Un peu de bon sens dans cette gadoue judiciaire.

Au fait, c'est bien sûr une coïncidence fortuite si Madame Houlette est l'épouse d'un directeur de cabinet de Michel Sapin.

 

L’ancien procureur général de Paris dénonce l’instrumentalisation de la justice à une heure politique grave 

 

Ancien magistrat et procureur général près la cour d’appel de Paris entre 2010 et 2015, François Falletti donne son ressenti sur les révélations du livre Bienvenue Place Beauvauet ce qu’elles induisent, lors d’un entretien au Figaro. « Ce livre illustre des porosités et des questions, notamment sur l’utilisation d’informations tirées de dossiers judiciaires, qui, pour n’être pas nouvelles, ne peuvent que jeter le trouble dans l’esprit des citoyens », explique-t-il. Pour lui, il existe bel et bien un « flou » juridique autour de « l’organisation et la circulation, auprès de l’exécutif, des informations couvertes par le secret des enquêtes et de l’instruction jusqu’à des échelons politiques majeurs ». Ce livre écrit par des journalistes, dont deux du Canard enchaîné, « ne peut qu’interroger sur l’usage fait d’informations touchant à la vie privée, à l’utilisation des données informatiques, au fruit d’écoutes téléphoniques, affirme François Falletti. Ce sont des sujets graves dans une démocratie ». Dans le contexte actuel de l’affaire Fillon, de l’emballement médiatique et judiciaire, l’ancien magistrat appelle à une « trêve judiciaire », « une forme de retenue en phase préélectorale, comme je l’ai toujours observée en quarante années de vie judiciaire », explique-t-il, car «les magistrats savent bien combien est grand alors le risque d’instrumentalisation ». « Combien d’affaires lancées sous les hurlements de la meute se sont-elles terminées à l’exact opposé ? », rappelle-t-il, comme un avertissement.