministre  aurait  eu  une  liaison  avec  sa ministre  de  l’Éducation  aurait  été  ébruitée  en  haut  lieu,  de  même  que  les  conditions  de financement  de  l’orchestre  de  sa  femme,  Anne  Gravoin.  A  Matignon,  on  fait  ainsi  remarquer que l’enquête a été “conduite par une société d’intelligence économique proche de l’Élysée, qui travaille en sous-main avec la DGSE”.

Valeur  sûre  pour  la  vente  des  magazines :  l'immobilier  est  en  couverture  de  l'Obs",  et  Uber, côté  face,  côté  pile,  fait  la  une  de  Challenges.  A  moins  d'un  mois  du  premier  tour  de  la présidentielle, l'Express aborde le sujet via Internet, et le Point rêve (toujours) de réformes qui permettraient  de  "ressusciter  la  France.  Le  magazine  s'inspire  des  exemples  canadiens suédois, allemand, pour dire aux Français que "c'est possible". Le mag interviewe longuement Henri de Castries, l'inspirateur du programme économique (sévère) de François Fillon.

 L'ancien  patron  d'Axa  s'en  prend  au  passage  aux  propositions  d'Emmanuel  Macron,  "des réformes qui ne sont ni suffisantes, ni cohérentes, ni crédibles". Le candidat d'En Marche trouve en  revanche  en  la  personne  de  Peter  Harz,  l'inspirateur  des  réformes  Schröder  qui  font  le succès de l'Allemagne d'aujourd'hui : "il faut faire les réformes en début de période législative. Il faut profiter de l'élan des élections. Il ne faut pas attendre. LesFrançais ne sont pas incapables de faire des réformes. Votre pays fourmille de bonnes idées et d'initiatives brillantes. Maintenant il  est temps d'appliquer  ces idées  quelqu'un doit  se  coller  à la  tâche.  Je pense qu'Emmanuel Macron serait capable de le faire. "Mais, prend il soin de préciser: " je ne veux pas  m'ingérer dans la campagne française".

François Hollande, un homme très bien renseigné

Alors que l'Obs raconte comment François Hollande est en train de "peaufiner son image pour l'avenir", que le ¨Point croit savoir qu'il s'installera dans les bureaux de la rue de Lille, occupés jusqu'à une période récente par Jacques Chirac, Valeurs Actuelles se penche sur "les Dossiers Noirs de l'Elysée". Avec une photo noir et blanc de François Hollande en train de consulter son portable, le mag s'appuie sur un livre qui parait ces jours ci "Bienvenue Place Beauvau, Police: les  secrets  inavouables  d'un  quinquennat"  (ed.Robert  Laffont),  qui  va  "éclabousser  comme jamais  la  présidence  de  François  Hollande".  L'ouvrage  écrit  par  trois  journalistes,  dont  deux appartiennent à la rédaction du Canard Enchaîné, raconte "comment François Hollande a tenté d'utiliser le ministère de l'Intérieur et ses outils de surveillance et de collecte d'informations pour servir  sans  succès  un  intérêt  politique  :  sa  réélection.  "  V.A.  rappelle  qu'il  avait  "révélé l'existence  d'un  cabinet  noir  à  Elysée"  ce  qui  avait  démenti  à  l'époque  .Pour le mag "ce  livre prouve et même aggrave- si les informations sont confirmées-les charges contre l'Elysée. Une cellule aux ramifications profondes, dans les plus hautes sphères de l’Etat, a été mise en place par François Hollande. Objectif : "empêcher par tous les moyens que Nicolas Sarkozy puisse se présenter à l'élection présidentielle.

Lumière crue sur François Hollande, le Président qui faisait surveiller tout le monde. Ce que dépensent vraiment les candidats pour leur campagne ; Chaussures et costumes, tous ceux qui s'en sont fait offrir ; Europe, bientôt la fin ?

Et aussi : la grande déprime des Français ; les gabegies des institutions européennes ; l'inspirateur des réformes Schröder donne son avis sur Emmanuel Macron.

Anita Hausser

Anita Hausser,  journaliste,  est  éditorialiste  à  Atlantico,  et  offre  à  ses  lecteurs  un  décryptage des  coulisses  de  la  politique  française  et  internationale. Elle  a  notamment  publié Sarkozy,itinéraire d'une ambition (Editions  l'Archipel,  2003).  Elle  a  également  réalisé  les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014)  et Bruno Le Maire,l'Affranchi (2015)

Sans surprise, François Fillon est depuis le début de sa campagne sous le feu nourri du même système  qui  ne  veut  pas  de  candidat  de  droite  à  la  présidentielle.  Qu'il  s'appelle  Sarkozy  ou Fillon". Extraits : Seize mois après avoir quitté l'Elysée, Nicolas Sarkozy est placé sur écoute. Pendant  un  an  la  police  judiciaire  a  espionné  ses  conversations.  Une  première  dans  les annales  de la  5e  République...En  2017,  cinq  ans  après  sa  défaite  électorale,  ce  ne  sont  pas moins de treize affaires judiciaires qui empoisonnent Nicolas Sarkozy ou son entourage.

Au point que les sarkozystes,  prompts  à  s'afficher  en  victimes". On se  perd  un peu dans  les récits  des  nominations  de  grands  flics  des  postes  ultra-sensibles...Mais  l'Express  qui  a également les bonnes feuilles du livre, nous livre un autre aspect de ce quinquennat marqué par "un bras de fer entre le président de la République et Manuel Valls "dont on n'imaginait pas la dureté". Ainsi, écrivent les auteurs "une fois à Matignon, les réseaux police que Manuel Valls avait  tissés  en  deux  ans  se  sont  vite  détricotés. Comme si  une  main  invisible  avait  joué  des ciseaux pour couper les bons fils au bon endroit. Privé de ses réseaux police, Manuel Valls, qui

se voyait déjà marcher dans les pas de Clémenceau, son modèle historique, n'est plus qu'un tigre  de  papier."  Les  auteurs  font  le  portrait  de  celui  qui  est  devenu  "l'autre  espion  du président" Bernard Bajolet, le coordonnateur du Renseignement, qui siège à l'Elysée.

  

Posté par oldgaffer à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]