Quand Eric Zemmour dit ce qui est exact sur l'islam et le le terrorisme, il est condamné, par contre on a le droit de faire un héros d'un assassin terroriste musulman dans une pièce de théâtre et c'est accepté au nom de la liberté d'expression. Celle-ci, la liberté d'expression, celle qui permet à une députée de soutenir "nique la France", ne s'applique donc qu'à l'Islam et ceux qui soutiennent les radicaux et les terroristes assassins, elle ne s'applique pas à ceux qui tirent à juste titre le signal d'alarme.
De la même façon la liberté d'expression et le respect de la diversité autorisent la célébration officielle du Ramadan par la ville de Paris et par le Président Macrocon qui a participé au dîner de rupture du jeûne, mais les crèches sont interdites au nom de la laïcité.
Que cette hagiographie d'un assassin sanguinaire soit possible me choque profondément.