Je remplace actuellement un médecin dans les Cévennes, à Gagnières.

Un couple de Suisses vient d’y acheter une jolie maison avec un grand domaine. La région est magnifique et ils ont été confortés dans leur choix par l’existence dans le village d’une supérette, d’une boulangerie et d’un cabinet médical. Ils ont des projet de chevaux, de randonnées...

Ils sont désespérés.

La boulangère est morte d’un cancer et le boulanger a quitté la région.

La supérette a fermé.

À part un bar qui ouvre chaque fois qu'il tombe un oeil à un évêque, il n'y a aucun autre commerce.

Je n’ai pas osé leur dire que le médecin cessait son activité fin juin.