Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 63

A LA UNE : 
  • Judith Curry : il est de plus en plus clair que les modèles surestiment le réchauffement
  • Le Sénat américain réduit les financements de la NASA consacrés au réchauffement climatique
 

CLIMAT ET TEMPÉRATURES

Il est de plus en plus manifeste que les modèles surestiment le réchauffement

Dans un rapport intitulé « Les modèles climatiques pour le profane » publié par la Global Warming Policy Foundation (GWPF), Judith Curry déclare :

Il se peut fort bien qu’il soit impossible de faire des prévisions à long terme sur le climat – qui, après tout, est un système chaotique. Si tel est le cas, alors nous essayons sans doute de redessiner l’économie mondiale pour rien.

Un « graphique politique »

Sylvestre Huet ne s’en cache pas : la courbe des températures qu’il nous propose dans son article du 17 février est « politique » : s’appuyant sur les données GISS (Goddard Institute for Space Studies) de la NASA, il choisit comme période de référence les années 1880-1920, qui ont été marquées par un net refroidissement, faisant ainsi apparaître les années postérieures plus chaudes. Conclusion non moins politique du journaliste : le respect des objectifs de contenir le réchauffement à +2°C exigent des décisions beaucoup plus vigoureuses que celles prises lors de la COP21…

Les températures de la période 1980-2017 dopées par le refroidissement de la période 1945-1980

Le site climate4you fait de son côté observer que la période de référence du GISS (1951 à 1980) est affectée par la période froide de 1945-1980, provoquant mécaniquement un grossissement des « anomalies » des années qui suivent, de sorte qu’il est difficile de décider si les températures de l’air de surface modernes augmentent ou diminuent.

Janvier 2017 : +0,30°C par rapport à 1979

En revanche les relevés satellitaires ont choisi comme origine des températures 1979 (année où les mesures satellitaires ont commencé) ce qui conduit à des anomalies de températures plus faibles que celles du GISS (et celles dites Hadcrut4 du UKMO) : +0,30°C en janvier 2017 comme indiqué sur le site de Roy Spencer.

Question subsidiaire : pourquoi donc les relevés satellitaires ont-ils si mauvaise presse chez les carbocentristes ?

QUI PEUT HONNÊTEMENT DIRE « THE SCIENCE IS SETTLED » ?

Telle est la question que pose François Gauchenot dans Contrepoints. Il remarque que s’il est un domaine où la recherche du scoop conduit à l’étouffement de l’esprit critique de la presse, c’est bien celui du climat. Comme l’aurait dit Pierre Dac, «il est encore trop tôt pour savoir s’il est trop tard» : les journalistes peuvent-ils encore choisir de faire passer la recherche de la vérité avant celle de l’audience ?

LE SENAT AMERICAIN RECENTRE LA NASA SUR SES MISSIONS ORIGINELLES

Selon les Inuits, excellent connaisseurs du climat, le changement climatique n’est pas dû aux activités humaines mais à un léger décalage de l’axe de rotation de la terre ; dans une vidéo publiée par le site nativepress.com ils lancent un « avertissement » à la NASA, que selon le site Sciencetimes l’agence spatiale américaine aurait pris très au sérieux.

ET c’est la même NASA dont le Sénat des États-Unis vient de réduire le financement consacré à la recherche sur le réchauffement climatique comme nous l’apprend le site spacepolicyonline. L’agence va donc se recentrer sur son métier de base : l’exploration spatiale. Qui s’en plaindra ?

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

La France se dote d’un cadre légal pour l’autoconsommation d’électricité

Environnement-magazine nous apprend que le Parlement a définitivement adopté le projet de loi sur l’autoconsommation d’électricité et la production d’électricité d’origine renouvelable, obligeant les gestionnaires de réseau à faciliter les opérations d’autoconsommation d’électricité.

Dans les Échos, Marc Boillot, Directeur de l’action régionale d’EDF, avertit de son côté que le réseau électrique qui joue un rôle d’assurance collectif est menacé par l’autoconsommation qui le prive de ses revenus.

Indice de performance climatique

Le site germanwatch.org fournit les résultats 2017 de l’indice de performance climatique par pays. La France y est classée comme bonne élève . En revanche, l’État dépenserait chaque année 13 000 milliards d’Euros en subventions allouées aux combustibles fossiles ! L’automobiliste dont environ les deux tiers de la facture de carburant correspondent à des taxes n’était pas au courant de l’existence de ces mystérieuses subventions. Rémy Prudhomme a déjà fait le point sur cette manne prétendue allouée aux fossiles.

NOS AMIS LES BÊTES

Les animaux accablés par le réchauffement climatique

Le site Lalibre.be fait état d’une nouvelle étude publiée dans Nature qui montrerait les effets alarmants du climat sur la faune mondiale. Les primates et les éléphants sont les plus susceptibles d’être touchés par le braconnage réchauffement climatique.

En Mongolie, les animaux meurent du froid

Selon Sciences et Avenir, la Mongolie est touchée par le « dzud », une vague de froid extrême qui entraîne la mort de milliers d’animaux : on a dénombré la mort de plus de 40 000 bêtes. la Croix-Rouge a lancé un appel à l’aide international.

BÊTISIER

Skier dans les Alpes : impossible en 2100 ?

Les Échos signalent une étude suisse avertissant que si les gaz à effet de serre émis dans le monde ne diminuent pas, le manteau neigeux des Alpes pourrait se réduire jusqu’à 70%. Sauf que dans une publication de Météo France figurent (page 13) les courbes de l’évolution de l’enneigement dans les Alpes Françaises entre 1958 et 2003, et que celles-ci ne montrent pas la moindre tendance baissière.

500 milliards de dollars pour sauver l’Arctique

Selon Wattsupwiththat, une équipe de l’Arizona State University a proposé de construire dix millions de pompes éoliennes pour extraire l’eau et la verser sur la surface de la glace, où elle gèlera plus rapidement. Coût du projet : 500 tout petits milliards de dollars.