Certains lecteurs se sont étonnés dans les mails qu'ils m'ont adressés, après le récit de notre nuit d'orage, que nous n’ayons pas eu la prudence de faire cette traversée de jour.

Il faut d'abord savoir qu'il n'est pas plus dangereux de traverser de nuit que de jour, la navigation est aussi facile et même parfois plus agréable, sauf pour les atterrissages dans des endroits que je connais pas, où j'essaie d'arriver de jour.

Cette nuit-là, la météo n'annonçait pas, même une heure avant le départ, les développements orageux que nous avons affrontés. Le risque d'orage est souvent brutal et peu prévisible, nous aurions eu le même risque à partir de jour.

Enfin, les raisons qui nous font choisir des navigations de nuit pour les étapes d'une soixantaine de milles, comme Malaga-Gibraltar ou Tanger-Cadix, sont que nous prévoyons en moyenne une douzaine d'heures, voire plus si le vent est faible. Il est alors difficile d'arriver de jour, sauf à partir en fin de nuit, et nous ne goûtons guère les réveils précoces. En agissant comme nous le faisons, nous partons tranquillement en début de soirée et arrivons en début de matinée, tout aussi tranquillement.