J'ai toujours été passionné de montres. J'ai cédé -comme beaucoup à une époque- à la précision du quartz, j'en suis revenu depuis de nombreuses années et je n'ai plus eu depuis que des montres mécaniques. Certains de mes amis s'étonnent qu'on aille payer plus cher quelque chose de moins précis. C'est le plaisir de la belle mécanique et du bel objet. Je leur répond en général que c'est comme si, devant une toile de maître accrochée chez moi (il n'y en a pas! c'est juste une image!) ils me reprochaient le prix au mètre carré de ma peinture en comparaison avec celui de la laque du mur de leur cuisine.

Pendant plus de 10 ans j'ai porté cette Oris Artelier complications. Phases de la lune, second fuseau horaire, date et jour, dos saphir permettant de voir le mécanisme ETA en action, elle est très plaisante :

IMG_0537-1

 

Cette Oris valait 1400€ en France quand je l'ai achetée (en fait je l'ai achetée 800€ en Andorre). Elle est toujours au catalogue Oris, en un peu moins bien, les chiffres sont remplacés par des traits. Et son prix aujourd'hui est de 2600€.

Toutes les montres suisses augmentent régulièrement Le prix par exemple d'une Patek-Philippe Nautilus est passé en moins de 10 ans de 18000 à 30000€. Ceci est dû à deux causes : l'engouement du public pour les montres de luxe, notamment dans les marchés émergents comme la Chine, et la force du Franc Suisse qui a bien monté par rapport aux autres monnaies ces dernières années. Ceci veut dire que bien souvent on pourra revendre une montre plus cher qu'on ne l'aura payée au bout de quelques années.

Un exemple intéressant : un des modèles iconiques de Rolex est le chronographe Daytona. Il vaut, en acier, aux alentours de 14000€. La production ne suffit pas à satisfaire la demande, et une véritable spéculation s'en est suivie, où certains qui arrivent à en obtenir les revendent immédiatement avec une plus-value substantielle.

Après mon Oris, j'ai voulu passer à autre chose. Une sorte de régression : ma nouvelle montre donne l'heure, mais rigoureusement rien d'autre, même pas la date. Avec son remontoir vissant comme toutes les montres de plongée, elle m'évitera les accidents que j'ai connus plusieurs fois avec l'Oris, à savoir tirer sur le remontoir en l'accrochant avec un vêtement et ne pas s'en apercevoir tout de suite. 

Une montre mécanique n'a pas la précision du quartz, mais si c'est un chronomètre certifié elle est largement suffisante. Les montres à quartz varient entre 30 secondes et une minute par an en moyenne, un chronomètre comme cette Tudor varie de moins d'une seconde par jour en moyenne, soit en gros 3 minutes entre les changement d'heure bisannuels. Mon Oris variait de 3 à 4 minutes par mois.

Il n'y a bien sûr pas de pile à changer chaque année (grosse contrainte du quartz), juste une révision tous les 7 à 10 ans.

Je vous présente donc ma Tudor Black Bay Heritage Bronze :

IMG_0550

Tudor est la petite soeur de Rolex. Le fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, a lancé Tudor en 1946 pour élargir l'audience de Rolex vers un public moins fortuné. Au début, les Tudor Oyster étaient des Rolex dont le nom et le prix avaient changé, et c'était tout. Depuis Tudor s'est autonomisé, fabrique ses propres mouvements, et présente une gamme originale. 

Les Tudor Black Bay sont quasi-équivalentes aux Rolex Yachtmaster, la date en moins. Elles coûtent trois fois moins cher. Elles sont les répliques des montres que Tudor a produites dans les années 60 pour les plongeurs de la Marine Nationale.

Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire de cette marque :

http://www.montres-de-luxe.com/Tudor-l-histoire-de-la-petite-soeur-de-Rolex_a3892.html

Ne pas se laisser abuser par l'appellation "montres de luxe". Rolex, Tudor, au même titre que Breitling, Oméga ou Longines, c'est du milieu de gamme, pas du haut de gamme.

Le haut de gamme c'est autre chose, et dans les classiques on trouve Bréguet, Patek-Philippe, Vacheron-Constantin, Jaeger-le-Coultre et Audemard-Piguet.

Des montres comme les Richard Mille sont très chères (celle de Nadal vaut 700000€) mais je ne les aime pas, je les trouve très laides.