Quand j'étais étudiant en médecine, IVG ça voulait dire Insuffisance Ventriculaire Gauche. Et rien d'autre. Avortement criminel était un pléonasme. Les faiseuses d'anges ne faisaient pas que faire disparaitre de futurs bébés, elles tuaient pas mal de jeunes femmes avec leurs aiguilles à tricoter ou leurs tiges de persil. Septicémies, hémorragies, séquelles fréquentes et invalidantes.

Simone Veil a heureusement fait disparaitre ces pratiques.

Mais depuis les choses ont évolué, et le planning familial a fait glisser le concept voulu par Simone Veil vers un moyen de contraception comme un autre ; ça me choque beaucoup. Lorsque la loi Veil est apparue, je faisais partie de ceux qui n'étaient pas favorables à l'IVG, mais je ne l'exprimais pas, je considérais qu'un homme assis tranquillement dans son fauteuil et non directement concerné n'avait pas à interdire à une femme dans une situation difficile (la loi parle de détresse) de recourir à cette solution. Il fallait aussi mettre fin aux pratiques clandestines. Les termes de la loi m'apparaissaient bien pesés. Giscard d'Estaing, qui était président de la république à cette époque, s'en est très bien expliqué. Comme moi, il  n'était pas favorable à l'IVG. Comme moi, il ne s'est pas senti le droit d'aller contre le projet de Simone Veil.

Le glissement vers IVG = contraception, non!

La mineure qui se retrouve enceinte dans des conditions sociales défavorables, oui à l'IVG.

La petite bourgeoise de 40 ans qui va se faire sauter le troisième arrivé par accident parce que ça gêne son plan de carrière, non!!!

Le pire est arrivé avec le dernier texte de loi sur le sujet qui interdit de tenter de dissuader une femme qui veut recourir à l'IVG. Tous les sites et lieux d'information "non conformes" sont punissables. Et dans ma pratique médicale, si je conseille à une jeune femme de bien réfléchir, de voir comment elle pourrait accepter et faire accepter son enfant, si elle le rapporte au planning familial, j'aurais une plainte et un procès au cul. C'est un domaine envahi lui aussi par la pensée unique de nos bienfaiteurs de gauche.

Contrairement à tous les éloges que j'entends çà et là sur cette structure, je fais partie de ceux qui jugent que l'action du planning familial a été globalement plus néfaste qu'utile (j'entends vos hurlement et vos cris d'orfraie d'ici).

En conclusion je regrette beaucoup la dérive de la loi Veil, qui était équilibrée, sensée, bénéfique.

J'ai beaucoup de respect pour cette dame, j'ai aimé l'hommage que lui a rendu Jean d'Ormesson.

Je tiens seulement à signaler que les médecins grinçaient souvent des dents à son évocation. C'est elle qui a commencé le long travail de sape du pouvoir médical en libéral comme à l'hôpital. Ce travail a été poursuivi par tous les autres ministres de la santé, sauf Michèle Barzach et Jean-François Mattéi, et parachevé par la bachelotte de sinistre mémoire dont la loi a sinistré la médecine hospitalière, tandis que Touraine la nuisible a voulu bousiller l'exercice libéral.

Au milieu des années 70 un patron à l'hôpital pouvait convoquer le directeur ou aller le voir sans rendez-vous pour s'expliquer avec lui. Aujourd'hui, le directeur condescend parfois à recevoir les médecins qui le demandent. Le bac plus 4 ou 5 (un peu de droit, l'école de Rennes et point barre) a pris le dessus sur le bac plus 12 ou plus 15.

93203588