Lire dans le lien ICI le portrait de Jacques Servier.

J'ai dit plus bas que mon adage était depuis des années "étude Servier étude truquée". J'aime beaucoup l'adage similaire d'un grand pharmacologue français : "quand c'est Servier c'est suspect".

Cet article parle d'intimidation, j'ai vécu une scène de ce type à un congrès de cardiologie à Stockholm en septembre 2003. Un de mes confrères a exprimé au micro des doutes sur les résultats de l'étude "Progress". Sitôt descendu de l'estrade, il s'est vu entouré de deux ou trois "vigiles" Servier qui l'ont même un peu bousculé en lui demandant des explications et en le menaçant. Ils les a jetés sans ménagement et s'est vu dire qu'il comprendrait un jour que ses propos ne resteraient pas impunis.