Floyd Landis a eu le mérite de rendre les choses claires (à ne pas confondre avec la femme qui va chez le notaire pour tirer les choses au clerc).

En résumé, il n'y a pas un seul coureur cycliste qui n'a pas couru "chargé". Il y a ceux qui se sont fait prendre et ceux qui sont passés à travers. C'est tout. Et ceci depuis 60 ans, ça a commencé avec les amphétamines pour les Bobet Anquetil Géminiani Coppi Simpson, puis les corticoides pour les Merkx et Thévenet, l'EPO l'hormone de croissance et les transfusions pour tous ceux qui ont suivi, et ça n'a jamais été à l'insu de leur plein gré comme disaient les guignols pour Virenque.

Ils ont tous niés au début, certains nient encore, mais pas un, pas un seul, n'est pas dopé.

Je ne leur jette pas la pierre, il n'ont pas le choix. Un sportif même d'exception ne peut pas figurer honorablement dans une course cycliste sans se doper. Il est prisonnier du système.

Le contrôle antidopage est une fumisterie. Alors, quelle solution?

Aucune. Sauf le désintérêt du public pour un spectacle truqué.

Ou alors, on affiche les couleurs. Une équipe EPO contre une équipe hormone de croissance et un team transfusions.

Le plus grave, c'est que si le cyclisme est ainsi vérolé jusqu'à la moëlle, il n'est pas le seul sport concerné. Quelle médaille d'or d'athlétisme dans le dernier quart de siècle ne doit rien au dopage? Celui qui en trouve une a gagné.

En ce qui concerne la femme qui va tirer les choses au clerc, notons que la différence entre le notaire et la lune est qu'on ne peut pas avoir un clair de lune sans lune, tandis que pour le notaire on peut avoir l'un sans l'autre.