Bulletin des Climato Réalistes
 
BULLETIN D'INFORMATIONS N° 55

A LA UNE : 
  • Les vidéos de la Contre-Cop22
  • Le PDG d'EXXON va diriger la diplomatie américaine

 

 

LES VIDÉOS DE LA CONTRE-COP22 DES CLIMATO-RÉALISTES

Les vidéos enregistrant les interventions de Claude Allègre, Vincent Courtillot et Jean-Claude Bernier sont disponibles sur Skyfall; Cliquez ici pour y accéder..

CLIMAT

Chute des températures mondiales après l’épisode El Niño

Le site Wattsupwiththat rapporte qu’à la fin du mois d’octobre, dernier mois pour lequel  les données sont disponibles, les températures mondiales (Hadcrut4) avaient chuté d’environ 0,5°C par rapport au pic du printemps. Selon la climatologue Judith Curry, après dissipation des effets des épisodes El Niño et La Niña, il faudra au moins cinq ans avant de savoir ce que sera la tendance à long terme.

À propos du pic de chaleur de novembre 2016 en Arctique 

Le National Snow & Ice Data Center explique cette « anomalie » par un régime de vent du sud inhabituel, qui s’est installé dans le détroit de Fram, l’Arctique d’Eurasie et la mer de Barents. Ce vent a poussé la glace vers le nord, faisant fondre la glace de mer dans la mer de Barents.

Difficile en tout cas d’attribuer aux gaz à effet de serre ces comportements chaotiques qui ne se produisent qu’en hiver. En été, en effet, on observe une remarquable stabilité des températures, comme le montre la courbe tenue à jour depuis 1958 par le DMI.

Une étude de Philippe de Larminat : les causes naturelles du réchauffement sont prédominantes

Une étude publié par Philippe de Larminat dans Annual Reviews in Control (une version française est également disponible) suggère que les facteurs naturels (activité solaire et variabilité interne) pourraient être prédominants dans le récent réchauffement. Les résultats de ces travaux sont confrontés à l’approche privilégiée du GIEC, à savoir «la détection et l’attribution liées au changement climatique anthropique». Les différences s’expliquent d’une part par l’exclusion par le GIEC des données paléoclimatiques millénaires, d’autre part par une évidente confusion entre cause et effet, lorsque l’indice El Niño est impliqué dans la détection et l’attribution.

L’HIVER S’INSTALLE

Vague de froid aux États-Unis

On vous parle volontiers des points où il fait chaud, mais il est facile aussi de trouver des épisodes de froid tout aussi suggestifs. Ainsi, comme le rapporte Francetvinfo, les conditions hivernales viennent de s’installer brutalement sur le Canada et les États-Unis, avec d’importantes chutes de neige et des températures qui pourraient atteindre – 25°. La Chaîne Météo estime que cette vague de froid se maintiendra jusqu’à Noël avec des températures situées entre 5 et 10°C en-dessous des normales de saison.

Selon le blog Alaskan Wethear and climate, la température de -46°C a été relevée à Chalkyitsik en Alaska (Yukon) le 6 décembre, et Fairbanks a enregistré des températures plus froides que la normale pendant les 17 des 18 derniers jours.

Enfin, Météo-France signale qu’il a gelé ce 14 décembre à Luxeuil (Haute-Saône) pour le 18ème jour consécutif. Il faut remonter aux 21 jours du 7 au 27 décembre 2001 pour retrouver une période aussi longue.

ÉLECTION DE DONALD TRUMP

Le patron d’ ExxonMobil va diriger la diplomatie américaine

Le Monde informe que Donald Trump vient de nommer Rex Tillerson, PDG d’ExxonMobil, au poste de secrétaire d’Etat. M. Tillerson a des vues opposées à celle du président en bien des domaines (éducation, politique étrangère, et même sur le climat). Selon l’OBS M. Tillerson aurait dès 2009 vanté les mérites d’une taxe carbone, dans laquelle il voit « le moyen le plus efficace pour intégrer le coût du carbone à toutes les décisions économiques« . Contrepoints analyse les conséquences de cette nomination (qui reste à confirmer par le Sénat) sur la diplomatie américaine.

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Le Coût du « Climate change Act » au Royaume-Uni évalué à 300 milliards de livres

Telle est la conclusion d’une étude publiée par le GWPF.

Le charbon, décrié mais toujours central en 2021 selon l’AIE

Selon Connaissance des Energies, l’AIE (Agence internationale de l’énergie) estime que le charbon devrait rester la principale source d’électricité en 2021. L’AIE appelle ainsi à promouvoir les technologies de charbon « propre » qui selon Sylvie Cornot-Gandolphe Chercheur Associé au Centre Energie de l’Ifri, est un gisement immense de réduction des émissions de CO2.

Le mix énergétique en 2050 selon McKinsey

Selon le cabinet McKinsey, les combustibles fossiles domineront la consommation d’énergie jusqu’en 2050. Le charbon, le pétrole et le gaz continueront de fournir 74% de la demande d’énergie primaire (contre 82% aujourd’hui). Après 2050, le déclin de ces sources d’énergie est susceptible de s’accélérer.

BÊTISIER

Le Père Noël victime du réchauffement climatique

En effet, nous apprend Europe1 : les rennes qui tirent traditionnellement son traîneau rabougrissent, notamment à cause de la hausse des températures. Et c’est selon une étude publiée par la British Ecological Society.

Anne Hidalgo se donne quatre ans pour sauver la planète

RTL rapporte que lors du sommet du Cities 40 à Mexico la maire de Paris  s’est exclamée : « c’est une course contre le temps… on a quatre ans pour faire en sorte d’inverser la tendance et ainsi faire le choix des énergies renouvelables et des modes de transports respectueux ». Coïncidence : quatre ans, c’est exactement la durée restante du mandat de l’édile parisienne.

Les championnes du climat publient leur feuille de route 

Lu sur le site de l’UNFCCC : les deux championnes mondiales pour le climat (leurs excellences Mesdames Laurence Tubiana et Hakima El Haite), qui viennent de faire connaître leur plan d’action, s’interrogent :

Qu’attendent les Parties et les parties prenantes non-Parties de la réunion de haut niveau lors de la COP 22 ?

On se le demande…

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

Conférence de Benoît Rittaud « History of a Climate Catastrophe »

Le texte intégral (en anglais) de la conférence donnée par Benoît Rittaud à Londres est disponible sur CliScep.

Conférence  de François Gervais à  l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Touraine le 9 décembre

Les modèles de climat repris par le GIEC pronostiquent un réchauffement en 2100 compris entre 0,3°C et 4,8°C. François Gervais a essayé de dégager de cette incertitude (de 4,8°/0,3°C = 1600 %) la projection de température qui lui semble la plus convaincante.