Des forêts, des lacs, des maisons en bois, des forêts, des lacs, des maisons en bois, des forêts, des lacs, des maisons en bois, me ferez 100 lignes comme ça pour décrire complètement notre paysage pendant les trois jours de descente de Tromso à Stockholm. C'est ça depuis la frontière norvégienne. Saupoudrez de quelques rivières, mettez une lande aride au début, au nord de la Finlande, et tout y est. Ce n'est pas laid, mais c'est quand même d'une monotonie affligeante heure après heure. Et quand on sort de la Norvège on dégringole de plusieurs étages sur la beauté des paysages en traversant la Finlande et la Suède. Ne jetons pas la pierre à ces pays, si le voyage avait été fait dans l'autre sens, sans forcément nous extasier, nous aurions trouvé cela beau, mais c'est un peu comme boire un bon Côtes du Rhône après un Sassicaia.

Nous sommes arrivés à Stockholm ce soir, nous en repartirons samedi pour quelques jours en Scanie sur les traces de Kurt Wallander (ceux qui n'ont pas lu Henning Mankell doivent avoir du mal à suivre). Nous fourbissons nos vélos car nous sommes à 10 km du centre ville, et il n'est pas question d'y aller en voiture.

Pas de photos du trajet. Nous avons surtout parcouru des kilomètres, 1600 en trois jours, avec du très beau temps chaud au nord du cercle polaire franchi hier matin à 10h, de la pluie et du froid depuis, sauf ici à Stokholm où le soleil règne, mais moins longtemps qu'au nord, nous allons enfin avoir un peu d'obscurité en milieu de nuit.

Balade dans Stockholm demain et vendredi, ensuite départ pour Kalmar puis Ystad (la ville de Wallander!) samedi. Ensuite Lund, Malmo, et retour à travers le Danemark et l'Allemagne.

Nous n'avons pas vu d'élan ou de renne sur la route en Norvège, mais nous n'avons pas arrêté d'en rencontrer en Finlande et Suède. Ils s'arrêtent tranquillement au milieu de la route, il n'y a pourtant rien à brouter, et quand ils en ont assez de nous dévisager, ils regagnent le bas-côté où nous pouvons les photographier.

Ils sont plus faciles à photographier empaillés, c'est sûr, d'ailleurs le loup et l'ours je n'aurais pas pu les avoir autrement :

 

DSC05077

 

DSC05078

 

DSC05079

Ceux-là sont bien vivants :

 

DSC05080

 

DSC05081

DSC05082

 

Nous avons rencontré aussi le pire animal sauvage qui existe en ce bas monde, le moustique. Je n'ai pas de photo. Désolé. Nous n'en avons pas vu en Norvège, mais depuis l'entrée en Finlande nous en affrontons des hordes gigantesques à longueur de journée. Le soleil de minuit les déboussole tellement qu'ils attaquent à toute heure. Heureusement j'ai ma trithérapie : le flacon sur prise électrique grâce auquel nos nuits sont calmes de ce côté-là, la bombe aérosol classique et les répulsifs. Nous avons deux types de répulsifs : Insectécran spécial tropique et une potion locale. Non, je n'ignore pas que la Scandinavie n'est pas en zone tropicale, mais les répulsifs usuels sont à base de DEET et les moustiques scandinaves éclatent de rire dès qu'on veut se protéger au DEET. Ou à la citronelle, c'est pareil. Le spécial tropiques n'est pas à base de DEET. J'ai acheté au nord de la Suède un répulsif local à base de plantes. Si son efficacité est proportionnelle à son prix, aucun moustique ne s'approchera jamais de moi. Il a surtout l'avantage d'avoir une odeur très forte, tellement détestable que je pense que les moustiques ne doivent pas la supporter et, psychologiquement, ça multiplie son efficacité dans ma tête.