On lit beaucoup de choses contradictoires sur ce sujet. Ceci pour une raison très simple, c'est qu'on parle d'une radioactivité qui va persister pendant des milliers voire des millions d'années, ce qui est vrai, mais ce qu'il faut prendre en considération c'est le retour à un niveau de radioactivité qui est celui de la radioactivité naturelle. Les massifs granitiques bretons sont encore radioactifs, et le resteront probablement jusqu'à la fin du monde terrestre, ils ne sont pas dangereux pour autant. Au contraire, la radioactivité naturelle est plutôt bénéfique pour la santé. En commentaire d'un post d'un ami journaliste qui s'alarmait de ces milliers d'années de persistance du rayonnement, j'ai dit maladroitement, et il l'a mal pris, que c'était un délire de journalistes. Il m'a répondu que son erreur était d'avoir dit milliers alors qu'il eût fallu dire millions ou milliards.

Au journal télévisé de France2, j'ai vu un reportage sur le centre de stockage de déchets nucléaires de Bure... où on a entendu dans la bouche du "journaliste" qu'ils resteront toxiques des centaines de milliers d'années ! 
Faux !!! au bout de 100 ans ils auront perdu 90% de leur activité, au bout de 1000 ans 99% et au bout de 10000 ans ils auront retrouvé le taux de radioactivité naturelle ! Et dans un proche avenir, avec les nouvelles générations de centrales, il ne faudra plus que 300 ansToujours cette confusion entre la durée de la radioactivité, et celle de sa toxicité.

Mais l'irrationel est aux commandes. Le coûteux sarcophage de Tchernobyl, fantasme écologique pour rassurer une population inquiète, était complètement inutile. Tchernobyl ne présente plus de radiations dangereuses depuis longtemps, même le rayonnement gamma est redescendu en dessous du seuil dangereux.

https://www.contrepoints.org/2016/12/19/274720-sarcophage-de-tchernobyl-cathedrale-de-peur

Actuellement, les énergies dites renouvelables sont surtout intermittentes et ni le solaire ni l'éolien, même en en couvrant tout le territoire, ne peuvent assurer la relève du nucléaire si on ferme des centrales nucléaires. Il faudra alors, comme en Allemagne où le délire écolo a fait fermer  trois centrales après Fukushima, construire à tour de bras des centrales thermiques autrement plus nocives pour l'homme que le nucléaire. Le radon qu'elles produisent est un grand pourvoyeur de cancers respiratoires et les pollutions aux particules fines viennent, on ne le dit pas, des centrales thermiques beaucoup plus que des véhicules. Merci aux Allemands d'avoir fourni sur le nord et l'est de la France et sur la région parisienne les nuages de particules fines qui ont conduit âne Hidalgo à stigmatiser les véhicules diesel.

Nous ne pouvons pas sortir du  nucléaire actuellement, tant qu'il y aura une exigence de croissance, et tant qu'il y aura des pouvoirs politiques aux ordres de la finance mondiale.