Cet article rapporte une étude conjointe de trois universités américaines, dont celle de Rochester qui est peut être la plus pointue au monde en matière de recherche scientifique. Elle l'est en matière médicale grâce à la Mayo Clinic dont j'ai fréquenté certains chercheurs auxquels nous avions confié des recherches lors de mon séjour dans l'industrie pharmaceutique.

Le lien vers l'article complet :

http://www.dreuz.info/2017/06/10/article-14505174/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

gpw-20050108-NASA-ISS007-E-10807

Une étude publiée conjointement par l’Université de Rochester, l’Université de l’Alabama et l’Université de Virginie a déterminé que le réchauffement climatique n’était pas dû aux activités humaines, et que le CO2 n’était pas un polluant.

Ce rapport a été publié dans l’International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society, l’une des revues de climatologie les plus prestigieuses du monde.

L’un des auteurs de l’étude, le professeur Fred Singer (Université de Virginie) écrit :

« le réchauffement climatique auquel nous assistons fait simplement partie d’un cycle naturel de réchauffement et refroidissement que l’on observe dans les stalagmites, dans les glaces et dans les sédiments du fond des mers… et qui a été abondamment documenté dans des revues spécialisées. Le mécanisme qui provoque ce cycle fait encore l’objet de débat ; mais est, très certainement, dû à l’activité solaire. 

(…) 

Notre recherche démontre que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère n’a qu’une influence minime sur les changements climatiques.