La Roque sur Cèze est un charmant petit village près de Goudargues, la Venise gardoise, où je vais régulièrement remplacer mon ami Henri au cabinet médical et à la basse-cour. J'y suis allé un matin tôt pour photographier les cascades du Sautadet. Ces chutes d'eau ne semblent pas dangereuses, et pourtant, malgré les interdictions affichées partout sur la baignade et les sauts sur les rochers, il y a eu 20 morts en 30 ans.

Pour la photo le créneau horaire est très étroit : avant 8h elles sont encore à l'ombre, après 8h30 les trempe-cul (rarement francophones en plus) envahissent les lieux. J'ai pris de nombreux clichés en pose longue avec mes filtres gris, comme indiqué précédemment, et ... patatras, toutes mes photos sont à jeter, sauf une à la rigueur montrable, mais qui manque de netteté. Quelles erreurs ai-je commises? D'abord j'avais oublié de déconnecter le stabilisateur. Ensuite je pense que l'autofocus avec les filtres gris a pu être pris en défaut. Visiblement, sur certains clichés, il y a un "bougé" très net que je ne comprends pas, alors que l'appareil était sur pied et que j'utilisais une télécommande pour le déclenchement. Je n'avais eu ce problème lors des photos aux cascades de la vis avec le même matériel. A noter qu'il n'y a pas eu de problème d'exposition. Déçu par le résultat, je comptais recommencer mais je n'ai pas eu le temps.

Je dois revenir à Goudargues fin août et en septembre, mais entretemps il y aura eu Iguaçu, et il faut que je trouve le moyen de résoudre le problème avant le voyage au Brésil. Déjà je penserai à être en mode intégralement manuel tant pour la mise au point que pour l'exposition, à déconnecter le stabilisateur et l'autofocus, et aussi à tenir le miroir relevé.

La seule photo "montrable" :

 

Roq-1

 

 

Le village :

Roq-2

 

 

Le pont Charles Martel, juste en amont des cascades :Roq-3