Comme Bernard Tapie avait dit un jour "il faut interdire le chômage, le rendre hors la loi", l'Europe fait pareil et même encore plus con avec la misère. Il est interdit d'être pauvre, il est interdit d'avoir faim. Il suffit de couper les crédits et la pauvreté disparaitra. C'est vrai, marre de tous ces assistés.

En plus chaque gouvernement, chaque chef d'état, a beau jeu de dire "c'est pas moi c'est l'autre", puisque c'est un désaccord européen qui fait que les restos du coeur, la croix rouge, le secours populaire etc. ne vont plus avoir de ressources.

L'Europe, cet hydre sans tête, au contraire de l'Hydre de Lerne aux cent têtes, ce qui fait qu'on ne peut même plus envoyer Héraklès trancher à la tête. Vivement qu'on puisse mettre un nom à la tête de l'Europe, le "c'est pas moi c'est lui" c'est trop facile.

Bon. En attendant, en attendant de donner à la Marine à la Pen un nouvel argument anti-européen, si nos dirigeants se bougaient le cul autrement qu'en cherchant des voix en primaires secondaires et tout ça? Il ne suffit pas de demander aux candidats potentiels ce qu'ils feront s'ils sont élus, car c'est tout de suite qu'il faut faire quelque chose. On va recapitaliser les banques, Kerviel fait des émules en Suisse et ni les uns ni les autres n'auront besoin des restos du coeur.

Je n'ai jamais été un démocrate, je ne le deviendrai pas, mais.... révolutionnaire, devant ce genre de chose, ça pourrait me tenter.

Lire ICI