Dans son dernier édito sur Valeurs Actuelles, Yves de Kerdrel dit carrément et à juste titre : "Si la France était une entreprise ce soir François Hollande dormirait en prison".

Il rappelle aussi que Macron n'est pas innocent dans cette gabegie. On est près de l'escroquerie en bande organisée.

Voici le texte complet de l'édito :

L’ÉDITO D’YVES DE KERDREL

Photo © Valmonde

Présentation de faux bilan. Si la France était une entreprise, ce soir François Hollande dormirait en prison. Car la Cour des comptes, dont on connaît pourtant la modération, a remis ce matin son rapport d’audit sur les finances publiques, estimant que les dirigeants de notre pays avant l’élection du 7 mai dernier ont volontairement publié des prévisions insincères. Lorsqu’une entreprise, ou l’un de ses dirigeants, se livre à de telles pratiques, elle est aussitôt rattrapée par la patrouille, c’est-à-dire soit les commissaires aux comptes, soit le gendarme de la Bourse. Et cela relève du pénal. Quand la Cour des comptes écrit que « des biais de construction ont affecté la sincérité de la loi de finance initiale et du programme de stabilité », cela en dit long à la fois sur la compétence des gens qui ont gouverné la France pendant cinq ans, mais aussi sur leur éthique. Et le pire, c’est qu’Emmanuel Macron, quoiqu’il s’en défende, a tout de même participé, même de loin, à cette destruction collective de la fiabilité de nos comptes publics.